Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2015

Les Tarzanides du grenier n° 183

 

Trois ans avant que notre pays déclara la guerre à l'Allemagne, JUNIOR fut l'un des titres BD les plus applaudis parmi les journaux hebdomadaires commercialisés en France

 

  Deux séries existèrent, celle débutée en avril 1936 ; et celle qui lui succéda en 1947 après une interruption d’à peu près cinq années. La seconde série ne compte que 27 numéros. Un bilan faiblard comparativement aux 282 de la première.

 

 La présence de TARZAN assura, à coup sûr, le succès auprès d'une clientèle essentiellement composée de puceaux. Même s'il faut dire que cet épisode – La Cité des Vampires – correspond au laps de temps pendant lequel le talentueux Burnes Hogarth, n'ayant pas reçu l'augmentation de salaire sollicitée, abandonnera à son élève Rubimor tout le travail à venir. Moins doué jusqu'à en rester malhabile lorsqu'il prend le relais, Rubimor s’acquittera coûte que coûte de sa responsabilité pour atteindre la 87e « Sunday page » du 3 août 1947.

  

éditeur soleil,tarzan,junior,bd,bandes dessinées anciennes,bandes dessinées de collection

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exemplaire survivant : le final N° 27.

 

Une seule grande feuille de 56 X 78 pliée deux fois permet d'obtenir huit pages chacune massicotée en 39 x 27,5.

 

 

Lorsque l'Éditeur SOLEIL, une cinquantaine d'années plus tard, imprima dans le dialecte de l'indigène parisien la totalité des aventures de Tarzan illustrées par Rubimor, j'étais trop âgé et n'y retrouvais pas les saveurs d'un exotisme imaginaire que mon enfance m'avait fait croire plus important que les jours passés en famille.

 

Doc Jivaro

 

03/10/2015

Les Tarzanides du grenier n° 182

 

Et ! Vlan ! Spaf ! Krac ! Arg ! Zwoo !

 

Tous ces coups de poing ! Tous ces bruitages !

 

KALI, Tarzanide de peu de notoriété, passe un très mauvais quart d'heure, encaissant malgré lui une foutue vache de rossée.

  

Kali décembre 1979.jpg

 

 - On n'enrichit pas son vocabulaire avec des onomatopées.

 

- Des quoi, m'sieur ?

 

- Des onomatopées. J'épelle au tableau : o. n. o. m. a. t. o. p. é. e. Un S au pluriel. Prenez votre cahier. Problème : un train démarre à 8 h 37 pour un parcours de 130 km. Au même moment et en sens inverse un autre train avec un retard de 10 minutes …

 

- ÇA y est, ça recommence ! On nous angoisse notre  dimanche de flegme à cause du lundi de boulot.

 

Publié en 1979 par « Jeunesse et Vacances », ce genre de couverture BD exposant une bagarre entre hommes était devenue impossible à trouver en France chez les marchands de journaux pendant la décennie qui succéda à 1950. Censure par ci, censure par là. Censure partout. Pourtant, dans le commencement des années 60, un relâchement se fit chez les mutilateurs : ceux qui périssaient laissaient affaiblis ceux qui vieillissaient. Le surgissement de mai 68 allait précipiter leur mise aux oubliettes.

 

En réalité, il y eut comme DEUX Mai 68. Celui des syndicats ouvriéristes dont le seul mot d'ordre demeurait : grèves et salaires. Et le second Mai 68, celui qui libérait la pornographie dans les cinémas comme dans la littérature et les bandes dessinées. A côté de l'enfantin Mickey et du Pèlerin Magazine presque grabataire, le quidam pouvait se payer le Marquis de Sade dans les grandes surfaces marchandes.

 

Nous crûmes rêver : Dieu redevenait sexué.

 

Doc Jivaro

 

30/09/2015

Nadine Morano victime d'un contrôle au faciès

 

Mais z'où sont les neiges d'antan ?

  

Nadine-Morano.jpg

 

26/09/2015

Les Tarzanides du grenier n° 181

 

Maréchal, LE voilà !

 

Deux « reliures d'amateur » groupant depuis le 1 jusqu'au 34 le journal hebdomadaire TARZAN de l'année 1941.

  

Tarzan,-1941.jpg

 

La première reliure comprend 10 numéros ; la deuxième 33. C'est dire que le numéro 11 du 16 avril 1941 n'est présent ni dans l'une ni dans l'autre des deux reliures amateur.

 

On pense généralement qu'aucune reliure professionnelle de l'ensemble des 34 numéros existe.

 

A plusieurs reprises dans ses éditions, le BDM « Trésors Bandes Dessinées » indique que le numéro 10 de cette série n'est ni numéroté ni daté. Ce n'est pourtant pas le cas dans la reliure amateur numéro 1 où figure le numéro 10 bel et bien daté du 9-4-1941.

 

Ces deux reliures par un amateur sont sûrement récentes puisque l'image illustrant chacune d'elles est une photocopie collée sur carton rigide. Par contre, les pages intérieures des trente trois numéros de 1941, à en croire le grain de leur papier ainsi que son odeur, semblent bien être celles d'origine imprimées en « zone libre » sous le gouvernement d'armistice du Maréchal Pétain.

