Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2021

Sont-ils partout ?


Le Grand Rabbin dans Paris
ne veut pas d'ennuis
avec les mosquées en France
Zemmour-porte-une-étoile.jpg

12/10/2021

Tarzanide n° 521

 

Est-il LGBT, le fiston SUPERMAN ?

 

 

Ça vient de sortir ! … quoi donc ? SUPERMAN se retrouve bi-sexuel, officiellement, depuis le 12 octobre de cette fin d’année. Quelque chose pareil à l’un des anciens présentateurs de TV française. Notre P.P.D.A. autant que je crois me rappeler.

 

 

:Superman,Siegel et Shuster,Cologne muezzin,bisexualité dans la BD,homosexualité dans la BD,Doc Jivaro,bandes dessinées de collection,

 

 

Mais pour parler de BD aujourd’hui il faut parler de « comics ». Je suis en retard, donc, et pendant ma scolarité, SUPERMAN était souvent représenté portant dans ses bras une jeune jolie femme avec laquelle il s’envolait pareil à un aigle enlevant une proie.

 

 

:Superman,Siegel et Shuster,Cologne muezzin,bisexualité dans la BD,homosexualité dans la BD,Doc Jivaro,bandes dessinées de collection,

Magazine Editions Mondiales, année 1947

 

 

Plus tard, après mon enfance pas vraiment studieuse, je me laissais à lire des interprétations psychanalytiques. L’une d’elles racontait que pendant notre sommeil le fait de rêver que l’on plane comme en état de lévitation pareil à celui d’un fakir sans être fakir correspondondait à une sensation érotique provoquée par une érection non consciente pour le dormeur. D’où il me vint à l’idée que SUPERMAN s’envolant avec une dame pouvait représenter symboliquement quelque coït. Et comme il arrivait aussi que le même SUPERMAN s’envolât tout en tenant un homme dans ses bras, vous comprenez la suggestion homosexuelle. Ce qui reviendrait à dire que depuis sa création en 1933 par messieurs Siegel et Shuster LE surhomme r’américain n’a pas cessé de se comporter bi-sexuellement sans jamais l’avouer.

 

 

:superman,siegel et shuster,cologne muezzin,bisexualité dans la bd,homosexualité dans la bd,doc jivaro,bandes dessinées de collection

Magazine L'Astucieux, année 1947

 

 

Mais que sera la prochaine étape à franchir par SUPERMAN ? Se convertira-t’il à l’Islam pour se mettre à la mode des cinquante années à venir ? D’autant que maintenant un muezzin appelle à la prière dans Cologne autrefois ville pleinement chrétienne.

 

SUPERMAN est super performant en tout. Sauf peut être du côté du cerveau : on ne l’a jamais vu, enfant, rivaliser avec le jeune Lord Greystoke, lequel se montra capable d’apprendre à lire, à écrire et à compter sans l’aide d’aucun instructeur.

 

Oui, oui : ce nouveau SUPERMAN n'est plus le vrai, ce n'est que son fils. Comme pour Tarzan, jamais Korak ne réussit à égaler son vieux papa.

 

Doc Jivaro

 

09/10/2021

Tarzanide n° 520

 

Rue du Tapis Vert

 

 

Leur BOSS, les marseillais viennent de l’enterrer. Qui donc ? Tapie. Tapie Bernard, voyons ! Le populaire football proclame sa fierté que l’homme ait choisi leur ville en guise de cimetière. Comprenons bien : c’est sûrement la ville la plus mafieuse située en bordure de France.

 

Je n’ai pas souvenir que le mot « mafia » était à lire dans les BD de mon enfance. Pourtant, les mauvais garçons, les bandits, les gangsters et tous les autres outlaw abondaient dans les pages des magazines destinés à la jeunesse. Et, parmi les auteurs d’histoires dessinées où figuraient des hors la loi, le plus retentissant pourrait bien avoir été Pierre Mouchot, qui signait CHOTT et devint, de son vivant, la bête noire du religieux Abbé Pihan, censeur monomaniaque.

