Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2012

Brèves du trottoir n° 90

 prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

Quelques-uns de ses passagers demandaient à être sodomisés par le videur de service. Mais ce n'était pas toujours prudent ... alors elle leur proposait d'avoir recours à tel ou tel de ses copains.

Ce caprice coûtait 200 frs  au temps d'avant hier quand les filles montaient pour 100 frs.

29/07/2012

Brèves du trottoir n° 89

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

Lydia mécontente de voir une semeuse d'emmerdes telle que Hélène venir éponger le clille dans le même immeuble qu'elle.

- Elle travaille mal ! les mecs vont croire que nous travaillons toutes mal comme elle ! une publicité comme ça, j'm'en passe !

Brèves du trottoir n° 88

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

 

Craint tant de manquer son tour qu'il fonce sans avoir terminé sa canette de bière !

22/07/2012

Brèves du trottoir n° 87

 

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

 

Comme si tous ne le savaient pas.

- Elle est bonne !

Brèves du trottoir n° 86

 prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

- Dis donc, tu l'as gardé presque une heure celui là ! J'ai vérifié à ma montre. T'es fatiguée ? t'as la flemme ? tu lui as fait une fleur ?

- Tu parles ! c'est un habitué. Je le soigne. Il demande des trucs de dingue mais il casque bien.

15/07/2012

Brèves du trottoir n° 84

 

 

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

Elles besognaient à deux, en bout d'une ruelle descendante de l'arrière du Sacré Cœur. 

En fait une impasse. 

Elles n'y restèrent pas des masses. 

L'entrée fut murée à l'aide de parpaings. 

A cette même époque, le regroupement de familles musulmanes débarquées d'Afrique causa la fermeture d'une quinzaine de boxons dans le quartier de la Goutte d'Or. 

C'est ainsi. En 1962, les algériens ne voulurent plus être français. Mais en 1972 des multitudes d'entre-eux exigèrent d'être naturalisées dans le pays de leur anciens vilains pas beaux colons.