Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2013

Les Tarzanides du grenier (n° 32)

Les onze font les douze


Dans la revue BIZARRE, n° 29 et 30 de l'an 1963, Francis Lacassin énumérant l'existence des 19 albums TARZAN publiés chez HACHETTE négligea de signaler l'absence d'un numéro 12. Il s'en corrigea quelque vingt ans plus tard chez l’Éditeur Veyrier ; mais toujours sans indiquer que le titre annoncé et jamais imprimé était « Tarzan et les Amazones ». Ce manquement se remarque également dans les numéros 590 à 593 de la Collection 10-18 de l'année 1971, du même auteur. 


La non parution de ce numéro 12 de Tarzan est généralement attribuée à la double censure catholique et communiste dont les effets falsificateurs se firent sentir plusieurs mois avant sa publication au Journal Officiel. 


Lorsqu'en 1940 parut l'album numéro 7 « Tarzan et les Pygmées », l'armée allemande se préparait à occuper pendant quatre ans le pays du Marquis de Sade … HACHETTE se vit obligé d'interrompre les exploits de TARZAN né de parents anglais. 


En 1947, l'éditeur français recommença les péripéties de l'homme-singe avec un album numéro 8 « Tarzan et le Petit Roi », qui n'est en rien la suite de « Tarzan et les pygmées » classé numéro 7. Deux années passèrent encore et c'est en 1950 que HACHETTE imagina d'imprimer dans un album numéro 12 la fin du numéro 7 restée en réserve pendant dix ans. 


Les albums 7 et 12 (si le 12 avait été édité) auraient donc regroupé une grande aventure de TARZAN initialement publiée en Sundays Pages made in USA depuis le 4/12/1938 jusqu'au 30/07/1939 et qui comporte trente cinq grandes planches BD colorées. Cette aventure se termine par une rivalité entre TARZAN et des femmes guerrières, rivalité n'emplissant qu'une petite dizaine de pages. On peut donc supposer que le nombre restreint d'images fut jugé insuffisant par les maquettistes pour emplir un album HACHETTE, composé habituellement de quarante huit pages. 


D'où notre penchant à supposer que la censure catho-coco ne fut pas la cause unique du renoncement à publier un « TARZAN et les femmes libérées », numéro 12. 

•  Vous venez d'écrire étourdiment « femmes libérées » mon pauvre ami.

• J'ai écrit ça, moi ?

• Oui, vous.

• Je fume d'être embrouillé dans ma tête. Je me demande parfois comment les amazones réussissent à ne pas se comporter en lesbiennes. Peut-être parce qu'elles n'existent que comme des inventions érotiques produites par la part variable de masochisme présent dans chaque homme.

 

tarzanides,tarzan,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,bd,bd anciennes,hogarth

 

Ci-dessus 2 vignettes venant de JUNIOR, année 1939 et pendant la journée du 5/10. Remarquez l'ombre portée sur Tarzan, ombre par laquelle le dessinateur Hogarth a caché le baiser lèvres contre lèvres que la Reine Kuleeah applique à TARZAN, profitant de l'évanouissement du héros. Comme si vu de dos le corps de cette amazone ne modérait pas assez l'étreinte passionnée !


Mais pour un père-la-pudeur on n'est jamais assez restrictif lorsqu'il s'agit de maltraiter les gestes d'amour de l'humaine animalité. Or, Hogarth se comporta toujours en hypocrite dans son œuvre dessiné même quand la décennie des années 1970 autorisait quasiment toutes les licences dans l'art et la littérature. 


Cette aventure que j'appelle « TARZAN et le chaînon manquant » (et que vous pouvez tout autant intituler « TARZAN et Linda » lorsqu'elle est complète), fit l'objet d'une deuxième publication en 1951, toujours chez HACHETTE mais aussi, toujours, atrophiée (Les chasses de Tarzan). L'épisode des amazones y est invisible ; le méchant-vilain Marsada s'en sort vivant, pardonné par un TARZAN devenu naïvement humanitaire. Quant à la jolie Linda, sa jupe trop courte risquant de traumatiser les enfants de Jésus ainsi que ceux de Staline, on l'affuble d'une soutane noire autour de ses jambes d'amoureuse.

 

tarzanides,tarzan,hachette,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,bd,bd anciennes,burne hogarth,junior,censure


L'envol de Tarzan et Linda suffit pour symboliser de façon aérienne l'orgasme du couple homme/femme. Le parallélisme des quatre jambes ainsi mises à l'unisson, renforce l'illusion d'une jouissance commune réussie. Comme le dit le poète « Tous deux ne font plus qu'un ».

