Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2021

Tazanides n° 503

 

ZEMBLA

 

 

De provenance italienne ZEMBLA n’est qu’un clone de Lord Greystoke allias TARZAN, clone apparut en 1963 chez l’Editeur Lug logé dans l’ancienne capitale des gaulois romanisés : Lyon.

 

BD-Zembla,-05-09-1981.jpg

 

 

Il est habituel de signaler que ce ZEMBLA fut d’abord inventé par Marcel Navarro pour concurrencer un autre tarzanide qui l’avait précédé dès l’année 1958 : AKIM. Ce même AKIM ayant profité de la disparition de l’hebdomadaire TARZAN édité par l’italien Del Duca . Zembla devait disparaître à son tour en 2003.

 

Comparé à d’autres Tarzanides, ce ZEMBLA possède une particularité devenue rare chez les émules de TARZAN : son pagne en peau de fauve est suspendu à une bretelle passée sur l’épaule gauche. C’est en cela l’influence des premières images BD présentant le héros inventé par E. R. Burroughs.

 

BD-Tarzan,-1931-et-1932.jpg

Rex Maxon, 1931                                              Harold Foster, 1932

 

Mais le plus singulier dans les aventurlures de ce ZEMBLA c’est la présence d’un personnage coiffé d’un chapeau haut de forme, personnage nommé Rasmus et qui est, à l’évidence une caricature de … MANDRAKE. On ne présente plus ce célèbre magicien créé en 1934 par Lee Falk et Phil Devis.

 

BD-Mandrake-médaillons.jpg

   Mandrake sa parodie                         Mandrake le vrai de vrai

 

Doc Jivaro ne se sent pas mauvaise conscience d’interrompre ici, subitement, ce commentaire à propos d’un des Tarzanides qui fut l'un des plus populaires en raison même de la facilité des scénarios ainsi que de la  banalité fréquente du graphisme.

 

Doc Jivaro

 

20/06/2021

Tarzanide n° 502

 

Le concombre pas masqué

 

N’ayant que peu fréquenté Le Concombre Masqué, Doc Jivaro n’en tient aucun commentaire pour l’instant. Il préfère évoquer l’existence BD d’un personnage dont le nom est identique à celui du cucurbitacée. Ce personnage est un grand garçon dessiné d’une façon humoristique dans le bimensuel de petit format PIPO, celui-ci de provenance italienne et réédité par les Éditions Françaises LUG. On sait que Mussolini encouragea la production d’illustrés transalpins parmi lesquels celui doté d’une réputation fasciste par ses adversaires politiques : un fameux DICK FULMINE qui fut également publié en France mais rebaptisé ALAIN LAFOUDRE.

 

pipo,editions lug 1956,mendès france,le concombre masqué,bandes dessinées de collection,doc jivaro,tarzanide du grenier

 

Comme le prouve les deux couvertures ci-dessus, concombre est souvent accompagné d’une sorte d’avatar à physionomie humaine mais doté d’un corps en forme de long tube élastique, d’où son nom : Elastoc. Un spécimen utile dans diverses situations : servir de tuyau d’arrosage ou encore de corde de rappel pour l’alpinisme.

 

Doc Jivaro avait bien déserté le monde de la Bédé lorsque le bimensuel PIPO commençait d’obtenir du succès dans le pays de Mendés France.

 

Je venais de réussir le concours d’entrée à l’école de la rue des Conches, celle-ci tracée perpendiculaire au square Wilson. Une lointaine cousine âgée d’une trentaine d’années habituée du dancing Le Lion D’Or emmenait mes treize, quatorze ans, quelques fois dans les cinémas « interdits aux moins de seize ans ».

 

- C’est bien que tu ais réussi ce concours, me disait-elle, tu vas pouvoir devenir instituteur et, en continuant, tu pourras être professeur.

 

C’était la totale, quoi ! Mais en attendant d’écouler toute ma vie sur l’estrade d’une école, je devais participer à l’épuisement des ressources en lait de vache devenues surabondantes, disait-on. Une idée sociale de Mendès France. Alors à l’heure de la récréation du matin c’était la course, la ruée en direction des bidons de lolo livrés dans une camionnette. C’est ainsi que nous retournions en classe le ventre gonflé. Le jeu suivant pendant le cours de mathématiques, pouvait consister à savoir lequel d’entre-nous réussirait à gagner le concours de rôts.

 

Au risque de bloquer deux heures de colle le jeudi. Oui : c’était le jeudi qui nous libérait et non pas le mercredi d’à présent.

 

Doc Jivaro

 

 

13/06/2021

Tarzanide n° 501

 

Moitié de 1000 plus 1 =

 

 

En 1927 – Oui : 1927, Alain Saint Ogan chaque semaine publiait Zig et Puce pendant la cinquième année du DIMANCHE ILLUSTRE, deux copains d’enfance dont la mascotte en forme de pingouin servit bien plus tard à créer le Prix Alfred d’Angoulême. Saint Ogan créa aussi un personnage aujourd’hui trop oublié : MONSIEUR POCHE.

 

 

BD-M.-Poche-couv.,-1939.jpg

 

 

Personnage petit bourgeois ventru très souvent « dindon de la farce » que je ne connus pendant mon âge de six ou sept ans et alors que j’étais alité à cause de je ne sais plus quelle maladie : otite pénible ou coqueluche carabinée. Une de mes cousines âgée, celle née à Ahun et qui logeait dans la rue montluçonnaise du Capitaine Segond, était venue me faire cadeau de l’album Hachette du système D, système débrouille ou système démerde, mettant en scène ce Monsieur Poche. « Ça t’aidera à patienter jusqu’à ta guérison ! ».