 

Le BDM – encore lui ! - des années 2009-2010 indique que deux numéros longtemps ignorés – les 35 et 36 – ont été découverts pendant l'année 2007.

 

Docteur Jivaro ne les a toujours pas vus.

 

L'éditeur fut Del Duca, d'abord à Vichy, capitale éphémère d'une France réduite de moitié ; puis à Nice, ville anciennement d'appellation grecque et dans laquelle plusieurs des riches fortunes de France se réfugièrent avant même la fameuse « poignée de mains » dans Montoire.

 

Pour se tenir à la mode politique du moment, les 9 numéros débutants promettaient à chaque nouvel abonné une enveloppe contenant des photos du Maréchal P. Toutefois, avec le numéro 10, l'enveloppe et ses photos sont toujours promises mais sans faire mention du Maréchal P.

 

tarzan,del duca,maréchal pétain,bdm,bandes dessinées anciennes,librairie fantasmak

 

On sait que l'année 1941 favorisa dans nos villes et villages la prolifération des portraits du vainqueur de Verdun. L'ancien almanach des Postes et Télégraphes de cette même année, ne rata pas l'occasion de satisfaire le voyeurisme populaire.

 

Lorsque parut le tout premier journal français à porter TARZAN pour titre, nous étions le 29 janvier 1941. C'était un mercredi.

 

 Avis à tout collectionneur pointilleux.

 

Docteur Jivaro

 

 

19/09/2015

Les Tarzanides du grenier n° 180

 

Jeanne-d'Arc-Librairie-Gründ.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeanne d'Arc

 

 

Que voici une bien belle image ! Chaste et mieux encore : pieuse. Catholiquement pieuse.

 

Devinez quel en fut le dessinateur encensé par tous les saints et œuvrant pour la librairie Gründ de 1936.

 

Charlie avril 1973.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait de Charlie n° 51

avril 1973

 

 

Et cette autre image, vulgaire celle-là et dont les figures se prénomment Paulette et Joseph en 1973. Dites-nous en l'auteur en dehors de toute odeur de sainteté.

 

Cherchez pas : toutes deux viennent de PICHARD.

Sauf que l'une est signée d'un Jean-Jacques quand l'autre l'est d'un Georges.

Le Jean-Jacques décéda en 1949.

Le Georges, lui, décéda en 2003.

Lorsque des homonymes se différencient par le choix des sujets, le désordre s'empare du monde.

 

Docteur Jivaro

 

Vous savez, les nénettes du Georges de Georges Volinski sont le plus souvent copiées d'après des photos de nus féminins dans des magazines érotiques qui pullulaient pendant la décennie 70. C'est ce qui explique que les dessins de bonhommes qui, eux, sont dessinés de mémoire (on dit : « de chic »), ne sont jamais dotés d'une présence aussi persuasive que celle des femmes.

 

12/09/2015

Arizona

 

Cet album arrangé sous quatre plats de carton souple, assemble quelques-unes des premières adventures humoristiques de LUCKY LUKE. Son copyright date de 1951, en Belgique, pays des moules-frites et des derniers Bars à Hôtesses légalement prospères.

 

Arizona.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce graphisme de couverture est de 1951 pendant que celui des pages intérieures date de 1946.

 

 

Sa cote peut s'élever jusqu'à 250 euros ! C'est exagéré, mes amis. Lucky Luke n'étant alors qu'un nouveau venu démuni de parrain capable de le pousser-hausser du cul, son nom ne figure même pas en couverture.

 

Pareil en cela au débutant Mickey ainsi qu'aux premières heures de Betty Poop, Lucky Luke ne possède que huit doigts pour deux mains. Cette infirmité par laquelle votre psychanalyste interprétera quelque castration symbolique, s'explique surtout par une recherche de facilité pour le dessin lorsqu'il s'agit d'animer des mouvements manuels d'un personnage dessiné pour le cinéma. Elle n'a donc pas réellement de justification dans une image inerte comme le sont toutes celles de la Bédé proprement dite.

 

Arizona-Lucky Luke.jpg

 

 Ah ! vous y constaterez aussi qu'au commencement de ses chevauchées esseulées, le cow-boy fantaisiste créé par MORRIS (1923-2001) ne pince pas le mégot d'une cigarette entre ses lèvres. En somme, la censure pratiquée depuis les années 70 n'a rien à lui reprocher, sauf peut-être, de ne jamais prévoir une démocratique « remise de peine » en faveur des canailles frères Dalton.

 

La quinzième page de cet Arizona de 1951 fut précédemment publiée dans le numéro 451 de SPIROU du 5 décembre 1946. Les teintes en sont identiques à leur base colorimétrique, mais plus vives en saturation dans l'album.

 

Docteur Jivaro ne met pas en vente le sien d'album ARIZONA. Par contre, il propose à prix réduit la collection complète de L’ÉTOILE NOËLISTE (1914-1938). Hâtez-vous de lui adresser une proposition d'achat.

 

Avant que disparaisse le dernier curé désertant volontairement l'église pour que s'y installe le muezzin vrai protecteur des prépuces et des clitoris.

 

Ryal