 

Docteur Jivaro

25/04/2013

Pour le Syndicat de la magistrature ...

... un mur n'y suffit pas

faut  toute  une  façade

 

syndicat de la magistrature,murs de cons,Union Syndicale des Magistrats,ordre judiciaire français,



20/04/2013

Les Tarzanides du grenier (n° 31)

bd,bd anciennes,tarzan,tarzanides,bd de collection,illustrés pour enfants

tarzanides,tarzan,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,bd,bd anciennes

bd,bd anciennes,hachette,pierre argelliès,marc déséchal,hogarth,tarzan,tarzanides,illustrés pour enfants

tarzanides,tarzan,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,bd,bd anciennes

 

tarzanides,tarzan,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,bd,bd anciennes

tarzanides,tarzan,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,bd,bd anciennes


HACHETTE publia à peu près une vingtaine d'albums TARZAN, entre 1936 et 1950. Nous venons d'écrire « à peu près » puisqu'en réalité seuls 19 numéros existent, le numéro 12 n'ayant jamais été composé. 

Les 16 … Pardon : les 15 premiers exemplaires sont d'un format 17,5 X 22,5. Les 4 derniers de grandeur 21 X 26 sont coloriés en bichromie tandis que les 15 précédents alternent 2 pages multicolores avec 2 pages bicolores, le numéro 1 étant simplement imprimé noir sur blanc. 

Quelques-uns des premiers volumes réédités après la seconde guerre mondiale ne le furent malheureusement que sur un papier de qualité moindre. Ainsi, par exemple, « Tarzan et le Lion ». Précisons que le numéro 9 « Tarzan le sauveur » existe doté d'une jaquette mais n'est pas signalé comme tel dans le BDM 2009-2010. 

L'absence de numéro 12 demeura longtemps une interrogation jusqu'à ce que marchands et collectionneurs s'accordassent pour écrire que le titre envisagé était « Tarzan et les Amazones ». La censure rendit impossible la frabication de l'album. Cet épisode illustré par Hogarth était pourtant connu dès 1939 dans le journal JUNIOR numéros 176 à 196. 

Samedi prochain, nous parlerons de la confrontation du Roi de la Jungle avec cette tribu de femmes blanches toutes fières à se croire libérées du joug patriarcal.

 

Docteur Jivaro

16/04/2013

Barzinguettes n° 10 et 11

a) Najat Belkacem approuve la publication future d'une « Liste noire » des métiers que tout ministre se verra interdit d'exercer. 

Vous allez voir que d'ici quatre ans, il faudra être soit flemmard, soit chômeur pour mériter d'être nommé ministre dans un gouvernement de gauche.

 

b) « Le Monde » publie de Redoine Faïd une grande photo – portrait agréable à regarder et qui, à elle toute seule, équivaut à tout un éloge silencieux. 

Quant à la Taubira incarnant les « droits de l'homme », elle a expliqué à propos de l'évasion à l'explosif du TOP MODEL enfant des banlieues, qu'aucune faille n'existe dans la surveillance interne des lieux de détention. 

Il existe pourtant une faille dans le traitement des gangsters et des terroristes par la loi en France : cette faille s'appelle BADINTER.

08/04/2013

En plein scandale politico-financier

Fabius fait taire une rumeur

 

Fabius,affaire Cahuzac,Moscovici,fraude fiscale,Mediapart,


06/04/2013

Les Tarzanides du grenier (n° 29)

BOY PUIS BOMBA

 

Évidemment le fils de Tarzan se doit d'être un tarzanide. Il apparaît dans le roman américain pendant l'année 1915, sous le nom de Korak. Mais pour le cinéma d'Hollywood, Korak n'existe pas. Il est remplacé par un enfant trouvé sans identité dans la jungle mystérieuse, donc dangereuse.

 

Johnny Weissmuller en est le papa adoptif, Maureen O'Sullivan en est la maman adoptive. En 1939 un avion, grand oiseau vrombissant s'écrase dans la forêt. Tous les passagers meurent sauf un bébé mâle. Tarzan et Jane le trouvent, l'adoptent, l'éduquent. Comme le couple ignore le nom de l'enfant, il le désigne par un terme générique : BOY.

 

On s'en doute : le fait que ce garçon orphelin soie adopté et non pas conçu par Tarzan et Jane, indique qu'aucun rapport sexuel n'est accompli entre l'homme et la femme. Dans le cinéma américain des années 30, la chasteté est une obligation en dehors du mariage, surtout lorsque le récit est destiné aux enfants. Or, Lady Porter et Mister Greystocke ne sont pas mariés l'un l'autre, du moins le croit-on. (Voir page 54, dans le Tarzan de Lacassin, éditeur Henri Veyrier, 1982).

