Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2014

Aux bonnes heures des dames n° 50

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs

 

Des fois, Pierre devait s'asseoir pour se déchausser because un début de goutte qui lui gonflait le pied. Vous me direz que pour un videur, avoir les pieds fragilisés ce n'est pas l'idéal. 

 

Il commentait : « Il y en a une (il parlait des gagneuses) qui veut absolument que j'aille me faire soigner chez un magnétiseur qu'elle connaît et qui vous guérit rien qu'en appliquant ses mains sur où vous avez mal. Tu me vois croire cette bêtise, non, hein ? ».

Aux bonnes heures des dames n° 49

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs

J'ai connu … enfin, j'ai modérément connu quelques-uns des clients assidus auprès de Lydia. L'un d'eux nous disait : « Je voudrais être un chat, cela me permettrait de faire semblant de dormir tout en regardant sous la jupe des jolies filles sans qu'elles s'en offusquent ».

19/01/2014

Aux bonnes heures des dames n° 48

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs

Aussi, elle les besogna dans l'étroite et sombre rue Boisseau ; pas longtemps, à peine cinq ou six mois.

 C'était assez laborieux. Les michés, fallait insister pour les décider à filer l'arrière train jusqu'à l'entrée presque jamais éclairée du tringle.

 Une consolation pourtant : le couloir double du petit hôtel des passades traversait l'immeuble, permettant d'aller et venir entre la ruelle Boisseau et la rue du Ponceau où l'on trouvait plus d'amateurs.

 Lydia se risquait certaines fois rue du Ponceau … Mais alors, gaffe ! Le crêpage de chignon entre filles rivales n'était pas loin.

Aux bonnes heures des dames n° 47

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs

Eh, tu montes ! Ça m'évitera de descendre

12/01/2014

Aux bonnes heures des dames n° 46

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs


Défoncée qu'elle était la rue, fallait voir ! On n'y accédait plus en bagnole. D'ou conséquence, les visiteurs à plumer, ils devenaient rares, merde pour de vrai !

De toute façon, le 77 allait fermer, entendu que l'immeuble vétuste serait rasé. Il avait résisté aux bombardements anglais en 1943, et l'usine de calibres en fonte, aussi, elle avait résisté.

Mais comment résister aux promoteurs immobiliers des années 60 ?

Aux bonnes heures des dames n° 45

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs

 

Passage du Clin d'oeil. Vous ne connaissiez pas ? Moi si. En fait, c'était entre nous que nous rebaptisions cette ruelle des Halles étroite comme un couloir en plein air. Officiait une dizaine de chandelles parmi lesquelles la grande et grosse Vicky que nous surnommions Whisky.