 

BD-Chott,-Rancho-1956.jpg

 

Regardez bien l’attitude du personnage en civil : les mains dans les poches de sa veste ne semble-t-il pas venir d’un film de série noire américain ? L’image est extraite des aventurlures de Black Boy, fils de Fantax.

 

BD-Chott,-Rancho-1959.jpg

 

Toujours dans la production de CHOTT, une jolie jeune femme semble occuper à rattacher une de ses quatre jarretelles … Une manière habile de suggérer le monde de la nuit , celui des prostituées et de leur clientèle. C’est la présence des hommes et de leurs commentaires autour de l’étroite cabine téléphonique qui suffit à évoquer une ambiance érotique pourtant interdite dans les images pour les enfants.

 

Lors de la cérémonie funèbre en la cathédrale Sainte Marie-Majeure l’officiant ne manqua pas d’évoquer la partie sombre de Tapie, ce que fit aussi et longtemps avant le commentateur Thierry Roland se souvenant d’une réunion à bord du voilier Le Phocéa en présence de Bernard : on se serait cru dans une assemblée mafieuse. (Votre serviteur manque à ses devoirs : il ne souvient plus où et quand il lut l'article).

 

Thierry Roland, outre le football, était grand amateur de BD ; ce qui l’amena à rédiger une préface dans le tome 6 de quelques-uns des épisodes de la vie de Lord Greystoke republiés en mai 1994 par l’Éditeur Soleil.

 

Doc Jivaro

 

23/09/2021

Tarzanide n° 518

 

FANFAN LA TULIPE

 

 

Patiemment, je me préparais à ce que notre lucarne familiale – La TV - ramène en soirée l’un des films réussis par Christian Jaque, à savoir Fanfan La Tulipe daté de 1952 … Mais rien. Ou alors j’ai raté. Et c’est en farfouillant avant le, brrr ! retour hivernal dans le grenier que le hasard m’a remis en présence d’un vieil hebdomadaire : L’INTRÉPIDE. Mais attention pas L’INTRÉPIDE fondé en 1910 par la famille Offenstadt. L’INTRÉPIDE plus proche de nous, celui renouvelé par l’italien Del Duca en 1949. Un hebdomadaire dont l’originalité était alors d’interpréter en bandes dessinées des succès du cinéma. Pour exemples : L’Aigle des Mers (Errol Flynn), Tumak (Victor Mature) ou encore Rocambole.

 

Et c’est en 1952 dans son numéro 129 de sa cinquième année qu’apparaît un Fanfan la Tulipe incarné par Gérard Philippe pour le film réussi par Christian Jaque. Une version BD est alors fournie par Le Rallic d’après un résumé signé de Jean Prado.

 

 

BD-Fanfan-la-Tulipe-début.jpg

 

 

Ayant perdue tout point commun avec l’œuvre filmée par Christian Jaque, l’interprétation fournie par Prado et Le Rallic ne s’arrêta qu’en 1956 dans le numéro 337.

 

BD-Fanfan-la-Tulipe-fin.jpg

 

 

Chaque midi de chaque jeudi, mon père ouvrait les pages de L’INTRÉPIDE que j’avais carrément posé sur son assiette circulaire. Il y lisait Fanfan la Tulipe. « Ça me rappelle le film avec Gina Lollobrigida » qu’il disait. Mais vous savez L’INTRÉPIDE étant destiné à un lectorat d’enfants, la séquence où Gina Lollo colle une baffe à Louis XV était absente. Quant à papa il ne risquait pas d’en recevoir une de la part de nos voisines : il ne courrait pas les jupons. Ce qui n’empêchait pas que dans son petit atelier de menuiserie on pouvait apprécier la photo de trois ou quatre jolies dames court vêtues et épinglées contre l’un des murs.

