Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2014

Vendredi, jour de pluie sur Montluçon

Ikéa, la Petite Sirène du Cher

Petite-Sirène-de-Montluçon.jpg

ikéa,montluçon

* P.C.C. Texte figurant au verso d'une des trois cartes postales en ma possession et relatives au sujet.

23/11/2013

BD du grenier du 23-11-2013

KING

 KING mais pas GONG.

 Couverture du numéro 28 (Anne née 1951) de la BD américaine « Le Roi de la Police Montée » en son interprétation pour les indigènes français. Éditeur S.A.G.E. dans une de ses séries mensuelles « Grand Nord ». De cette collection me manquent les neuf premiers numéros, ainsi que les 11 derniers. Les dessins signés Jim Gary sont parmi les plus recherchés du genre, d'autant que Fred Hartman, créateur du grand cow-boy rouquin RED RYDER, participa à l'élaboration de l'imagerie.

 

bandes dessinées,bd,king,fergal,fred hartman,editeur sage,jim gary,thunder jack,rancho,donald,tarzan,tarzanides

 

Remarquez qu'ici la censure socialo-catholique a encore frappé, généralisée qu'elle fut jusqu'au milieu des années 1960. Le revolver a été escamoté, gouaché à la sortie du poing de KING. L'index tendu remplace, suggère le canon de l'arme disparue. Ainsi faisait-on pendant les jeux de l'enfance où l'on criait « Pan ! Pan ! t'es mort ! » en direction du petit copain.

 

King, « montee » de la police canadienne possède une aptitude rare. Rare et enviable. Il est capable de parler sans ouvrir sa bouche. Et sans être ventriloque (tout ventriloque remue discrètement des lèvres). Il ne s'agit pas non plus chez lui d'un don de surhomme ; il ne s'agit que d'une mésalliance entre le dessin et le texte. 

 

bandes dessinées,bd,king,fred hartman,editeur sage,jim gary,thunder jack,rancho,donald,tarzan,tarzanides

 











Bouche cousue,

parole en l'air 

 

 

Autre caractéristique de ce héros : il est certainement le plus malmené de tous. Blessé, brûlé, jambe cassée ou épaule déboîtée, avec des pansements ou des béquilles, KING ne survit souvent que grâce à l'aide improvisée de jolies filles. Parfois même, celle d'une voleuse ou d'une meurtrière. Bel homme, sa peau ne vaut pourtant que le prix que lui accorde l'aventurière en voie de repentance. 


bandes dessinées,bd,king,fred hartman,editeur sage,jim gary,thunder jack,rancho,donald,tarzan,tarzanides

  

Du masochisme là-dedans. Pas pour se retrouver giflé, fouetté, mordu, souillé … Mais pour devenir l'objet d'attentions maternelles. Le simulacre pratiqué par l'enfant qui fait semblant : d'être malade et qui joue à faire croire qu'il est victime. Pour s'attirer protection et caresses de la part d'une personne dont il vérifie ainsi la fidélité, avec un égoïsme d'animal chez qui les sensations de l'estomac ont plus d'importance que les idées de la cervelle. Tout l'érotisme selon l'enfance : feindre de souffrir pour recevoir en guise de soins la proximité d'un épiderme féminin souhaité plus sexy que celui d'une vraie mère.

bandes dessinées,bd,king,fred hartman,editeur sage,jim gary,thunder jack,rancho,donald,tarzan,tarzanides

 

Ayant connu le succès sur les deux bords de l'Atlantique, KING inspira des imitateurs. Parmi eux un produit français dérivé d'un roman populaire italien : THUNDER JACK, illustré par Ferri-Ferra ou Ferri-Gallieno et qui terminera en signant Fergal. La S.E.R fondée par Chottard-Fantax en assura la distribution auprès d'un jeune public.

bandes dessinées,bd,king,fred hartman,editeur sage,jim gary,thunder jack,rancho,donald,tarzan,tarzanides

Image de gauche extraite de Thunder Jack, numéro spécial de 68 pages dont il occupe 48 pages. Le héros ne s'ennuie jamais.

Image de droite dessinée par R. Oret, mars 1956 dans Rancho Spécial. Une des rares images à avoir échappées à la censure.


