Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2020

Tarzanides n° 429

A vrai dire et, même, à dire vrai, les scénarios BD ayant pour sujet le racisme étaient rares pendant ma jeunesse. Inexistants, presque. D'où une exception remarquée par les collectionneurs, celle présente dans les aventurlures de FANTAX ; grand cagoulard imaginé par Pierre Mouchot et Marcel Navarro en 1947.

 

La collection FANTAX s'édita sous deux séries l'une de 39 numéros, l'autre - datée 1959 - de 9 numéros.

 

 

BD-Fantax,-n°-13,-1947.jpg

BD-Fantax,-n°14,-1947.jpg

 

 

Ce sont les numéros 13 et 14, tous deux de l'année 1947 qui parurent avec le KU-KLUX- KLAN pour moteur principal. Signalons qu'à ses débuts celui-ci n'apparaît que comme une grosse farce pour noctambules fêtards, farce fabriquée par une demi-douzaine d'officiers démobilisés de l'armée sudiste. Les États du Nord vainqueurs venaient d'abolir l'esclavage mais n'avaient absolument pas prévu d'organiser du travail salarié pour la multitude des familles noires affranchies. Aussi nombre d'anciens esclaves trouvèrent t'ils commode avec l'aide de trafiquants nordistes, de détourner des parts de l'argent venu du Nord et destiné à la reconstruction des villes sudistes ravagées. C'est en ripostant à ce pillage financier que le K.K.K. se politisa jusqu'à utiliser l'assassinat.

 

Mais dans l'histoire vécue par FANTAX, nous apprenons, ainsi que nous le montre la couverture du numéro 14, que les messieurs du K.K.K. sont de races chinoise, noire, ou encore d'ethnies diverses hindoues ou turques, etc. Inattendu, surprenant, non ?

 

Spirou-n°-604,-10-11-1949.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jivaro aura sûrement l'occasion de parler plus en détail des deux numéros FANTAX et, en attendant, il propose ce petit article paru dans SPIROU numéro 604 du 10 novembre 1949 : l'un des très rares, à l'époque, relatifs aux fanatiques du Klan.

 

 

Doc Jivaro

 

 

31/05/2020

Tarzanides n° 428

 

- Tu sais, la prochaine fois, tu mettras trois O en écrivant le mot salon.

 

Cette voix c'était celle du père Martin qui m'interpellait du haut de son bureau en hauteur sur une estrade. Une envolée de rires charognards s'abattit sur mon dos de futur Buffalo Bill. J'avais effectivement écrit saloon au lieu du salon réglementaire dans une dictée extraite de je ne sais plus quel auteur français. Sans doute rapportais-je ce saloon de la lecture d'une bande dessinée cow boy ou d'un film western récemment apprécié à cheval

sur un des fauteuils du cinéma l’APPOLO.

 

kit le petit shériff,prairie-town,bd l'intrépide,sagédition,marilyn monroe,robert mitchum,bandes dessinées de collection,bandes dessinées anciennes,cinéma rivière sans retour,tarzanides,doc jivaor,bar zing de montluçon

RIVER OF NO RETURN, année 1954

A onze ou douze ans, mes copains et moi devinions bien qu'une Marilyn
pouvait gagner des dollars sans grattouiller une guitare dans un camp de chercheurs d'or.

 

 

Dans le numéro 1 de l'INTRÉPIDE du quatrième trimestre 1948, le jeune KIT HODGKIN va être élu shérif de Prairie-Town ... Remarquons bien un seul F à la fin du mot.

 

BD-Petit-Sherif,-l'Intrépide.jpg

 

 

Mais quelque temps après les aventurlures de Kit Le Petit Shérif sont rééditées par La SAGE dans une revue bimensuelle tous les deux jeudis, et l'on constate alors que le mot shériff est conforme à l'orthographe r'américaine. Qui plus est, la présence du drapeau yankee va être constante sur toutes les couvertures de cet illustré. Pour une édition publiée en France pendant la guerre froide et alors que Maurice Thorez sortait sa Jeannette stalinienne pour annoncer qu'il allait ouvrir les portes de Paris à l'armée soviétique, l'éditeur la SAGE ne manquait pas de courage.

 

BD-Petit-Sheriff,-n°-3.jpg

 

 

Il y eut 168 numéros de grand format et 28 numéros de petit format tous bi-mensuels. Je vous laisse faire le total. Quant à la suite numérique hebdomadaire dans l'INTRÉPIDE elle s’étala depuis le 1 jusqu'au 421

 

Les scénarios du Petit Shériff d'origine italienne offrent des intrigues bien troussées, parfois épicées d'un humour empreint de jalousie féminine, en particulier quand LISA, la sœur de KIT, et FLOSSIE, la fiancée du même KIT se reprochent mutuellement de na pas suffisamment protéger le trop téméraire Petit Shériff de Prairie-Town.

