Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2016

Les Tarzanides du grenier n° 233

  

Bon ! … Du moment que le Conseil d’État vient d’autoriser l’installation d’une crèche de Noël dans tel ou tel lieu public du pays de Clovis, nous pouvons rappeler que nos BD traditionnelles, y compris celles indépendantes de l’Église, ne manquaient jamais de signaler la proximité du jour de NOËL. Généralement en éditant un numéro spécial, celui-ci présentant un nombre de pages supérieur à celui auquel étaient annuellement habitués ses jeunes lecteurs. TINTIN, SPIROU, FRIPOUNET, pour l’exemple, étaient coutumiers du fait.

 

Cependant, des politiciens hostiles aux religions, et éditant des journaux pouvaient, eux-aussi signaler le retour de Noël. Les cas de l’ancien hebdomadaire VAILLANT et du quotidien L’HUMANITÉ du parti communiste étaient typiques de tous ces gens qui, sans religion, profitaient néanmoins du fait religieux pour inciter leur clientèle à dépenser un peu plus de fric.

 

VAILLANT, longtemps édité pendant la journée du dimanche afin de concurrencer les illustrés dominicaux venus du monde confessionnel (BAYARD, BERNADETTE, etc.) ne manquait jamais de mettre en vente un numéro spécial pour Noël. Ci-après la couverture du VAILLANT numéro spécial Noël de 1958.

 

BD-Vaillant-numéro-710.jpg

 

 

Sur ce sujet vous auriez pu questionner Thovarich, votre voisin de l’époque :

 

- Alors, on fête la fête des religieux, camarade ?

- Pas du tout ! Remarque plutôt que sur notre dessin d’ambiance, il n’y a ni une crèche, ni le Jésus du Chanoine Kir, ni aucun des personnages sanctifiés par les Papes. Nous ne présentons que des sujets autrefois païens mais qui ont perdu leur rôle religieux pour ne se réduire qu’à des sujets folkloriques : un sapin illuminé, un bonhomme sous une cape rouge, un fantôme, tout ça bel et bien appartenant aujourd’hui à la laïcité.

 

Comme c’était vrai camarade ! Seulement de la part des « sans dieu » il n’y avait là- dedans rien de vraiment dégagé des sujets d’illustrations utilisés par les éditeurs proches des milieux judéo-chrétiens. Prenons le cas du Journal de MICKEY, celui du 24 décembre de l’année 1939. C’est ça : 1939. Tout le monde sait que les studios WALT DISNEY respectent au maximum les bons sentiments et les conventions morales exigés des églises. Jamais de sexualité ; jamais d’autres péchés que celui d’une grossière gourmandise. Et pourtant malgré les concessions faites au christianisme, on ne trouve ni crèche, ni crucifix ni même Saint Nicolas redonnant la vie à trois petits garçons mis à bouillir par une méchante charcutière. Donc cette illustration Walt Disney est tout autant laïque que celle figurant sur l’ancien journal des communistes. Ne pourrait on pas les intervertir d’un éditeur à l’autre sans que leur laïcité y perde.

 

BD-Mickey-24-12-1939.jpg

Mickey, année 1939, numéro 271

 

Bah ! Doc Jivaro vient simplement de s’amuser, remarquant que les dessinateurs et censeurs mobilisés par les vieux de la vieille rengaine marxiste se comportent comme les dessinateurs et censeurs chargés de faire rire la progéniture des grands trusts capitalistes.

  

 

Doc Jivaro et Mfcl

 

29/10/2016

Les Tarzanides du grenier n° 232

Tarzanides du Grenier 232 du 29-10-2016

 

- Ah ! Ah ! Ah ! Signor milione, tu exagères !

 

Lorsqu’à la fin du XIIIe siècle, Marco Polo, prisonnier des Génois, racontait avec verve ses souvenirs de vingt quatre années écoulées dans une Chine alors inconnue, ses compagnons de cachot se moquaient de lui : tous le prenaient pour un fanfaron ivre d’une trop vive imagination.

 

Après les romanciers, après les historiens, la BD s’empara du grand voyageur pour en faire un sujet de divertissement devant notre jeunesse. L’Éditeur Mouchot intensifiant sa production après le démarrage plein pot de son célèbre FANTAX (année 1946) fonda un journal titré MARCO POLO.

 

C’est un mensuel. Son premier numéro date de 1948, son dernier de 1949. Soit un total de douze numéros maintenant réputés difficiles à rassembler pour de nostalgiques collectionneurs. Les dessins rehaussés au lavis sont développés par Mairani relayé par Bertolot (info : Librairie Fantasmak, Paris 75010). Beaucoup d’images n’apparaissent que comme des contrefaçons manquées d’œuvres BD en provenance de l’Amérique du Nord (Flash Gordon, Prince Valiant). Mais rien de surprenant en cela puisque Mouchot et sa Société d’Éditions Rhodaniennes avaient fait le choix de changer le jeune vénitien en une sorte de super Tarzan capable, à lui seul, de repousser au-delà de la Grande Muraille les guerriers de Mongolie.

