Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2014

Les Tarzanides du grenier n° 80

 

Le numéro 1 de FANTAX première formule en l'an 1946 est d'autant plus valorisé par les vieux collectionneurs qu'ils lui font la réputation de rester introuvable. En revanche, venu du même éditeur (Société d’Éditions Rhodaniennes – SER), le dernier numéro de Robin des Bois se laisse facilement poser la main sur l'épaule de son habit en peau de rebelle anglais.

 

C'est ce mensuel 32 de l'année 1948 qui clôture les aventures plus imaginées que réelles de Lord Robin Hood ou encore de Lord de Nottingham, parues sous la responsabilité de CHOTT soutenu par son dessinateur Charlas. Celui-ci pilla sans vergogne dans le registre des américains Fosters et Hogarth. Un graphiste tarzanine méconnu, dirons nous.

 

 

BD-Robin-des-bois-1951.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

  FLAMMARION.

  Réédition 1951

 

 

 

La jeunesse de notre pays se familiarisa avec les exploits vrais ou faux de Robin des Bois en lisant, dès 1938, un ouvrage illustré par Pierre Noury et édité par FLAMMARION sur une adaptation de Charles Tritter. Cette même année, Heroll Flynn incarna le rôle principal dans le film joliment coloré et réussi par Michaël Curtiz. Film insurpassé jusqu'à présent dans le genre, n'en déplaise à deux des rivaux : Walt Disney – 1953 – et Scott – 2010.

 

  

BD-Robin-des-bois-N°-32.jpg

Couverture du numéro 32, terminus du Robin des Bois de la SER, celle-ci brusquement concurrencée par les Editions Aventures et Voyages que le scénariste Melwyn-Nash renforça en abandonnant sa collaboration avec Pierre Mouchot.

 

 

On identifie la tête, le rire vainqueur de Heroll Flynn, sortie du film devenu film-culte. Les habitués du style Harold Foster, de leur côté, repèrent tout de suite que les personnages secondaires sont imités de ceux présents dans une des grandes images de Prince Vaillant. (Hop-La !, n° 100 et année 1939 pour la parution française).

 

Mouchot – Chott puisa tant et tant dans les BD américaines de TARZAN qu'il fut mis en procès par les ayant-droits du personnage.

 

Comme quoi on court des risques en se travestissant en un tarzanide.

 

 

Docteur Jivaro

 

 

06/09/2014

Les tarzanides du grenier n° 79

 

Quand MARIJAC maraudait chez FOSTER et HOGARTH.

 

Peut-être pas une hostilité véritable envers TARZAN ; mais en tout cas beaucoup de méfiance. Telle fut l'attitude de Marijac – fondateur de l'excellent journal COQ HARDI – devant les scénarios et les dessins par lesquels le héros de Burroughs faisait son entrée fracassante parmi les bandes dessinées étrangères soudainement éditées en France.

 

En réalité, la quasi totalité des BD que nos pères lurent avant les années 40 était américaine. Et, même si cela vous choque, vous devez avoir conscience du fait suivant : c'est pendant l'occupation allemande de notre pays que se développa vraiment une bande dessinée revendiquée par des auteurs français.

 

Marijac, nous venons de le dire, n'approuvait pas sans réserves TARZAN et, donc, ne se faisait pas scrupule à ses débuts de chaparder quelques-unes des attitudes inventées par Foster et Hogarth pour le Roi de la Jungle.

 

gorinne,le petit luron,marijac,foster,hogarth,coq hardi,jules barigoule,tarzan,pierrot,bd,bandes dessinées anciennes

 

 

 

 

Un emprunt dans PIERROT, n° 45 du 6 novembre 1938

 

C'est d'abord en Belgique que MARIJAC publia plusieurs de ses BD. Ainsi, en 1936, chez l'éditeur GORDINNE localisé à Liège. Le texte se déroule classiquement sous les images sans toutefois refuser la présence d'une disposition nouvelle, celle de paroles incluses dans des bulles.