 

Doc Jivaro

 

 

24/05/2020

Tarzanides n° 427

 

Il se dit que les musulmans venus prospérer en France depuis qu'ils ont cessés d'être colonisés après avoir prétendu coloniser le monde entier, sont très mécontents de ne pouvoir fêter ensemble, dans leurs mosquées, la fin de leur ramadan.

 

A cause d'un Covid-19 qui frappe tout le monde y compris, donc, les non-croyants.

 

Les adventurlures de PRINCE VAILLANT débutèrent mais de façon abrégées dans le numéro 1 de HOP-LÀ ! pendant l'année 1937 et ne s'achevèrent aussi précipitamment que trompeusement au numéro 381 de HOP-LA ! MICKEY, victimes des aléas de la Seconde Guerre Mondiale.

 

Extraite du numéro 373 l'image ci-dessous dont vous pouvez lire le texte.

 

 

prince vaillant,hop-là !,mickey,paul winkler,couperie,filippini et moliterni,éditions serg,bandes dessinées de collection,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

 

Et voici cette même image dans la réédition année 1975 chez SERG et sous l'autorité de messieurs Couperie, Filippini et Moliterni en leur heure de gloire.

 

 

prince vaillant,hop-là !,mickey,paul winkler,couperie,filippini et moliterni,éditions serg,bandes dessinées de collection,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

 

Comme on le constate, le récit n'est plus du tout le même : les musulmans en arrière-plan se moquent du jeune chevalier pendant que celui-ci offre au dieu des chrétiens une arme cimeterre orientale dont il s'est emparée en vainqueur. C'est la traduction du texte original américain. Mais une censure était intervenue dans l'image de 1942 : la présence des islamistes n'est pas signalée et le sabre est qualifié de païen c'est à dire de polythéiste alors qu'il est l'arme du monothéisme arabe. Cette censure en date de 1942 s'explique peut-être par le fait historique que Adolf Hitler venait de recevoir officiellement dans sa résidence bavaroise le Grand Moufti Al-Husseiné et qu'une alliance guerrière s'établissait entre Nazisme et Islam. D'où pas question de rappeler que Prince Vaillant combattait en réalité les musulmans.

 

Rappelons qu'en 1942 l'illustré HOP-LÀ ! MICKEY s'était replié dans la ville de Nice, celle-ci bientôt sous occupation italienne. Toutefois lorsque la Wehrmacht s'implanta compensant la déchéance mussolinienne le journal de Paul Winkler, juif, cessa de paraître.

 

Doc Jivaro

 

21/05/2020

Tarzanides n° 426

« Tes histoires en images sont comme celles des mâchouilleurs de "chéchem-gomme" des journaux américains : il y a rien à lire ! ».

 

Mon grand-père côté paternel qui n'était surtout pas un papy, venait d'ouvrir la double page centrale de l'hebdo DONALD, année 1947, mois d’août. C'était LUC BRADEFER qui garnissait la partie droite d'une feuille plus grande que mon bras de gamin.

 

- Lis le moi !

- Si je le lis à ta place tu ne sauras jamais lire.

 

Rescapé de la guerre 14-18, Jean-Baptiste n'essayait jamais de remplacer chéchem-gomme par chewing-gum. Il se souvenait, alors qu'il avançait en rang vers l'Alsace, avoir entrevu des imprimés américains dotés d'images humoristiques ... Absolument sans aucun texte les images. Lui et ses copains s'étaient dit : les États-Unis sont peuplés de différents peuples surtout venus d'Europe : anglais, Irlandais, français, allemands, italiens, etc. Alors pour éviter d'avoir à traduire dans chacune des langues ils rendent de petites histoires compréhensibles uniquement par le dessin des images. « Nous nous étions dit quelque chose comme ça et ça nous suffisait comme explication. On en avait plein le cul de marcher et de courir avec des bandes molletières qui nous coupaient les jambes ».

 

 

bd donald,paul winkler,jean-jacques gabut,luc bradefer,opéra mundi,bandes dessinées de collection,doc jivaro,bar zing de montluçon

 

 

La planche BD ci-dessus est l'une de celles qui, à cause de son peu d'écriture, a pu être utilisée comme exemple nécessitant le vote de la loi du 16 juillet 1949, loi par laquelle le législateur français entendait mettre un coup d'arrêt à trop d'influence américaine dans les journaux destinés à notre jeunesse. Ce législateur envisageait même d'obliger chaque journal pour enfants d'imprimer 60 % d'écriture sur la pagination afin de réduire la surface allouée aux illustrations.

 

 

BD-Donald,-6 avril 1947.jpg

 

 

L'abbé Pihan disqualifiait le journal DONALD édité par Paul Winkler : « Un des plus nocifs journaux pour enfants ». C'est du moins ce que rapporte Jean-Jacques Gabut dans L'AGE D'OR DE LA B.D. édition Herscher, année 2004.

 

Excessif Jugement, non ?

 

Doc Jivaro

 

16/05/2020

Tarzanides n° 425

 

- Ca va le gêner ! ça va s'accrocher aux branches et ça va l'étrangler !