Aujourd'hui, KING a cessé d'exister. Sauf dans la mémoire de vieux grognards dont il distraya par ses exploits fictifs certaines années d'école bien éloignées d'être sérieuses.

 

Docteur Jivaro

 

24/10/2013

Astérix : le 36e épisode

Dessein : Harlem Désir

Texte : Taubira

 

astérix,uderzo,goscinny,jean-yves ferri,didier conrad,éditions albert rené

 


20/04/2013

Les Tarzanides du grenier (n° 31)

bd,bd anciennes,tarzan,tarzanides,bd de collection,illustrés pour enfants

tarzanides,tarzan,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,bd,bd anciennes

bd,bd anciennes,hachette,pierre argelliès,marc déséchal,hogarth,tarzan,tarzanides,illustrés pour enfants

tarzanides,tarzan,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,bd,bd anciennes

 

tarzanides,tarzan,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,bd,bd anciennes

tarzanides,tarzan,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,bd,bd anciennes


HACHETTE publia à peu près une vingtaine d'albums TARZAN, entre 1936 et 1950. Nous venons d'écrire « à peu près » puisqu'en réalité seuls 19 numéros existent, le numéro 12 n'ayant jamais été composé. 

Les 16 … Pardon : les 15 premiers exemplaires sont d'un format 17,5 X 22,5. Les 4 derniers de grandeur 21 X 26 sont coloriés en bichromie tandis que les 15 précédents alternent 2 pages multicolores avec 2 pages bicolores, le numéro 1 étant simplement imprimé noir sur blanc. 

Quelques-uns des premiers volumes réédités après la seconde guerre mondiale ne le furent malheureusement que sur un papier de qualité moindre. Ainsi, par exemple, « Tarzan et le Lion ». Précisons que le numéro 9 « Tarzan le sauveur » existe doté d'une jaquette mais n'est pas signalé comme tel dans le BDM 2009-2010. 

L'absence de numéro 12 demeura longtemps une interrogation jusqu'à ce que marchands et collectionneurs s'accordassent pour écrire que le titre envisagé était « Tarzan et les Amazones ». La censure rendit impossible la frabication de l'album. Cet épisode illustré par Hogarth était pourtant connu dès 1939 dans le journal JUNIOR numéros 176 à 196. 

Samedi prochain, nous parlerons de la confrontation du Roi de la Jungle avec cette tribu de femmes blanches toutes fières à se croire libérées du joug patriarcal.

 

Docteur Jivaro

13/04/2013

Les Tarzanides du grenier (n° 30)

 KORAK

  

D'abord né pour un public d'adultes, TARZAN est un vieux parmi les vieux parvenus jusqu'à nous depuis le tout début du XXe siècle. C'est en 1912 que la littérature populaire américaine enregistre le surnom que les grands orangs attribuèrent à l'orphelin de Lord Greystoke et Lady Alice. 


L'enfant aurait dû mourir anonyme comme meurent des multitudes de nouveaux-nés isolés dans un monde féroce. L'enfant aurait dû mourir … mais il deviendra, et sans le secours d'aucune divinité, l'un des héros de fiction les plus prestigieux. Nos ancêtres en appelaient à Héraclès, notre enfance en appela à Tarzan. 


En France, ce sont les éditeurs parisiens Fayard et Cie qui installèrent pour la première fois ce personnage dans la mémoire collective. En 1926. La traduction, réalisée par une demoiselle Lucion, diffère quelque peu de beaucoup d'autres qui lui succédèrent, et notamment de celle datée de 1970 et diffusée par DENOEL. Mais, franchement, peu nous importe. L'essentiel est que le succès populaire, plus fort encore : le succès mondial ait fonctionné pareil à une fontaine de jouvence pour LUI, pour TARZAN. Génération après génération son électorat se renouvelle, l'entretenant dans une jeunesse pérenne. Il a survécu à une première guerre mondiale, la seconde ne l'a pas non plus anéanti. Pendant tout ce temps, il est passé de l'écriture romanesque à la bande dessinée dont les images ont facilité sa présence auprès des jeunes écoliers.

 

Tarzanides,Tarzan,Le Fils de Tarzan,Edgar Rice Burroughs,BD,BD anciennes,

Couverture du numéro 1, année 1926.


