Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2021

Les Césars 2021

 

CORINNE MASIERO :

 

L'est-elle encore fraiche,

Capitaine Marleau ?

 

César 2021.jpg

 

Salement gonflés les cinéastes et autres intermittents du spectacle : ils exigent que vous leur rendiez l'argent alors que l'argent est celui des subventions, c'est-à-dire de nos impôts sans lesquels les cabotins et cabotines du fatras culturel de gauche devraient se contenter de boire l'eau du bain du bébé mal torché plutôt que du champagne pour leurs partouzes.

14/03/2021

Tarzanides n° 488

 

LES DIEUX DU STADE

 

 

J'en étais à farfouiller dans mes méninges : quel sujet aborder dans notre Tarzanide d'aujourd'hui ? Et c'est le programme TV de "Toute l'Histoire" en soirée qui m'a fait cadeau d'une réponse : Les Jeux de Berlin.

 

Les Championnats Olympiques, année 1936, bien sûr. Lorsque la dictature nazie réussissait un spectacle grandiose qui allait servir de modèle pour tous les pays organisateurs qui allaient succéder ; et cela malgré le désastre en mai 1945 d'une Allemagne accusée d'un tout nouveau crime : le crime contre l'Humanité. - ACH !

 

Deux années après 1936 le magazine français CINÉMONDE affichait pour couverture une photo extraite d'un super-film allemand titré LES DIEUX DU STADE, photo renforcée d'un compliment.

 

 

mon journal,yak bd,j-k melwyn-nash,cinémonde,leni riefenstahl,les dieux du stade,bandes dessinées de collection,tarzanides du grenier,doc jivaro,bar zing de montluçon

 * Légende agrandie pour plus de lisibilité

 

 

Film-reportage réalisé par une jolie femme sportive de haut niveau autant qu'artistiquement talentueuse et répondant à l'appellation de Leni Riefenstahl, laquelle parvint à s'éviter tout châtiment politique pendant et après le procès dit "de Nuremberg".

 

- Mais quelle relation entre un film réussi à la gloire du IIIe Reich et la bande dessinée de l'après-guerre, bande dessinée longtemps méprisée par les intellos de droite et de gauche ? Regardons l'ancien magazine mensuel YAK du 6 janvier 1950. Vous en lisez le sous-titre : Les Dieux du Stade.

 

 

mon journal,yak bd,j-k melwyn-nash,cinémonde,leni riefenstahl,les dieux du stade,bandes dessinées de collection,tarzanides du grenier,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

 

Eh oui ! nous y sommes revenus. Que ce sous-titre corresponde exactement au titre version française du film hitlérien de Leni Riefenstahl doit quelque peu nous étonner puisque la responsable de la publication YAK se nommait Bernadette Ratier et qu'elle était une résistante gaulliste. L'une des images dans l'illustré rappelle même un salut officiel lors des Jeux Olympiques de 1936.

 

 

mon journal,yak bd,j-k melwyn-nash,cinémonde,leni riefenstahl,les dieux du stade,bandes dessinées de collection,tarzanides du grenier,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

 

Dans cette bande dessinée YAK, les enfants de ma génération ne remarquèrent sans doute pas qu'aucune femme ne participe aux épreuves sportives. En cela, cette absence reste conforme à la première réglementation énoncée par notre Pierre de Coubertin qui, se voulant fidèle à l'origine grecque et païenne des Jeux Olympiques, excluait toute présence féminine dans les performances physiques.

 

Même dans le public chez nos ancêtres athéniens, les femmes n'étaient pas admises. Heureusement Il pouvait y avoir des exceptions comme chez les philosophes péripatéticiens amateurs de courtisanes. Mais ceci est une autre histoire (aurait dit Kipling).