 

gorinne,le petit luron,marijac,foster,hogarth,coq hardi,jules barigoule,tarzan,pierrot,bd,bandes dessinées anciennes

 

Cet extrait modeste nous vient d'une reliure sous carton rigide et assemblant six petites histoires humoristiques inventées par MARIJAC : Sidonie, Marinette, Barigoule, etc, etc. Une publication dénuée de date de parution – 1938 ? - Tous les écrits, tous les dessins apparaissent imprimés en bleu.

 

gorinne,le petit luron,marijac,foster,hogarth,coq hardi,jules barigoule,tarzan,pierrot,bd,bandes dessinées anciennes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme il se doit chez tout Jivaro, voici un titre de tête.

 

En une seule couleur bleue, oui. Car nos voisins les belges aimèrent souvent publier des bandes dessinées dont les lignes sont tour à tour coloriées en vert, en rose, en violet … Exemple : Le Petit Luron (hebdomadaire 1953). Une manière qui en vaut une autre lorsqu'il s'agit d'économiser les encres de couleur tout en croyant rendre chaque page un tantinet plus attrayante. Encore une histoire belge !

 

Docteur Jivaro

 

 

30/08/2014

Les tarzanides du grenier n° 78

Commercialisé (12 septembre 1953), le TARZAN n° 25 de la troisième série française du titre, aurait pu être numéroté 1 d'une quatrième série trop rapidement abandonnée.

 Tarzan-12-09-1953.jpg

 

 Avec ce numéro 25 de sa troisième série, Tarzan subit une réduction de moitié de son grand format classique. Del Duca nous avait promis pour la semaine suivante un Tarzan grandi jusqu'à 24 pages au lieu des douze habituelles. Vous devinez que nous fûmes déçus de ne recevoir que les douze grandes pages réduites de moitié pour faire 24 petite pages ! Autant dire : une cause de trauma d'enfance pour la multitude de lecteurs fidèles.

 

Tarzan,-reliure-8e-année.jpg

 

Ci dessus, album reliant depuis le numéro 25 jusqu'au numéro 30 le final troisième série du TARZAN hebdomadaire qui débuta le 29 janvier 1941 en zone française libre, Paris ayant alors cessé d'être la capitale de la France. (A noter que le numéro 31 de Tarzan se confond avec le numéro 1 de HURRAH ! du 24-10-1953 hebdomadaire dans lequel se continueront des grandes BD préalablement présentées dans TARZAN : Duck Hurricane, Yann, etc, etc,. Dans ce nouvel HURRAH ! Nous pûmes apprécier dès 1953 quelques unes des toutes premières BD imprimées « en relief » et dont l'illusion d'optique est obtenue avec l'aide d'une paire de lunettes bichromie (orangé-bleu).

 

 Hurrah-n°-7,-09-12-1963.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MIGHTY MOUSE

N° 7 de HURRAH !

 

 

Dans le numéro 30 de TARZAN, avec son adaptation française nous prîmes connaissance d'une planche BD dans laquelle le dessin au crayon signé Bob Lubbers se trouve relayé par un encrage dû a un tout nouveau venu : John Célardo.

 

Docteur Jivaro

 

 

23/08/2014

Les Tarzanides du grenier n° 77

Toujours protégées par l'intransigeant copyright Edgard Rice BURROUGHS, voici dans le volume numéro 1 (année 2004) de l’Éditeur SOLEIL, quelques unes des planches BD de TARZAN traduites en français.

 

Nous laissons de côté le scénariste Roy Thomas – qui ne fait souvent que reprendre en les appauvrissant quelques-uns des épisodes des romans originaux. Et si nous gardons le dessinateur John BUSCEMA ce n'est qu'à regret.

 

Tarzan-volume-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une couverture toute endeuillée. Le héros mutilé de quasiment quatre doigts de sa main gauche, à cause d'une intensité égale entre le noir de la page et l'ombre des phalanges.

 

La jungle imaginée par BUSCEMA manque singulièrement d'arbres et, pour le coup, manque de feuillages. L'influence exercée par Joé Kuber est détectable autant dans la figure du fils de Kala que dans la verticalité et la répartition des images. Enfin, ce n'est qu'un Tarzan trop grimaçant, toutes dents sorties comme s'il était contraint de porter un dentier trop grand pour ses mâchoires.