L'illustration est imprimée à partir d'une gravure effectuée sur une planchette de bois. L'épaisseur de la ligne saccadée assurant le profil des formes, ainsi que la teinte orange posée par aplats, témoignent de l'art de la xylographie. Délaissée en Europe depuis les débuts de la Renaissance, cette technique n'autorisant souvent qu'un rendu sommaire, fut remise à la mode pendant les années 20. On voit, en bas et à droite de la feuille, que l'artiste a arrangé sa signature sous l'aspect d'un monogramme. Une manière d'appuyer l'apparence moyenâgeuse de l'image. 


Les familiers des aventures de Tarzan se sont finalement accordés à propos des relations sexuelles entre Tarzan et Jane. Tous deux sont mariés. Un homme et une femme donnant naissance à un fils, sans avoir préalablement « convolés en justes noces » cela ne devait pas exister dans les romances pour le grand public. Le grand public n'est, on le sait, qu'un grand enfant. 


Mariés ? Pas mariés ? Personnellement je m'en fiche. Ou plutôt non. Non, puisque j'ai toujours choisi Tarzan célibataire. Célibataire mais pas chaste, cela va de soi sans dire ni médire.

 

tarzanides,tarzan,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,souriau,bd,bd anciennes

 

Dans la série des romans, le titre « Le Fils de Tarzan » n'arrive qu'en quatrième position. Jack est bien le fils de son père John. Dès qu'il peut se déplacer vivement à quatre pattes, il veut absolument aller revoir un grand singe prisonnier dans un cirque. Hérédité ne saurait trahir. Mais Maman Jane n'est pas d'accord. « Non, Jack ! Non et non. Je ne veux pas que tu imites ton ... ». 


Ici, Jane se tait. Elle craint fréquemment que son époux, LE Tarzan, s'en retourne vivre chez les fauves. Aussi a t'elle peur que leur fils développe l'instinct qui lui fera prendre en détestation les refoulements exigés par la vie civilisée. 


Plusieurs versions françaises de cet épisode furent publiées. Celle de 1972, toujours chez Denoel, est la plus fidèle aux idées manifestées par Edgar Rice Burroughs. Dans le cours de l'histoire, Jack, le seul vrai fils tarzanide de Tarzan, s'affirme contre tous ses ennemis. Il égorge avec ses dents juvéniles un grand noir guerrier qui prétendait le tuer. A partir de cet assassinat bestial nécessité par un danger menaçant sa vie, Jack se change en KORAK. C'est ainsi qu'un grand anthropoïde l'identifie parce que « KORAK » dans le langage de la jungle signifie « Le Tueur ». 


En 1939, Hachette, à son tour, donne une interprétation – mais simplifiée de ce « Fils de Tarzan ». Toutes les scènes violentes en sont bannies. La jolie adolescente Myriam pourchassée par des arabes esclavagistes, change son nom en celui de Mériem. Quant à Jack s'il reçoit toujours le surnom de Korak c'est parce qu'il tue des animaux pour s'alimenter et non pas des hommes pour se venger. Comprenez que les « bonnes mœurs » selon Hachette ont condamné tout le récit à ne subsister que dans une atmosphère raréfiée, puérile.

 

tarzanides,tarzan,le fils de tarzan,edgar rice burroughs,souriau,bd,bd anciennes


 En feuilletant ce petit livre on remarque que les 10 illustrations signées de Souriau, sont sélectionnées parmi toutes celles que le même Souriau avait préalablement publiées dans l'hebdomadaire HOP-LA !, depuis le numéro 36 jusqu'au numéro 52 dès l'année 1938. 


Dans les traductions fidèles au texte américain, on retrouve chez Jack-Korak des actions et des traits psychologiques quasiment similaires à ceux de son père. Ne serait-ce que le rire, que l'expression de joie intense qu'il manifeste à vérifier la destruction d'un ennemi. En cela, oui, Korak et le plus tarzanide des tarzanides.


 

Docteur Jivaro

  

27/02/2013

Viande - étiquetage frauduleux

 TROP C'EST TROP !

 

 DSK croyait se taper une jument

c'était une vache

 

 

DSK,Marcela Lacub,sexualité,fraude alimentaire,viande de cheval,étiquetage frauduleux,