 

Pendant les cinq années suivantes l’Éditeur Mouchot est obligé de riposter à la censure qui dénonce en lui l’incorrigible corrupteur de notre enfance. Période pénible pendant laquelle il lui faut modifier les titres de ses journaux, voire même en supprimer tel ou tel personnage (FANTAX). Afin de ne pas trop faiblir face à la concurrence et économiser sur son budget en restreignant le travail de ses coéquipiers, il entreprend de rééditer quelques-unes de ses anciennes publications, parmi lesquelles Marco Polo.

 

En 1953, les douze fascicules mensuels sont partiellement réimprimés pour être à nouveau commercialisés mais sous la forme de deux brochures, chacune de soixante huit pages.

 

BD-Marco-Polo-1953.jpg

 

Ci-dessus, couverture du n° 1 de la seconde édition en décembre 1953. (L’image est reprise quelque peu modifiée de celle du n° 1 éditée en 1948). La brochure n° 2 sera placée en kiosque en février 1954.

 

Doc Jivaro et Mfcl

 

22/10/2016

Les Tarzanides du grenier n° 231

 

Dupuich … J. M. DUPUICH. Ce nom n’a pas laissé un tatouage marqué dans notre mémoire relative aux bandes dessinées. Nous lui devons pourtant un des titres les plus attractifs mis en vente par l’Éditeur Artima-Tourcoing : JIM OURAGAN.

 

BD-Jim-Ouragan.jpg

 

 

D’abord imprimé sur un format rectangulaire allongé, ses premiers exemplaires ne comptent que huit pages au numéro et ne comportent pas de date de parution. Tout au plus apprenons-nous qu’ils sont imprimés en France et vendus au prix unitaire de trois francs en Belgique. C’est l’atmosphère Western. Nous étions en 1948-1949 … JIM OURAGAN (accompagné de Youpi, bon gros chien chien) était publié tous les jeudis mais sans que ses aventures soient « à suivre » semaine après semaine. Sa huitième page mettait un point final à chaque épisode. Cette formule appelée « récit complet » obtenait un vif succès pendant la seconde moitié des années 1940.

 

Délaissé jusqu’en 1954, JIM OURAGAN réussit un retour en force grâce au talent archi-rodé d’un Eugène GIRE dont les anciens jeunes abonnés du journal VAILLANT gardent sûrement le souvenir d’une sympathique bande d’ahuris hébergés dans « La Pension Radicelle ».

 

Cette deuxième série JIM OURAGAN sans changer d’éditeur changeait de format, massiquotée 23 cm en hauteur, 17 à l’horizontale. Un format astucieux, pas du tout hasardé puisque de telles dimensions correspondaient approximativement à celles, réglementaires, de nos cahiers d’école. Elles nous permettaient de dissimuler la présence d’une bande dessinée entre des pages consacrées au calcul primaire nécessaire à l’obtention du Certificat d’Études.

 BD-et-Cahier-d'écolier-Montluçon.jpg

 

Glissé à l’intérieur de la scolarité, 
le numéro 15 de JIM OURAGAN en mars 1956.

 

Gire fut l’un des bédéistes inépuisables des années 50. Les connaisseurs apprécient de lui et pour Les Éditions Mondiales un « ZORRO et ses LEGIONNAIRES ». Il illustra aussi un Tarzanide à peau brune oublié d’un peu tout le monde mais pas de Doc Jivaro : BATOUK (Éditeur : Duclos).

 

Gire, disparu en novembre 1979, parlait quelques fois de ses travaux BD comme s’il ne s’agissait que de « gribouillages ». Cette manière faussement modeste de dévaluer son propre talent, n’était pas non plus étrangère à un Alain Saint Ogan. Celui-ci utilisa parfois le terme de « couillonnades ». Mais il reprenait ainsi, et pour le réduire à zéro, le jugement négatif qu’un Ludovic portait sur l’esprit de l’auteur de ZIG ET PUCE. Ludovic, c’était le bonhomme qui se chargeait de faire semblant de faire le ménage dans le logement de Saint Ogan.

 

Moi, étant mioche, lorsque je griffonnais de petits personnages, ma mère se contentait de dire : pousse tes papiers plus loin sur la table, tu me gènes pour repasser en vitesse la chemise de ton père.

 

 

Doc Jivaro et Mfcl

 

08/10/2016

Les Tarzanides du grenier n° 229

 

De profondis …

 

Le numéro 1 d’un comic pocket : DRACULA de l’année 1974, en France, est commercialisé par l’éditeur AREDIT. (25 numéros en kiosque) ... On remarque dans la silhouette noire enveloppant le titre jaune, les ailes déployées d’une chauve-souris : allusion graphique à Batman dont la silhouette archiconnue doit inciter à l’achat.