 

Tarzan-vol-1-page-70.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tarzan comme rendu fou furieux. Attention ! ! il vient de faire deux bulles et va mordre.

 

Ma femme surnomme « Westerns dents blanches » toute la production hollywoodienne des années 50 où l'on voit des vachers gominés montant des chevaux qui ruent dans les rues sans jamais laisser du crottin derrière eux. Souvenons nous : l'acteur Burt Lancaster battant tous les records publicitaires du dentifrice dans Vera Cruz – 1954. Ah ! Le grand sourire de son casse-noisettes blanchi artificiellement.

 

Me semble que Soleil Culture Comics n'édita que 3 volumes BD ayant pour dessinateur John BUSCEMA en guise de marionnettiste de Tarzan. Les collectionneurs perdent peu s'ils ne les possèdent pas. Mais il est vrai qu'ils perdent encore moins en les possédant.

 

Docteur Jivaro

 

16/08/2014

Les Tarzanides du grenier n° 76

Lothar - bis -

 

 

Donald-Album-n°-7.jpg

 

  

Effectivement, Lothar est bien le roi d'une tribu africaine présente dans les BD ! (année 1950 et n° 163 de DONALD). Or, Lothar se maintient en même temps comme garde du corps de MANDRAKE, homme blanc tout en élégance civilisée avec son haut chapeau emblème du capitalisme depuis la seconde moitié du XIXe siècle occidental.

 

Devons-nous en conclure que même un roi de noirs ne mérite qu'une place de serviteur auprès de tel ou tel personnage blanc ? C'est ce que durent penser des politiciens pour qui le racisme ne peut exister qu'à sens unique : le blanc dévalorisant le noir. D'autant que dans cette BD américaine les créateurs Falk et Davis attribuèrent à Lothar un équipement vestimentaire vaguement inspiré des mœurs de l'époque coloniale en Afrique Sub-Saharienne. Une peau de léopard couvrant la poitrine et le dos de l’athlète black, semblait attarder celui-ci parmi les « sauvages » animistes d'avant la venue des arabes monothéistes porteurs du sabre de l'Islam.

 

En conséquence la présence domestique de Lothar parut témoigner d'une nostalgie de l'esclavage tel qu'il était autrefois pratiqué dans les États du Sud précédant la dite Guerre de Sécession. Il fallait donc délivrer Lothar. On le délivra en le supprimant vers la fin des années 1970. Il avait eu un rôle essentiel ; il n'en eut plus aucun.

 

Mandrake.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

Lothar s'improvisant

Tarzanide

 

Les premiers exploits de Mandrake-Lothar furent réimprimés en 4 volumes par les Éditions des Remparts, année 1980. Ils débutent par la planche du 2/03/1935 où nous apprécions une panthère noire prénommée Rhéta, que le magicien métamorphose en une jeune femme aguichante que nous apprécions mieux encore – Oh ! Oh !

 

 

Docteur Jivaro 

26/07/2014

Les Tarzanides du grenier n° 75

Ce samedi, quel Tarzanide présenter ? Après avoir oscillé entre Kromagoul et Jim la Jungle, Doc Jivaro s'est décidé pour un troisième élu mais pour ainsi dire complètement inattendu des amateurs du genre. Il s'agit de …

 

 LOTHAR

 

Oui, le serviteur, le boy noir du magicien blanc MANDRAKE.

 

Mandrake a forcément pour origine la moyenâgeuse Mandragore, plante réelle mais a laquelle nos aïeux attribuèrent follement moult miracles et malédictions.

 

  

Mandrake-19-11-1939.jpg

 

 

Du n° 102 de Hop Là ! en 1939.

 

A l'époque quel devin annonça 1940 et la suite cataclysmique ?

 

 

 

Loyal, courageux, costaud comme Hercule et chaste comme Perceval, LOTHAR n'en est pas moins un cachottier de première classe. Il est en vérité le roi secret d'une des plus importantes tribus africaines telles qu'on les invente dans la bande dessinée,.

 

Nous vérifierons en fin de semaine prochaine.

 

 

Tout en vous soutirant un dépassement d'honoraires,

Docteur Jivaro vous salue bien.