 

Les commentaires étaient vifs, nous les échangions entre écoliers. Le sujet en était une des images publiées dans l'hebdo TARZAN n° 218 du 25 novembre 1950. Le dessin représentait le Seigneur de la Jungle contemplant un médaillon ayant appartenu à sa mère qu'il ne connut pas. (Au moins eut-il une maman lui, contrairement à Tintin qui naquit sans doute par l'Opération du Saint Esprit).

 

BD-Tarzan,-25-11-1950.jpg

 

 

C'est au dessinateur Bob Lubbers que nous devons d'avoir quelque peu civiliser l'homme singe en lui enroulant autour du cou une chaînette accrochant un médaillon. Bob Lubbers conserva pendant une dizaine d'années cet attribut inhabituel au personnage créé par E. R. Burroughs. Mais son successeur John Célardo  se hâta  de supprimer ce même pendentif que pour ma part j'ai toujours jugé parasitaire dans la silhouette de T.

 

BD-Tarzan,-sans-médaillon.jpg

 

 

Les artistes continuateurs parmi les plus connus, tels Joë Kubert et Russ Magnin ne rétablirent jamais le médaillon pendentif autour du cou de TARZAN. C'est pourquoi Bob Lubbers, aujourd'hui encore, tire toute son originalité d'avoir suspendu une breloque au niveau de la poitrine de l'un des personnages les plus célèbres de l'histoire de la bande dessinée. Ce fut aussi pour lui l'occasion d'évoquer une scène sentimentale : la jeune et jolie SHA, reine des fleuves souterrains, admirant le médaillon, ce qui ne pouvait que provoquer la jalousie de OOZU, guerrier chef de la garde personnelle du roi.

 

BD-Sha reine des fleuves.jpg

 

- Et en plus, vous avez vu ça les gars : elle a les mains palmées !

 

- Je vais vous en mettre, moi, une main palmée ! s'exclama l'instituteur. Alignez-vous en rang, prenez vos distances, la récréation est terminée.

 

Évidemment en 1951, le coronavirus n'était pas connu ... ce qui nous empêchait pas d'avoir à tenir un espace entre nous : le bras tendu à l'horizontale jusque dans le dos de l'écolier qui précédait.

 

Doc Jivaro

 

14/05/2020

Tarzanides n° 424

 

RED RYDER, cow boy, donc gardien de vaches, apparut d'abord aux États Unis en 1938 sur des scénarios et des dessins signés de Fred Harman. Succès énorme, bien vite répercuté dans le pays des deux Léon : Blum et Daudet.

 

BD-Cavalier-Rouge,-1939.jpg

Junior n° 187, 28 octobre 1939

 

 

Outre le magazine Spirou c'est JUNIOR, de phénoménales dimensions (28 cm X 97,5 cm qui assura une version française. Mais attention : on était alors français pour ne pas être américanisés, ce qui incitait les traducteurs à contrarier le moins possible l'enseignement de notre vocabulaire national. Ainsi, les demoiselles de l'Ouest des Etats-Unis se prénommaient-elles Colette et Micheline pendant que l’outlaw ... pardon : le hors la loi, s’identifiait Dupont ou Martin mais sûrement pas Billy The Kid ni même Clay Allison.

 

Cavalier Rouge n'est pas simplement un ranchman (faites excuse !) c'est aussi le suppléant d'un shériff (faites encore excuse) d'un shériff courageux mais vieillissant. Les aventurlures de ce Red Ryder se déroulent après les dernières grandes révoltes indiennes quand Taureau Assis (Sitting Bull) est assassiné au cours d'une prise de gueule avec des renégats indiens ; et lorsqu’une Helen Hunt va publier son célèbre réquisitoire : un Siècle de Déshonneur. Les grands troupeaux de bisons ont disparu pendant la construction des chemins de fer, et si le premier téléphone à manivelle existe par contre les médecins se font rares entre les rochers et les cactus cuits et recuits dans le soleil du Colorado. Car c'est dans le Colorado où chevauche Red Ryder Un Rouge Cavalier en compagnie de Petit Castor, un orphelin navajo couronné d’une tignasse noire.

 

red ryder,petit castor,cavalier rouge,colorado,zorro,fred harman,bande dessinée de collection,doc jivaro

Colorado n° 3, année 1956

 

La fréquence avec laquelle ce Petit Castor avance à quatre pattes, le derrière en l'air, tout en précédant Red Ryder, a fait parfois soupçonner le cow boy rouquin d'intentions entachées de pédophilie ... Mais laissons l'étude de ces choses aux fins limiers freudiens.

 

RED RYDER fut souvent réédité dans nos journaux en marge de nos écoles : non seulement dans Spirou ou Coq Hardi mais encore dans Zorro, dans Colorado, dans Tarzan, etc, etc ... Enfin Édouard François, dans le numéro 44 de Phénix, revue internationale de la bande dessinée, a consacré une douzaine de pages à détailler la filiation entre deux personnages (Bronc Pealer et Red Ryder) filiation par laquelle Fred Harman mérite sa célébrité.

 

Doc Jivaro