 

Doc Jivaro

 

09/03/2021

Tarzanides n° 487

Loft-Story

 

 

Loana ? Loana ? d'où donc ai-je retenu ce prénom féminin pas du tout familier à ma scolarité ? Mes petites copines répondaient présentes à Nicole, Bernadette ou encore Mireille. Mais peut-être que qu'avec vous une Loana jouait à cache-cache, le jeu qui évolue jusqu'à jouer au docteur ? D'autant qu'aujourd'hui ce prénom évoque tout un collectif de jeunes gens jouant des pieds et des mains dans une piscine javellisée espionnée par des caméras : Alors comme ça on raconte que votre Loana a oublié son dentier dans des toilettes où elle avalait des pilules bourrées d'un tranquillisant ?

 

L'autre Loana, ma mienne de Loana, c'est celle présente sous forme d'une BD dans un journal hebdomadaire de grand format ne comptant que quatre pages : « Les aventures de Paris-jeunes » dont le numéro 1 fut commercialisé le 30 mai 1945. les récits en images n'étaient pas captivants, leurs dessins encore moins. Heureusement, par la suite, l'éditeur revint aux séries américaines qui avaient déjà fait son succès à la fin des années 1930. Ainsi le Fantôme du Bengale, Raoul et Gaston, Lone Ranger, etc.

 

 

Les aventures de Paris Jeunes,Loana,Carlo Marc,censure Loi de 1949,bandes dessinées de collection,Tarzanides du grenier,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon,

 

 

Toutefois, Loana ne fit son apparition qu'avec le numéro 126 du 8 novembre 1948. Le graphisme était signé de Carlo Marc, lequel exhibait une jolie fille non dénuée d'érotisme, à peine vêtue d'une mini-jupe ornée de fleurs sauvages. Elle affrontait dans la jungle de Bornéo les envahisseurs militaires japonais dirigés par Tojo surnommé Lame de rasoir. Scénario alors assez fréquent dans nos bandes dessinées au sortir de la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Par exemple : Buck Danny dans Spirou, ou encore Sergent Garry des Éditions Artima.

 

 

les aventures de paris jeunes,loana,carlo marc,censure loi de 1949,bandes dessinées de collection,tarzanides du grenier,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

 

Auprès des gamins le charme de Loana opéra. Sans doute même les responsables du journal « Les aventures de Paris-jeunes » imaginèrent-ils en modifier le titre pour le remplacer par le prénom de l'héroïne en tenue légère. C'est ce que permet de supposer le numéro 4 de 1949 où le visage rayonnant de Loana apparaît centré en dessous de l'en-tête d'une nouvelle série.

 

 

Les aventures de Paris Jeunes,Loana,Carlo Marc,censure Loi de 1949,bandes dessinées de collection,Tarzanides du grenier,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon,

 

 

Comme toute ses rivales (" Les filles de la jungle " également présentes dans le cinéma des années 40 et 50) Loana devait disparaître mise à mort par la Loi de 1949. Son créateur Carlo Marc essaya bien de la prolonger en la rendant pudique, pantalon long et corsage boutonné jusqu'au cou. Cependant rien ne la sauva d'une censure qui durant plus de dix ans obligea à rendre invisibles toutes les jolies filles dans les illustrés destinés aux garçons.

 

 

Les aventures de Paris Jeunes,Loana,Carlo Marc,censure Loi de 1949,bandes dessinées de collection,Tarzanides du grenier,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon,

 

 

Image Loana condamnée au bleu de travail : prolétarienne de service sous le contrôle de Maurice Thorez et du Chanoine Kir.

 

Doc Jivaro

 

07/03/2021

Tarzanides n° 486

 Cachez ce sein ...

 

 

En avril 1967 et sous la direction de Claude Moniterni, fut édité le catalogue relatif à la grande exposition BANDE DESSINÉE ET FIGURATION NARRATIVE qui ouvrait dans le Musée des Arts Décoratifs, rue de Rivoli, Paris-Ier.

 

Les auteurs ne manquèrent pas de dénoncer sur deux pages (138 et 139) les ravages que la censure votée en Juillet 1949 infligeaient à nombre d'images BD éditées en France. A titre d'exemple voici la Princesse N'ani, créée par Brun Hogarth mais mutilée par les partenaires occasionnels catholiques et communistes retardant le plus possible l'émancipation sexuelle de notre enfance.

