Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2017

Les Tarzanides du grenier

 

 

Fin de semaine : repos

 

 

 

 

31/10/2015

Les Tarzanides du grenier n° 186

 

Doc Jivaro demeure a 99 % persuadé qu'il possède le numéro 1 de la bédé DIAVOLO imaginée en 1946 et par Melwyn-Nash pour les Éditions « Aventures et Voyages » sous la référence du logo MON JOURNAL. Hélas ! Impossible de remettre la main sur cette relique, tant le monticule du désordre s'enfle, se haussant pour soulever la toiture du propriétaire.

 

Donc sans prétendre combler l'emplacement laissé vide par l'absence du DIAVOLO n° 1, résignons nous à ne regarder que la couvrante du numéro 2.

 

 Diavolo-1948.jpg

 

DIAVOLO ? Un amérindien dessiné par Besseyras (parfois orthographié en Bessyras) et dont la publication correspond au moment où le scénariste Melwyn-Nash faisait alliance avec Bernadette Ratier après s'être séparé de Pierre Mouchot, son précédent employeur.

 

Par la disposition des cadres dans la planche, ainsi que par l'occupation « en entier » de chaque image par le corps du héros, DIAVOLO répercute les mises en page que Hogarth avait recueilli de Fosters en les amplifiant. Toutefois – et c'est heureux – Besseyras ne calque pas les attitudes de son personnage sur celles inventées par Fosters – Hogarth ; et cela contrairement à ce que firent alors beaucoup des artistes bédéistes ayant à animer un athlète appelé à égaler les triomphes d'un tarzanide.

 

Diavolo-1948-page-3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Difficile de contester que ce « peau rouge » ressemble plus à un Tarzan qu'à un indien habitué des plaines où galopèrent Grazy Horse et le Général Custer.

 

 

Entre 1946 et 1949 DIAVOLO sera imprimé pendant dix numéros mensuels. Jusqu'à ce qu'à son tour, victime de la censure, il disparaisse.

 

 

Nous le pensâmes mort : il n'était qu'en hibernation. Aussi reparut'il mais amoindri dans les pages de BRIK, autre production chapeautée par le logo MON JOURNAL. Des années passèrent jusqu'en juillet 1957 : le personnage indien cessa finalement d'exister, ne laissant de lui que son patronyme sous la forme d'un titre.

 

Docteur Jivaro, sans se dédouaner de n'avoir pas retrouvé le numéro 1 du DIAVOLO de l'année 1946, affiche ici le numéro 1 du Diavolo petit format de l'année 1957. 

Diavolo-Juillet-1957.jpg

 

Cette seconde édition dont chaque numéro est doté de cent pages, les unes en noir sur blanc, les autres en un carmin nuancé, n'offre rien de vraiment remarquable sauf que … sauf que ses pages 96, 97 et 98 présentent une publicité en faveur de l'agent fédéral LASH LARUE publié dans DAGOTA numéro 33 toujours pour la même année 1957. Un LASH LARUE dont les traits du visage m'ont parfois fait penser à la physionomie de Victor Mature, comédien qui incarna le chevelu-tondu Samson dans un film de la Paramount Pictures.

 

La première série des dix numéros DIAVOLO demeure d'autant onéreuse qu'elle est rare ; et que les vieux collectionneurs encore plus proches de leur corbillard que moi du mien (j'espère) refusent de les proposer aux enchères, même sur le web où pourtant, bien des choses mercantiles prospèrent.

 

Ces gens là, collectionnant et se jalousant entre-eux, ne se rencontrent que pour comploter de quoi rendre inaccessible leur prétendu trésor à tout nouvel arrivant. Ils jouent encore au plus malin du bac à sable. Ils affirment détenir tel ou tel exemplaire en double, en triple, en quadruple … Mais lorsque vous leur proposez un échange, ils affectent tout à coup se souvenir de ne rien avoir de ce qu'ils affirmaient mordicus avoir en partage.

 

On les rencontre qui sont fiers de posséder quelque Graal, jusqu’à ce que quelqu'un les affronte en possédant l'Anneau des Nibelungen.

 

Doc Jivaro

 

24/10/2015

Les Tarzanides du grenier n° 185

 

Jaillissant de l'océan changé en dépotoir par l'espèce humaine, ANTARES est un adolescent « qui a le pouvoir de vivre … sous l'eau ». En somme : un Tarzanide préservé de tout risque de noyade.