 

Pendant ces mêmes moments, j’entendis une de nos vieilles voisines bavarder de mon cas : « heureusement pour lui, pauvre gamin, que c’est une otite. Si c’était les oreillons il n’aurait pas pu se marier ». Était ce donc bien une otite ?

 

Mystère des adultes parlant entre eux : Il me fallut attendre l’adolescence pour m’informer.

 

 

BD-M.-Poche,-pg-3,-1939.jpg

 

 

Monsieur Poche, bédé bien oubliée aujourd’hui, faillit pourtant revenir à la surface pendant les années 1960. En effet, Greg qui relayait Saint Ogan pour Zig et Puce et pour le nouveau magazine PILOTE, avait proposé de reprendre les gags de Monsieur Poche ; mais le projet n’eut pas de suite.

 

Qui croirait que le banlieusard ACHILLE TALON inventé par Greg et bien connu des enfants des années 1970, fut peut-être inspiré par l'ancien Monsieur Poche dont il existe quatre albums Collection Hachette d’époque ?

 

Doc Jivaro

26/05/2021

26 mai 2021

 

BAR ZING

 

travaille à la création d'un nouveau blog

consacré aux nostalgiques

des bandes dessinées de collection.


Probablement sous le nom


AJBD


Alors à demain si vous le voulez bien

comme disait l'autre longtemps avant nous.

23/05/2021

Tarzanide n° 499

 

C’est du BARNUM !

 

 

JUMBO ? … C’est lui, c’est JUMBO. Dans la collection BD de Doc Jivaro cet hebdomadaire débute avec le numéro 1 du 1er janvier de l’année 1938 pour se terminer le 31 décembre. Soit un total de 53 numéros, chacun de huit pages. La réussite de cet illustré fut de concurrencer « Le Journal de Mickey » qui venait de moderniser la Presse destinée à la jeunesse du pays de Léon Blum et Philippe Pétain.

 

 

BD-Jumbo, 1938.jpg

Format approximatif : 28 X 27 cm.

 

Mais d’où vint le titre JUMBO ? Peut-être de la fin du XIXe siècle occidental lorsque le célèbre cirque américain BARNUM acheta en Angleterre un éléphant de haute stature piégé en Afrique, dans le pays d’Abyssinie ; éléphant auquel les geôliers anglais n’épargnaient aucune humiliation, aucune souffrance. L’histoire de ce pachyderme vous est contée sur votre web. On estime que l’espèce humaine est la plus intelligente des espèces animales : elle est aussi la plus cruelle, comme si intelligence et cruauté allaient en couple.

 

 

Jumbo_poster_1-660x880.jpg

 

La collection complète de JUMBO fut distribuée de l’année 1935 à 1944. Peut-être Bar-Zing et Doc Jivaro, s’ils sortent vivants de l’actuelle pandémie, vont-ils se mettre à la recherche de la totalité des numéros BD faisant écho à Dumbo. Oh ! pardon : je voulais dire : écho à JUMBO.

 

Doc Jivaro

 

15/05/2021

Tarzanide n° 498

 

LES NÉGRIERS ET NOUS

 

Lorsque mon enfance, cinq jours sur sept, se faisait présent à l’école, l’esclavage n’était pas un sujet historique de premier plan. Je ne me souviens pas qu’un de nos instituteurs de la Laïque en ait parlé. Heureusement pour nous autres écoliers, la bande dessinée faisait de la « traite des noirs » un de ses thèmes mais sans oublier de nous faire entendre que l’esclavage s’était pratiqué partout dans le monde et que les blancs, eux-aussi, s’étaient retrouvés exploités « taillables et corvéables à merci ».

 

Du numéro hebdomadaire 159 au numéro 164 de la collection année 1949 de TARZAN publié par les Éditions Mondiales, une tribu de familles noires est victime d’esclavagistes, l’un arabe, l’autre européen. L’un Hassim Hassan, l’autre Donald Mac Nabb. Le premier trafique « le bois d’ébène », le second l’ivoire qu’il arrache aux éléphants. Mais tous deux et leurs complices nombreux ne s’attendaient pas à l’intervention du héros de papier créé par Edgard Rice Burroughs.

 

 

:esclavage,Paul Reinman,Taubira,BD Tarzan 1949,Tarzanides du grenier,bandes dessinées de collection,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon,

 

 

Les images sont dessinées par l’américain Paul Reinman dont la signature n’apparaît pas dans la version française. L’épisode original a pour titre : Tarzan and The Slavers.

 

 

:esclavage,Paul Reinman,Taubira,BD Tarzan 1949,Tarzanides du grenier,bandes dessinées de collection,Doc Jivaro,Bar Zing de Montluçon,

 

 

Récemment, la Madame Taubira, socialiste, a voulu stigmatiser l’homme blanc européen en faisant de lui comme le seul esclavagiste a avoir exploité l’homme noir. On lui a fait remarquer que les arabes musulmans avaient eux-aussi et pendant beaucoup plus longtemps pratiqué l’esclavage aux dépens de la race noire. Mais elle a refusé, d’après ce que j’ai cru comprendre, de signaler cette réalité. Doit-on en conclure que Madame Taubira ne parle de l’esclavage que pour dénigrer au maximum l’homme blanc européen ?

 

Nous semble pourtant que ce vilain pas beau homme blanc est le premier à avoir condamné la pratique de l’esclavage et fait voter des lois l’interdisant.

 

Doc Jivaro