Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2013

Le Petit Censeur Illustré n° 2

Au matin du 11 mars 1950, les fidèles clients-lecteurs de TARZAN voient leur champion favori se débattre dans une situation désespérée. De vilains pas beaux pygmées l'emprisonnent entre leurs petits bras musclés. Vient-il d'être capturé par de voraces cannibales ? En tout cas, ces nains dont la tête paraît malade d'hydropisie, on les nomme ONONOĖS.


Mais sont-ce, ici, les véritables ononoés que le dessinateur Burnes Hogarth inventa, donnant libre cours à une de ses manies consistant à dé-sexualiser nombre de ses personnages ? Ces créatures exceptionnelles dont le laps d’existence fut très restreint dans la BD allaient détenir un record dont elles dédaignaient pourtant les lauriers. Elles furent les victimes principales de la censure imposée en France à toutes les images destinées aux enfants.



Tarzan,BD,Bandes dessinées anciennes,illustratés pour enfants

 

Vignette terminale de la huitième page de l'hebdo TARZAN n° 181. Elle vaut vraiment le coup d'un commentaire à venir détaillé ; elle ainsi que toutes les autres, celles la précédant, celles lui succédant.

 

Docteur Jivaro

 

30/06/2013

Le petit censeur n° 1




bd,bd ancienne,bd de collection,journaux pour enfants,censureAprès une période assez brève (globalement : 1972-1983) de liberté de création dans la BD – et pas uniquement dans celle destinée aux adultes – la censure est redevenue toute puissante dans tous les domaines relatifs à l'affichage public des journaux illustrés.
 

Il suffit de regarder la devanture fadasse d'une librairie d'aujourd'hui tout en se souvenant de telle ou telle autre de la fin des années 70, pour comprendre tout ce dont les « belles âmes » politiques, de droite ou de gauche, nous ont démuni depuis bientôt trois décennies. 

Cependant, on peut toujours s'en consoler, sachant que dans le pays de Thorez et de René Coty se furent surtout les années 50 qui eurent à subir les plus grands abus de censure dans le rédactionnel et le graphisme populaires.  

Ci-dessus la couverture de FOX, n° 33 de mai 1957.


Publié en France, donc censuré, ce produit italien était adapté par les éditions LUG alors très productives à Lyon. 

Le revolver tenu dans la main droite à été supprimé. On a déplié l'index comme pour ne garder qu'une
bd,bd ancienne,bd de collection,journaux pour enfants,censuretrace inoffensive du canon de l'arme disparue. Mais l'escamoteur, sans doute chichement payé, a laissé vide la gaine pendue au ceinturon. Il s'est dispensé de dessiner le six coups qui, normalement, devrait y être replacé. Je ne connais pas l'image d'origine. Je suppose, pourtant, que l'autre personnage menacé laisse tomber son colt et que celui-ci, aussi, a été effacé.
 

Le protagoniste en chemise jaune se nomme sûrement TEX WILLER, ranger fameux réédité par Lug mais pas dans FOX. Dans RODEO. (Et après que WILLER TEX ait possédé son propre journal pendant 35 numéros entre 1952-1955).   

Constatons sur ce numéro 93 de RODEO (1958) le même genre de censure que celle appliquée au numéro 33 de FOX. Et cette fois, la main droite a été modifiée maladroitement. L'encre en a même bavé, la coquine. 

Un avant goût de ce TEX WILLER apparut prématurèment sous le nom de TEXAS BOY, dès 1947 – Et fut publié sur 32 pages, chacune des pages n'étant modestement composée que d'une seule bande horizontale.

Ci-dessous, le numéro 10 de TEXAS BOY. La dernière page présente une publicité pour PANTHERE BLONDE, une des copines de notre enfance. 

 

bd,bd ancienne,bd de collection,journaux pour enfants,censure

 

bd,bd ancienne,bd de collection,journaux pour enfants,censure

 

 

Sur cette couverture n° 9, une action défensive meurtrière impossible à publier pour une jeune clientèle des années 50 et 60. Et même à présent, en 2013 vous n'en verrez pas l'équivalent dans un journal pour juniors. 

Difficilement trouvable, la collection complète de TEXAS BOY tient-elle en 39 ou 41 numéros ? Question non résolue. Quoiqu'il en soit, si votre pire ennemi vous la donne avant de périr étranglé par vos soins, acceptez en le cadeau. Et pour une bonne raison : chacun des exemplaires peut atteindre jusqu'au prix de 90 euros malgré le chétif de sa présentation.

 

Docteur Jivaro

27/04/2013

Les Tarzanides du grenier (n° 32)

Les onze font les douze


Dans la revue BIZARRE, n° 29 et 30 de l'an 1963, Francis Lacassin énumérant l'existence des 19 albums TARZAN publiés chez HACHETTE négligea de signaler l'absence d'un numéro 12. Il s'en corrigea quelque vingt ans plus tard chez l’Éditeur Veyrier ; mais toujours sans indiquer que le titre annoncé et jamais imprimé était « Tarzan et les Amazones ». Ce manquement se remarque également dans les numéros 590 à 593 de la Collection 10-18 de l'année 1971, du même auteur. 


