Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2014

Nocturne en ré n° 20

prostitution,prostitution populaire,vie parisienne,vie nocturne,moeurs,société

 

- Mon cinquième du matin !

Bonne préparation pour la journée !

 

 

Nocturne en ré n° 19

  prostitution,prostitution populaire,vie parisienne,vie nocturne,moeurs,société

  

Elle l'a embarqué.

Elle vient de le jeter

14/09/2014

Nocturne en ré n° 18

prostitution,prostitution populaire,vie parisienne,sexualité,moeurs,

 

 

Les Halles d'avant Rungis. 

 

« On se racontait que c'était à cause de Tante Yvonne que nous étions condamnées à demeurer plus ou moins cachées dans les couloirs du quartier pendant la journée. Cette Madame de Gaulle se serait scandalisée d'avoir aperçu des chandelles rue Godot de Mauroy. Et tiens ! nous aussi, c'est Mai 68 qui nous a libérées, nous permettant de revenir bien visibles sur le tapin de Paris pendant les vingt années qui suivirent. 

 

Les filles, elles firent comme beaucoup de parisiens. Elles signèrent des pétitions pour pas que Pompidou détruise notre terrain de chasse. Bien sûr  on n'inscrivit pas notre nom véritable ... Mais remarque, finalement, après le départ des maraîchers, il y eu du bon pour nous. On remplaça les petits hôtels merdiques par des studios aménagés dans les mansardes abandonnées de tous les clodos qui vivotaient des miettes laissées par les grossistes. 

 

Tu sais, crois moi ! Lorsque l'acteur de ciné Michel Simon s'est fait embarquer après l'assassinat d'une fille, rue Saint Denis, j'étais dans le bar café d'à côté. La pute assassinée , attends, oui, attends … elle se faisait appeler Rosie ou Rosa. Une berbère, je pense. Il y devait y avoir du FLN là dessous. 

 

Lydia c'est l'une des dernières mémoires vivantes de l'ancienne ambiance populaire qui allait de la gare de l'Est jusqu'à Chatelet. Elle parle, elle parle. Reste à trier.

 

Nocturne en ré n° 17

Nocturne-en-ré-n°-17.jpg

 

 

Sabrinana a vieilli de 4 années depuis qu'elle a abandonné chez nous le chat Belphégor. 

Elle reste toujours jolie fille mais manque encore d'une ambition dans le métier.

13/09/2014

Les Tarzanides du grenier n° 80

 

Le numéro 1 de FANTAX première formule en l'an 1946 est d'autant plus valorisé par les vieux collectionneurs qu'ils lui font la réputation de rester introuvable. En revanche, venu du même éditeur (Société d’Éditions Rhodaniennes – SER), le dernier numéro de Robin des Bois se laisse facilement poser la main sur l'épaule de son habit en peau de rebelle anglais.

 

C'est ce mensuel 32 de l'année 1948 qui clôture les aventures plus imaginées que réelles de Lord Robin Hood ou encore de Lord de Nottingham, parues sous la responsabilité de CHOTT soutenu par son dessinateur Charlas. Celui-ci pilla sans vergogne dans le registre des américains Fosters et Hogarth. Un graphiste tarzanine méconnu, dirons nous.

 

 

BD-Robin-des-bois-1951.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

  FLAMMARION.

  Réédition 1951

 

 

 

La jeunesse de notre pays se familiarisa avec les exploits vrais ou faux de Robin des Bois en lisant, dès 1938, un ouvrage illustré par Pierre Noury et édité par FLAMMARION sur une adaptation de Charles Tritter. Cette même année, Heroll Flynn incarna le rôle principal dans le film joliment coloré et réussi par Michaël Curtiz. Film insurpassé jusqu'à présent dans le genre, n'en déplaise à deux des rivaux : Walt Disney – 1953 – et Scott – 2010.

 

  

BD-Robin-des-bois-N°-32.jpg

Couverture du numéro 32, terminus du Robin des Bois de la SER, celle-ci brusquement concurrencée par les Editions Aventures et Voyages que le scénariste Melwyn-Nash renforça en abandonnant sa collaboration avec Pierre Mouchot.

 

 

On identifie la tête, le rire vainqueur de Heroll Flynn, sortie du film devenu film-culte. Les habitués du style Harold Foster, de leur côté, repèrent tout de suite que les personnages secondaires sont imités de ceux présents dans une des grandes images de Prince Vaillant. (Hop-La !, n° 100 et année 1939 pour la parution française).

 

Mouchot – Chott puisa tant et tant dans les BD américaines de TARZAN qu'il fut mis en procès par les ayant-droits du personnage.

 

Comme quoi on court des risques en se travestissant en un tarzanide.

 

 

Docteur Jivaro

 

 

07/09/2014

Nocturne en ré n° 16

 

Nocturne-en-ré-n°-16.jpg

- La nuit, tu sais, tous les chats sont gris.