 

BOY grandit, film après film, dorloté par Jane, expérimenté par Tarzan. BOY travaille à ressembler à son papa adoptif. On lui ceint un petit pagne, on lui donne un petit couteau. Pour le reste, il est nu mais avec un supplément de décence car son nombril est dissimulé sous le haut de son pagne. Une obligation imposée par le Code HAYS dans la cinématographie américaine : le nombril doit être caché en public, comme est caché le sexe


tarzan,tarzanide,Lex Barker,Tarzan défenseur de la jungle,cinéma





Body de l'acteur Lex Barker dans le rôle de Tarzan (Tarzan et la Diablesse) le nombril est dissimulé comme un trou de cul mais aussi comme la bouche d'une musulmane portant le voile intégral, ce masque de pudeur la préservant, paraît-il, contre la convoitise des hommes.

 

 

Le personnage de BOY était tenu dans le cinéma par le tout jeune Johnny Sheffields. Année après année BOY grandit pendant que papa Tarzan vieillit, engraissé par le succès commercial. Arrive le moment où la bedaine de Monsieur Weissmuller rend inacceptable la silhouette de Tarzan – sauf pour en rire. Les réalisateurs font alors disparaître BOY dont la belle adolescence faisait une concurrence défavorable au quadragénaire Weissmuller.

 

Weissmuller tient alors le rôle de Tarzan pour la dernière fois sous le titre Tarzan and the Mermaids. (En patois français Tarzan et les sirènes).

 

 tarzan,tarzanide,Tarzan et les sirènes,Tarzan défenseur de la jungle,cinéma

 







 





La mention « Enfants admis » s'explique par la date du film programmé en France en 1949. Certains groupes politiques et religieux ayant aggravé les interdits vis à vis de la littérature et l'art adressés à la jeunesse.



Dans la mythologie grecque, c'est à dire dans la religion de la Grèce antique, les sirènes sont formées d'un corps d'oiseau et d'une tête de femme. L'influence Judéo-chrétienne, qui falsifie toutes les croyances qui lui sont étrangères, fera apparaître les sirènes sous l'aspect d'un buste de femme prolongé par une queue de poisson. C'est la femme aux jambes jointes, serrées l'une contre l'autre et refusant par cette posture le coït. La version vestimentaire c'est la fameuse « robe fourreau » paradoxalement portée pour mouler les reliefs de la femme afin d'exciter l'homme tout en restant fermée devant lui.

 

Devenu jeune homme le petit tarzanide BOY continuera sa carrière cinématographique en incarnant BOMBA.

 

Bomba fut inventé par le romancier Roy Rock Wooden, année 1920. La version pour le cinéma commence en 1926 pour aller jusqu'en 1955. Ce n'est qu'à partir de 1948 que BOY se réincarne dans cet autre clone de Tarzan qu'est BOMBA.

 

Sur le Web les informations à propos de BOMBA ne fourmillent pas. Néanmoins on peut consulter bmania.pagesperso-orange.fr/bomba.htm. Sur un autre site on parle de BOMBA comme d'un raciste. Savez-vous ce qu'est un raciste de race blanche ? C'est un homme qui refuse de se laisser couper les grelots pour servir d’eunuque devant l'entrée du harem du grand Vizir. Un autre site dénombre neuf titres cinéma entre 1949 et 1955.

 

tarzan,tarzanide,Roy Rock Wooden,Bomba,Boy,cinéma

Johnny Sheffields enfant               Johnny Sheffields adulte

 

Tout comme avec la môminette Shirley Temple, les cinéastess marchands de rêveries éveillées flattent chez l'adulte, homme ou femme, une sensiblerie toujours mêlée de pédophilie modérée. 


Quelques-uns des films où s'aventure BOMBA donnèrent l'occasion de quelques bandes dessinées. Ainsi dans le numéro 137 de HURRAH !, année 1956, on peut regarder sur quatre pages BOMBA et le VOLCAN en FEU. Film adapté par Alain Bertrand et dessiné par DANSLER alias BOB DAN.


tarzan,tarzanide,Hurrah,BD,Tarzan et les sirènes,Tarzan défenseur de la jungle,cinéma


BOB DAN créa pour l’Éditeur Artima un tarzanide nommé TARÔU et dont le numéro 1 fut publié sous un format italien, année 1949. L'ours, réduit à presque rien, porte le nombre repère 2254.

 

Docteur Jivaro