La non parution de ce numéro 12 de Tarzan est généralement attribuée à la double censure catholique et communiste dont les effets falsificateurs se firent sentir plusieurs mois avant sa publication au Journal Officiel. 


Lorsqu'en 1940 parut l'album numéro 7 « Tarzan et les Pygmées », l'armée allemande se préparait à occuper pendant quatre ans le pays du Marquis de Sade … HACHETTE se vit obligé d'interrompre les exploits de TARZAN né de parents anglais. 


En 1947, l'éditeur français recommença les péripéties de l'homme-singe avec un album numéro 8 « Tarzan et le Petit Roi », qui n'est en rien la suite de « Tarzan et les pygmées » classé numéro 7. Deux années passèrent encore et c'est en 1950 que HACHETTE imagina d'imprimer dans un album numéro 12 la fin du numéro 7 restée en réserve pendant dix ans. 


Les albums 7 et 12 (si le 12 avait été édité) auraient donc regroupé une grande aventure de TARZAN initialement publiée en Sundays Pages made in USA depuis le 4/12/1938 jusqu'au 30/07/1939 et qui comporte trente cinq grandes planches BD colorées. Cette aventure se termine par une rivalité entre TARZAN et des femmes guerrières, rivalité n'emplissant qu'une petite dizaine de pages. On peut donc supposer que le nombre restreint d'images fut jugé insuffisant par les maquettistes pour emplir un album HACHETTE, composé habituellement de quarante huit pages. 


D'où notre penchant à supposer que la censure catho-coco ne fut pas la cause unique du renoncement à publier un « TARZAN et les femmes libérées », numéro 12. 

•  Vous venez d'écrire étourdiment « femmes libérées » mon pauvre ami.

• J'ai écrit ça, moi ?

• Oui, vous.

• Je fume d'être embrouillé dans ma tête. Je me demande parfois comment les amazones réussissent à ne pas se comporter en lesbiennes. Peut-être parce qu'elles n'existent que comme des inventions érotiques produites par la part variable de masochisme présent dans chaque homme.

 

tarzanides,tarzan,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,bd,bd anciennes,hogarth

 

Ci-dessus 2 vignettes venant de JUNIOR, année 1939 et pendant la journée du 5/10. Remarquez l'ombre portée sur Tarzan, ombre par laquelle le dessinateur Hogarth a caché le baiser lèvres contre lèvres que la Reine Kuleeah applique à TARZAN, profitant de l'évanouissement du héros. Comme si vu de dos le corps de cette amazone ne modérait pas assez l'étreinte passionnée !


Mais pour un père-la-pudeur on n'est jamais assez restrictif lorsqu'il s'agit de maltraiter les gestes d'amour de l'humaine animalité. Or, Hogarth se comporta toujours en hypocrite dans son œuvre dessiné même quand la décennie des années 1970 autorisait quasiment toutes les licences dans l'art et la littérature. 


Cette aventure que j'appelle « TARZAN et le chaînon manquant » (et que vous pouvez tout autant intituler « TARZAN et Linda » lorsqu'elle est complète), fit l'objet d'une deuxième publication en 1951, toujours chez HACHETTE mais aussi, toujours, atrophiée (Les chasses de Tarzan). L'épisode des amazones y est invisible ; le méchant-vilain Marsada s'en sort vivant, pardonné par un TARZAN devenu naïvement humanitaire. Quant à la jolie Linda, sa jupe trop courte risquant de traumatiser les enfants de Jésus ainsi que ceux de Staline, on l'affuble d'une soutane noire autour de ses jambes d'amoureuse.

 

tarzanides,tarzan,hachette,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,bd,bd anciennes,burne hogarth,junior,censure


L'envol de Tarzan et Linda suffit pour symboliser de façon aérienne l'orgasme du couple homme/femme. Le parallélisme des quatre jambes ainsi mises à l'unisson, renforce l'illusion d'une jouissance commune réussie. Comme le dit le poète « Tous deux ne font plus qu'un ».

 

Docteur Jivaro

06/08/2012

Marilyn : déjà 50 ans ...

... qu'elle ne change pas de petite culotte ¹

pour nous refaire le coup de la grille d'aération

 

Marilyn Monroe,Hollywood,mythe 7e art,cinéma,star,vedette,

¹ En réalité, un affreux short de rombière imposé par le sinistre "code Hays" et par les ligues féminines de pudeur envieuses à l'encontre des Droits de l'homme

07/12/2010

Luc Besson 2010 - Odyssée de L'espèce

Il veut nous censurer le net

Luc-Besson.jpg

 

25/06/2008

Piscine religieuse ou

Histoire d'eau

Quand la laïcité se prostitue

  aux intérêts religieux "apolitiques"

 

c5424e2b564fabc6cd01f57d53dfb207.jpg

Cette image ne peut être utilisée sans l'autorisation écrite de l'auteur.