 

Après avoir été hébergé dans les pages de Yataca, ANTARES voit son nom devenir le titre d'un tout nouveau pockett en 1978. C'est le moment où dans le pays du Coq Gaulois des manifestations de plus en plus nombreuses s'organisent en faveur d'un mammifère marin : le dauphin. D’où le choix des Éditions MON JOURNAL d'installer un blond adolescent à califourchon sur Roal. Roal ? Un dauphin non pas venu d'une province du Royaume de France, mais du Royaume mythique d'amphitrite – Neptune.

 

Logo-Mon-Journal.jpg

 
Logo pour Béatrice Ratier, sa fondatrice,
grande responsable de BD en France.

 

 

Contrairement à TARZAN dont il est par sa quasi nudité un des rejetons tardifs, ANTARES a nul besoin d'utiliser un couteau pour supprimer ses ennemis. Quant à son caleçon, son slip ou son maillot de bain (baptisez selon votre préférence l'objet de pudeur) il paraît taillé dans de la peau de poisson, donc comme brodé d'écailles.

 

Antares-n°1.jpg

 

Numéro 1 de 1978. 128 numéros suivront jusqu'en 1989.
Ce premier numéro peut vous coûter jusqu'à 20 euros.
 

 

Les éditions Mon JOURNAL inventèrent toute une pléiade de Tarzanides parmi lesquels YATACA, BEN GALI, SAHIB TIGRE, BONGO, TIBOR, etc, etc, Avec pour tête de liste le très populaire AKIM, un italien qui profita dès 1958 de l'absence à laquelle les catholico communistes avaient condamné TARZAN.

 

Lancelot-numéro-115-page-55.jpg

 

 

De petites publicités incitaient parfois les jeunes lecteurs à acquérir sans effort une musculature de Tarzanide. Ainsi dans le numéro 115 de LANCELOT en juin 1978 et page 55. Voyez l'image ci-dessus. Forcément, le résultat véritable restait d'ordre érotique : capturer, là aussi sans effort, les jolies femmes.

 

Doc Jivaro

 

24/11/2012

Les Tarzanides du grenier (n° 9)

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin,Tarzan,Coq Hardi,Marijac,

Coq Hardi n° 160, année 1949 

 

TAR-ZAN / ZAN-ZAN

 

 Feuilletant plusieurs albums de la collection COQ HARDI, j'ai arrêté mon regard sur l'une des vignettes dessinées par Jacovitti pour sa BD parodiant le personnage de TARZAN. 

 

Un TARZAN que Jacovitti casse d'abord en deux syllabes avant d'en réduire le titre à sa seule syllabe finale doublée. Pourquoi cette modification ? Peut être que Jacovitti et son employeur du moment – Marijac – s'évitèrent ainsi un procès de la part du propriétaire et des distributeurs du célèbre TARZAN. 

 

Revoyons l'image et parions qu'une pantomime pareille est impossible à éditer dans un journal d'aujourd'hui pour l'amusement des enfants. A moins d'en détourner le sens et la faire servir à une dénonciation carabinée de l'ancienne colonisation de l'Afrique noire par l'Europe des vilains pas beaux méchants hommes blancs. 

 

N'a-t-on pas parfois l'impression que nombre de démocrates BCBG regrettent de n'avoir pas à raconter avec émerveillement une histoire de l'Afrique du XIXe siècle colonisant l'Europe ?

   

Doktor Jivaro

 

10/11/2012

Les greniers de la BD n° 12

NOUNOUCHE ? Comment ça, tu ignores NOUNOUCHE ?

On t'a sans doute prévenu contre elle : ce n'est pas de la bande dessinée. Et pourquoi donc ? Parce que chez elle il n'y a ni bulles portant des paroles, ni onomatopées, et que le texte doit être lu en dehors, en dessous des illustrations. Et alors ? C'est du pareil chez Bécassine de Pinchon, chez les Pieds Nickelés de Forton ; ça l'est aussi lors des débuts de Tarzan dessinés par Rex Maxon  : l'écriture n'entre pas non plus dans l'image. Une séparation qui ne dissuade pourtant pas les professionnels de plonger ces personnages dans le monde grouillant des BD.

Le premier titre de NOUNOUCHE fut publié en 1949. Non, pas en 1949, non. Cette année là ce n'était que des rééditions du titre proposées aux enfants. 

- Aux gamines ! Dites le, allez, c'était principalement adressé aux filles.

