Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2014

Aux bonnes heures des dames n° 58

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs

 

En province, Clermont-Ferrand – 1961. A proximité de la Place de Jaude, le celte Vercingétorix craignait que les nuages (et non pas le ciel) lui tombent sur la tête.

 

Savez-vous que certaines des tribus gauloises allaient à la guerre entièrement nues, le corps simplement teinté de bleu ? D'où aujourd'hui l'expression « peur bleue ».

 

Aux bonnes heures des dames n° 57

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs

Lydia, Rue aux Ours jour  de  grand  vent

 

 

Entre 1970 – 1971, Lydia n'y passa guère qu'une dizaine de mois, rue aux Ours. Rien a en dire, sinon médire.

 

Les filles ne s'y entendaient pas entre elles. Une Conchita, toute de blanc vêtue y compris les cuissardes qui lui montaient jusqu'à la mini jupe, et dont le visage s'abritait sous une chevelure de charbon cirage, était encore la moins difficile à fréquenter.

 

Et puis, la rue était venteuse, souvent, à vous arracher la perruque.

 

Lorsque les halles de Paris déménagèrent pour Rungis, des quantités de vieux espaces habitables furent disponibles. Lydia se déplaça rue Saint Denis, ayant acheté deux chambres de bonne qu'elle fit aménager en studios. Elle s'exclama en offrant du champagne que nous prîmes pour du mousseux : j'y suis, j'y reste !

 

Trente ans après, approximativement, le sarkozysme aigü lui cherchait des poux dans la tignasse.

 

 

16/02/2014

Aux bonnes heures des dames n° 56

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs

- Combien tu prends ?

- 150 balles. La pipe et l'amour. On y va ?

- Dans un moment.

- Pardi ! tu vas voir plus loin si j'y suis

09/02/2014

Aux bonnes heures des dames n° 54

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs

- Fais attention dans l'escalier du troisième : y a un type complètement saoul qu'est en travers. On a appelé Pierrot ... Il doit venir le dégager.

02/02/2014

Aux bonnes heures des dames n° 52

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs

Souvenir aquarellé d'une jeune femme adossée au mur de l'historique Musée des Colonies, en matinée d'un dimanche du mois de juin 1980.

Aux bonnes heures des dames n° 51

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs

« Nathalie les poteaux » ne travaillait qu'en changeant fréquemment d'un carrefour à l'autre ; et par conséquent sans chercher à s'assurer une clientèle d'habitués.

 La dernière fois que je l'entendis parler d'un tiercé raté à un poil près, c'était dans un petit bar à l'angle des rues Grenata et Palestro … Elle terminait un lait grenadine allumé d'un petit verre de rhum.