 

dracula,nosferatu,aredit,artima,presses de la cité,nécrophagie

 

En 1962, sous la direction nouvelle des « Presses de la Cité », l’Éditeur ARTIMA célèbre en BD se change en AREDIT tout en conservant son siège dans la ville de Tourcoing.

 

AREDIT prétendit s’évader des productions de bandes dessinées qu’ARTIMA destinait aux enfants depuis plus d’une décennie … C’est ce qui motive l’avertissement imprimé sur le haut de la couverture : « Bande dessinée pour adultes » (mais l’adulte n’y trouve pas grand-chose d’adulte). Du reste, une parution à intervalles irréguliers ne favorisa pas la fidélité d’un lectorat, et le titre DRACULA disparut en 1979.

 

Doc Jivaro ne s’est jamais amouraché de BD présentant des histoires de fantômes, de vampires, de zombis etc, etc, … L’érotisme faisandé, l’érotisme macabre ne relève pas de ses rêveries nocturnes. Toutefois, existe des exceptions, forcément. Par exemple : Le Bal des Vampires signé de Polanski. Une parodie que l’on revoit sans ennui.

 

Ci après photo extraite : Nosferatu. Film muet, Allemagne, année 1922. (La réussite absolue dans le genre ?)

 

dracula,nosferatu,aredit,artima,presses de la cité,nécrophagie

 

Pour mordre sa victime sagement endormie le vrai DRACULA / NOSFERATU n’utilise pas ses canines. Il utilise ses incisives. DRACULA, comme tout bon vampire n’est surtout pas un fauve : c’est un rongeur c’est un rat. Il entre chez vous, précurseur de la peste, toujours.

 

 

Doc Jivaro et Mfcl

 

01/10/2016

Les Tarzanides du grenier n° 228

 

De ces quatre personnages BD, trois restent surtout connus : AMOK, JIM TAUREAU et forcément le plus controversé : ALAIN LA FOUDRE (né italien en 1938 sous l’identité de DICK FULMINE).

 

bd cossio,bd cyclone,kansas kid,alain la foudre,editions sage,bar-zing,bd,bandes dessinées de collection

 

Quant au quatrième du carré en bas à droite, seuls les collectionneurs maniaques se souviennent de sa présence chez l’éditeur S.A.G.E. de l’année 1947. Il se nomme CYCLONE qualifié « homme atomique » - Rien que ça ! Mais pourtant rien d’extraordinaire, l’asticot lui aussi est confectionné d’atomes.

 

Cet homme atomique, buste énorme, crane chauve, et jambes en cerceau dans une culotte courte plus proche de celle d’un mioche que de celle d’un gaillard sportif, parut en fascicules de douze pages chaque et pendant trente (30) numéros en livraisons dites « périodiques ». Le n° 1 porte pour titre retentissant « On a volé la Tour Eiffel ».

 

Ce CYCLONE s’inscrit dans la catégorie que nous nommons « catégorie des gros bras » dans les bandes dessinées visant un jeune public.

 

bd cossio,bd cyclone,kansas kid,alain la foudre,editions sage,bar-zing,bd,bandes dessinées de collection

 

Doc Jivaro ne conserve que trois exemplaires de ce CYCLONE et n’envisage pas d’en acquérir les numéros complémentaires. Sauf si une rencontre de hasard lui en fournit à petit prix les 27 numéros manquants.

 

Quant au dessinateur Carlo COSSIO, sa réputation lui vint d’abord d’avoir créé DICK FULMINE / LA FOUDRE pendant l’intervalle politique du Duce orchestrant la promotion de l’huile de Ricin chez ses ennemis. Ce FULMINE / LA FOUDRE, on le vit publié en France pour la première fois dans le n°47 de JUMBO du 19 novembre 1938. En plus, Cossio engendra un autre gros bras, cavalier du Far West : KANSAS KID, un "sang mêlé" dont le père Wild Bill Hickok fut assassiné dans le dos au cours d’une partie de pocker.

 

Beaucoup plus tard, cet infatigable Cossio inventa un BUFFALO BILL modifié en Duck Hurricane dans la troisième édition française de l’hebdo TARZAN (n° 1, année 1953).

 

COSSIO encrait ses premiers dessins à l’aide d’une plume métallique. Bar-Zing, lui, recourt à un stylo bille noir et rehausse parfois ses images d’encre de Chine délayée dans de l’eau. Une bonne raison à ce choix : son vieux chat Belphégor aime beaucoup goûter ce breuvage.

 

Image à titre de document ci-dessous.

 

bd cossio,bd cyclone,kansas kid,alain la foudre,editions sage,bar-zing,bd,bandes dessinées de collection

 Doc Jivaro et Mfcl

 

29/09/2016

Pauvre Belgique : Pauvre Baudelaire

 

GRAND PALAIS 2016
EXPO HERGÉ
Concours de l'injure la plus affreuse
du vocabulaire du Cap'tain Haddock

Grand-Palais-Hergé.jpg