 

Lorsque je débutai ma première année à l’École des Beaux Arts de Bourges, le paternel désigna une illustration collée sur du contre-plaqué : « Maintenant, tu dois être capable de représenter en plus grand et en peinture la grande fille de cette marque d’oranges ».

 

Affichette-Miss-Gina.jpg

 

- Papa, puisque tu aimes tant faire de la menuiserie, pourquoi tu n’es pas devenu menuisier ?

- C’est à cause de ta grand-mère : elle m’affirmait que le travail du bois n’avait plus d’avenir. Elle voulait absolument que je travaille dans un bureau pour aider à fabriquer de grosses machines industrielles. Tu sais de son temps on ne demandait pas aux enfants quel métier ils souhaitaient faire.

 

Doc Jivaro

 

15/09/2021

Tarzanide n° 517

JOHNNY

 

 

Johnny … Johnny Hallyday incarne la France, ça se proclame partout. Vous y croyez vous ? Hallyday et Johnny ne sont pas des mots traditionnels à la France, donc pas représentatif de l’historique français. D’autant moins que le chanteur était spécialisé dans le mode rock and roll des r’américains et qu’il résultait de l’influence massive des États Unis dans notre pays pendant la décennie des années 1950.

 

Votre Johnny était né belge, Smet de son identité. Alors que sa « statue » devant le bâtiment de Bercy, prenne la forme d’une bécane-moto Harley Davidson pareille à une enseigne publicitaire ne fait que confirmer la collaboration r’américaine de votre « chanteur abandonné ».

 

 

Johnny Halliday Sergent Smet,Hud Le Spécialiste,Johnny BD 1970,Gillain Jijé,Doc Jivaro,bandes dessinées de collection,

 

 

Reste que la physionomie du Sergent Smet de l’armée française en 1964 appartient aussi au domaine de la bande dessinée. Effectivement, en avril 1970, l’imprimerie Molière installée dans Lyon sortait un titre de BD inattendu : JOHNNY. Ce n’était pas un hasard puisque le chanteur Hallyday venait d’apparaître dans un film – western signé de Corbucci : Hud Le Spécialiste.

 

L’hebdomadaire JOHNNY était publié sur 24 pages de grand format – 28,5 X 40,5 - dont 16 imprimées « toutencouleur ». Sur la 24e page le film HUD était traduit sous forme d’une bande dessinée réalisée par Gillain. C'est à regret que j'indique que seuls sept numéros furent publiés.

 

 

Johnny Halliday Sergent Smet,Hud Le Spécialiste,Johnny BD 1970,Gillain Jijé,Doc Jivaro,bandes dessinées de collection,

 

 

Johnny Hallyday (et j’ai plaisir à l’écrire) s’exprima toujours en langue française pour ses plus grands succès populaires. Les rappeurs d’aujourd’hui, eux aussi ; mais c’est pour aider à insulter notre histoire nationale.

 

Doc Jivaro

 

11/09/2021

remember

11 novembre 2001,tours walt street center,kamikases,haschisch,assassins,terrorisme musulman,bar zing de montluçon

 

Les jeunes musulmans qui réussirent l’attentat contre les deux tours du World Street Center n’étaient surtout pas des « kamikazes ». Ils étaient simplement des assassins au plein sens du terme historique : des disciples modernes du « vieux de la montagne » c’est à dire des disciples machouilleurs et fumeurs de haschisch. Vous savez : cette substance conviviale réputée chez les gauchistes et à partir de laquelle se fabriqua le mot assassin. Un bon assassin est donc un type qui se suicide pour tuer.

 

Et vous comprenez comment l’officier allemand Stauffenberg en juillet 1944 manqua l’assassinat de Hitler dans la « Tanière du loup ». Voulant sauver sa peau, il sortit de la cabane dans laquelle il venait de poser la bombe à proximité de l’amant d’Eva Braun. S’il était resté pour surveiller l’engin destructeur l’Adolph du IIIe Reich aurait sûrement été déchiqueté à mort. Vous voyez bien que Stauffenberg ne priait pas à genoux sur un tapis.