 

BD-Censure,-Burne-Hogarth.jpg

 

Le catalogue étant imprimé en noir et blanc, ses responsables ne nous donnèrent pas à voir une autre image, celle-ci en couleur et témoignant de la férocité des censeurs. La voici ci-dessous extraite du numéro 528 de Spirou, année 1948.

 

BD-Reine-N'Ani,-Spirou-n°-528,-1948.jpg

 

 

On ne devrait pas avoir à rappeler que les vertus de pudeur, de décence, etc. proviennent de barbares tortures, mutilations, etc. et que nos lointains ancêtres apprirent à cacher leurs organes sexuels afin de les présenter le moins possible comme objets de convoitise devant leurs agresseurs. En fait et pour en revenir à cette simple image, ce n'est peut-être pas la poitrine de la jolie N'Ani que les tortionnaires auraient dû supprimer mais l'avant bras au premier plan du dessin : ne croirait on pas qu'il fait symboliquement allusion à un pénis énorme, celui de TARZAN ?

 

Burnes Hogarth n'était pas Michel Ange ! contrairement à ce qu'affirment ceux et celles qui abusent de compliments en sa faveur : non seulement il est étourdi en mélangeant les jambes de la femme et les pattes du lion (une patte arrière du fauve apparaît comme jambe de la pin-up) mais encore et surtout sa pratique fantaisiste de la myologie ne peut en rien convaincre celui qui a lu et relu le Traité d'Anatomie Artistique de Paul Richer (1890).

 

Doc Jivaro avait préparé un sujet tout autre que celui-ci qu'il vient d'improviser. Il faudra bien qu'un jour prochain il argumente pour se justifier de parfois choisir la manière naïve mais finalement robuste de Rex Maxon plutôt que le style kitsch Art Floral maniéré signé de l'esbroufeur Burnes Hogarth.

 

Doc Jivaro

 

27/02/2021

Tarzanides n° 485

T'as le bonjour d'Alfred !

 

Expression verbale "à la française" devenue quasi proverbiale pendant la décennie 1930 dans les bistros voisins de la sortie des usines et dans le pays du Marquis de Sade et du Petit Père Combes.

 

Elle fut inventée par Alain Saint Ogan.

 

- Ah ! je connais, aurait pu s'exclamer une de mes tantes. C'est l'auteur de ZIG ET PUCE, une histoire illustrée que j'aimais bien lire quand j'étais jeune fille. ALFRED c'était le pingouin des deux globe-trotters.

 

 

alfred le pingouin,pieds nickelés,zig et puce,prix d'angoulême,dimanche illustrée 1928,alain saint ogan,bandes dessinées de collection,tarzanides du grenier,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

 

Elle les avait bien connus sur une des pages du DIMANCHE ILLUSTRÉ le supplément dominical du grand quotidien EXCELSIOR.

 

Alain Saint Ogan fut le vrai créateur, dès 1925, de la vraie bande dessinée française, renonçant aux doublons qui étaient habituels dans les premières séries où l'image et le texte apparaissaient parfois complémentaires mais souvent répétitifs l'un l'autre, comme cela se vérifie dans le commencement des PIEDS NICKELÉS. Les effets graphiques obtenus dans ZIG ET PUCE incitèrent même le belge Hergé-Tintin, alors débutant en 1931, à solliciter les conseils du français chez qui les vignettes muettes humoristiques alternent avec le parler inscrit dans des bulles.

 

 

alfred le pingouin,pieds nickelés,zig et puce,prix d'angoulême,dimanche illustrée 1928,alain saint ogan,bandes dessinées de collection,tarzanides du grenier,doc jivaro,bar zing de montluçon

Extrait du Dimanche Illustré de janvier 1928, n° 256

 

 

- T'as le bonjour d'Alfred !

 

La réflexion quelque peu moqueuse n'empêcha pas la figurine de l'oiseau manchot de devenir la mascotte convoitée par les créateurs de BD dès 1976, et désignant lequel des concurrents mérite le Prix annuel d'Angoulême.