Mouais, admettons. Admettons et précisons : NOUNOUCHE naquit en 1938. Le nom de son papa figure en bas à droite des couvertures. DURST qu'il signait.


 bd,bande dessinée,bd ancienne,Nounouche,illustration,dessin

 

Comme beaucoup d'autre petits héros de BD capables de divertir la jeunesse, NOUNOUCHE s’exerça d'abord à tous les métiers : blanchisseuse, maîtresse d'école, fermière et infirmière, etc. Elle se fit même danseuse. Depuis le XIXe siècle, faire le tour du monde était à la mode dans les romans pour enfants. Notre NOUNOUCHE évolua dans ce sens, parcourant les pays, les peuples et leurs races alors bien différenciés par l'effet sélectif des frontières. Elle voyagea en Australie, en Asie. Elle piétina le Pôle Sud qui est plus froid que le Nord. Pilote précoce elle s'envola dans son joli n'avion « Le Pinson » et atterrit en Océanie.

En Océanie où elle risqua être cuite bouillie dans la grande marmite de la tribu qui est aussi la marmite familiale. 

Les enfants sont faits pour être mangés. Les fabulistes vous le certifieront. On commence avec le croquemitaine, on finit avec Gilles de Rais. Et comme ce sont les adultes qui écrivent des contes truffés de sous-entendus féroces pour leur progéniture, on comprend que les enfants apprennent très vite que leur sécurité  résulte de l'art de ne dormir que d'un oeil.

Le bon DURST (André) semble avoir eu des problèmes d'ordre intime avec sa sympathique petite héroïne. Au commencement, il la dessine vêtue d'une petite jupe mais sans petite culotte en dessous. Ouh, la petite vilaine ! Ou plutôt : ouh, le vilain Monsieur ! Heureusement, Papa se corrige par la suite : deux petits traits courbes indiquent que « Petit Bateau » est de retour au port. Mais de temps en temps, il y a quelques oublis. Alors c'est l'imprimeur qui colle une tâche rouge pour reculotter in extremis NOUNOUCHE. Il y a aussi dans le premier album, ce long sommeil qui enveloppe NOUNOUCHE. Elle rêve mais son rêve tourne au cauchemar et elle ne s'en réveille que lorsque le Père Fouettard lui plante un javelot dans le nez, faisant jaillir le sang. Comment ne pas imaginer que cet endormissement correspond symboliquement à une longue période pendant laquelle la fillette passe de l'enfance à la puberté, et que le sang soudain jailli évoque la brusque éruption des menstrues ? 


bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,nounouche,dessin

Quand le dessinateur et l'imprimeur négligent la vertu  

(Extrait de Au pays bleu, volume 3)


Les pérégrinations de NOUNOUCHE parurent en deux éditions identiques, l'une à partir de 1938, l'autre à partir de 1949, chacune, comptant trente numéros. La première imprimée en Belgique ; la seconde en France, à Lyon autrefois capitale des Gaules et, aujourd'hui, capitale des Bouchons. Tous les numéros contiennent 32 pages teintées bleu et rouge avec des dégradés de sombres à clairs par trames superposées. L'édition belge est cousue, l’édition française agrafée. L'édition belge contient quatre pages centrales supplémentaires mais non numérotées. 

Je dus lire quatre ou cinq exemplaires lorsque j'étais tout gosse. Lire n'est pas exact. Je me contentais d'en regarder les vignettes, de les « manger des yeux ». Ces livres m'étaient prêtés par une jeune voisine plus âgée que moi qui en étais à l'apprentissage de la lecture. Ma mère me faisait prononcer les mots en les soulignant du doigt après me les avoir lus. 

Comme quoi NOUNOUCHE fut une copine de ma petite enfance. 

Dr Jivaro

 

04/11/2012

Les greniers de la BD n° 11

Depuis 2009 (Septembre) les Éditions du Bleu et Noir rééditent un des journaux mensuels de 12 pages parmi les plus courus de mon enfance. Il s'agit de YAK.

bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

 

YAK fut d'abord épaulé par MON JOURNAL en 1949 avec Bernadette Ratier pour gérante.

On ne présente plus Bernadette Ratier bien connue par tous les collectionneurs de Bande Dessinées.

Les 3 premiers fac-similés de YAK (publiés simultanément avec ceux de son « frère », le corsaire BRIK) me semblent d'un format sensiblement différent par comparaison de leurs originaux.

L'initiative de JA Santiago reste néanmoins excellente. Souhaitons qu'il puisse conduire de bout en bout la réédition des nos deux champions autrefois dessinés par Cézard sur des scénarios de Marcel Navarro, lequel de Navarro agissait caché derrière J-K Melwyn-Nash.

 bd,bande dessinée,bd ancienne,illustration,dessin

 

Deux couvertures Brik YAK (n° 22 et 32) suffisent pour constater l'appauvrissement que la censure votée en 1949 infligea pendant plus d'une décennie aux revues de BD destinées à la jeunesse en France.

 Bar-Zing