 

Prix annuel d'Angoulême fondé par les fanas et les marchands de bandes dessinées parfois confrontés à des revendications politisées. Ainsi en 2016, un mouvement féministe d'inspiration gauchiste exigea une représentation d'auteur(es) égale au nombre de représentants masculins. cela en dépit du fait historique que la quantité de créateurs de BD reste manifestement supérieure à celle de nos amies créatrices encore jalouses de ce qu'un zizi sur roulettes se porte mieux qu'une foufounette en guise de luge sur une pente caillouteuse.

 

Doc Jivaro

 

16/02/2021

Tarzanides n° 483

DAVID COPPERFIELD

 

Abonné AMAZON (Prime Vidéo) vous regardez sinon appréciez une énième variante filmée du roman rédigé par Charles Dickens en 1850 : DAVID COPPERFIELD.

 

Pour ma part je me comptais dans ma huitième année lorsque j'approchais pour la première fois ce personnage plus ou moins autobiographique ; mais c'était dans une interprétation simplifiée sous forme de bandes dessinées. Celles-ci éditées chaque mardi dans le magazine TARZAN.

 

 

:david copperfield,charles dickens,école voltaire,instituteur servan,michel denni,henry carl kiefer,bandes dessinées de collection,tarzanide du grenier,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

 

Le récit débutait dans le n° 101 d'août 1948 pour s'achever dans le 126 de février 1949. Les planches d'origine étaient dessinées dans un petit format dit "de poche" que j'attribuai d'abord à un graphiste anglais mais qui venait d'outre-Atlantique, made in USA, d'après ce que précise Michel Denni en nommant Henry Carl Kiefer.

 

Toutefois ce n'est que plus tard, en 1951 que je connus ce DAVID COPPERFIELD dans sa version en images. J'entrais alors dans la classe scolaire dirigée par le camarade instituteur SERVAN : camarade, oui, puisqu'il militait communiste-stalinien, à ce que nous disait mon père. SERVAN nous avait d'ailleurs tous accueillis par les paroles suivantes : "Avec moi, vous apprendrez à mettre de la couleur sur le dessin d'une flamme de bougie mais vous devrez être sérieux comme au régiment". Et il avait dit ça en retroussant ses manches de chemise comme s'il allait jouer à la pétanque après avoir débuté sa vie en jouant aux billes comme nous autres à notre tour.

 

Le dessin, ça ne me faisait pas peur. Le premier jour de ma rentrée dans la classe de Madame Lesage, c'est à dire dans la classe des petits quittant l'école maternelle, je m'étais fait remarquer sans l'avoir cherché.

 

- Ce matin vous voyez qu'il pleut. Alors dessinez une personne sous la pluie.

 

Le dessin était la première prise de contact : dessiner une lettre de l'alphabet, dessiner un chiffre de l'arithmétique. Avec l'aide de bouts de branches coupés à la même taille : les buchettes. Je ne sais plus comment j'avais tracé un petit bonhomme courbé sous les gouttes d'eau. L'institutrice s'empara de ma feuille de papier pour la montrer à un groupe de bonhommes en blouse grise faisant l'aller-retour dans la cour de récréation : Regardez le chef-d’œuvre qu'on m'a fait !

 

Ce n'est que des années plus tard que je dus prendre conscience que malgré mes efforts je ne réussissais toujours pas à devenir un deuxième Michael Ange.

 

- Tu sais, je ne suis pas contente, m'avait dit ma mère : TON dessin dont TA Madame Lesage m'a parlé, elle l'a gardé.

 

Quelques-unes des situations vécues par DAVID COPPERFIELD amusaient beaucoup mon enfance et j'étais loin de prévoir qu'elles allaient prochainement être interdites dans mes journaux de jeunesse par une vilaine Loi datée 1949.

 

 

:david copperfield,charles dickens,école voltaire,instituteur servan,michel denni,henry carl kiefer,bandes dessinées de collection,tarzanide du grenier,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

Doc Jivaro