Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2014

Les tarzanides du grenier n° 78

Commercialisé (12 septembre 1953), le TARZAN n° 25 de la troisième série française du titre, aurait pu être numéroté 1 d'une quatrième série trop rapidement abandonnée.

 Tarzan-12-09-1953.jpg

 

 Avec ce numéro 25 de sa troisième série, Tarzan subit une réduction de moitié de son grand format classique. Del Duca nous avait promis pour la semaine suivante un Tarzan grandi jusqu'à 24 pages au lieu des douze habituelles. Vous devinez que nous fûmes déçus de ne recevoir que les douze grandes pages réduites de moitié pour faire 24 petite pages ! Autant dire : une cause de trauma d'enfance pour la multitude de lecteurs fidèles.

 

Tarzan,-reliure-8e-année.jpg

 

Ci dessus, album reliant depuis le numéro 25 jusqu'au numéro 30 le final troisième série du TARZAN hebdomadaire qui débuta le 29 janvier 1941 en zone française libre, Paris ayant alors cessé d'être la capitale de la France. (A noter que le numéro 31 de Tarzan se confond avec le numéro 1 de HURRAH ! du 24-10-1953 hebdomadaire dans lequel se continueront des grandes BD préalablement présentées dans TARZAN : Duck Hurricane, Yann, etc, etc,. Dans ce nouvel HURRAH ! Nous pûmes apprécier dès 1953 quelques unes des toutes premières BD imprimées « en relief » et dont l'illusion d'optique est obtenue avec l'aide d'une paire de lunettes bichromie (orangé-bleu).

 

 Hurrah-n°-7,-09-12-1963.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MIGHTY MOUSE

N° 7 de HURRAH !

 

 

Dans le numéro 30 de TARZAN, avec son adaptation française nous prîmes connaissance d'une planche BD dans laquelle le dessin au crayon signé Bob Lubbers se trouve relayé par un encrage dû a un tout nouveau venu : John Célardo.

 

Docteur Jivaro

 

 

26/04/2014

Les Tarzanides du grenier n° 63

Question : dans le fourre-tout des BD ayant T. pour personnage principal, y a-t-il au moins un moment où le champion-né mérite réellement son nom (rappelez-vous que Tar-Zan signifie « Peau Nue » dans le langage des gomanganis).

La vignette suivante, prélevée dans le numéro 22 du TARZAN de la Sagédition, année 1974 répond positivement : l'homme singe se tient réellement à poils ! Malgré l'avancée d'une touffe de feuilles que l'hypocrite qualifie de providentielle.

tarzan,sagédition,john celardo,lacassin,edgar rice burroughs

 

Approximativement à la même époque (1975 dans la traduction française Editions Mondiales), une autre déculottée, mais de survie celle-ci, permet à l'invincible Seigneur de la Jungle de ne pas périr dans une tempeste de sable. La girafe qu'il chevauchait vient de tomber morte, détruite par le simoun. Malgré cette perte aggravant le danger, un sourire malicieux anime le visage de notre sempiternel héros. Ses narines ne se refermant pas comme se referment naturellement celles d'un dromadaire, Tarzan utilise son cache-sexe pour filtrer l'air tout empli des violences du Sahara.

 

Tarzan-numéro-78,-1975.jpg

Pour conclure et pour justifier son pseudonyme, votre serviteur Jivaro vous présente la couverture de tête numéro 1 de la série « tout en couleurs » des Éditions Mondiales – Del Duca, année 1963. Série complète avec ses 91 numéros mais ne bénéficiant pas d'une bonne réputation auprès des collectionneurs pointilleux.

 

Tarzan-couverture-numéro-1,.jpg

Docteur Jivaro

15/02/2014

Les Tarzanides du grenier n° 53

 bd,tarzan,tarzanides,editions del duca,Éditions mondiales,publications périodiques modernes,atelier milloco,john célardo,bob lubbers,bandes dessinées anciennes

De 1946 jusqu'à 1956, Del Duca édita deux séries mensuelles TARZAN ; la première complète avec ses 102 numéros et la seconde limitée à 25 mensualités. Étrangement, les numéros 100, 101 et 102 de la première série sont affectés comme numéros 1, 2 et 3 de la seconde … C'est dans celle-ci que nous pouvons remarquer une petite bizarrerie, laquelle n'empêche pas les collectionneurs de dormir sur leur oreiller de nostalgie.

 

Dans le cours du numéro 14 – page 7 exactement – de la seconde série le dessinateur Bob Lubbers cède sa place à John Célardo. Une décision arbitaire, prise par les responsables italiens et qui n'est pas conforme à la chronologie des BD originales américaines. 

 

Bob Lubbers avait fini par attribuer au Seigneur de la Jungle une physionomie aimable et souriante de tonton gâteau, celle d'un paisible boy scout invité chez le dernier curé du village. Tout ça fort contraire aux réactions d'un orphelin susceptible et n'assurant sa survie qu'à grands coups de couteau. John Célardo, lui, essaya de redonner à Tarzan les attitudes d'une méfiance prompte à la plus brutale des ripostes. 

 

A présent, regardons les deux images ci-dessous. Elles appartiennent à la même aventure l'une succédant à l'autre ; mais leur dessin ne vient pas de la même main. Celle de gauche correspond bien au style de John Célardo tandis qu'à droite le tracé résulte d'un talent moindre et anonyme.

 

bd,tarzan,tarzanides,editions del duca,Éditions mondiales,publications périodiques modernes,atelier milloco,john célardo,bob lubbers,bandes dessinées anciennes

  

A plusieurs reprises cet inconnu installe comme en catimini son graphisme alors que parfois rien n'en motive la présence. 

 

Ci-après les deux bandes en couleur sont réellement créées par John Célardo, étant extraites du numéro 23 des Éditions Mondiales publiées en 1966. Par contre, dans celles en noir et blanc du numéro 19 des « Publications périodiques modernes » année 1966, on surprend une image que nous taxerions d'intruse si l'on ne voyait pas qu'elle fait oublier tout un groupe de singes agressant des guerriers noirs. Mais, une fois encore, quel nom donner à l'auteur de cette image ? Étant adolescent je la supposai venue de Brantonne, artiste à tout faire chez beaucoup d'éditeurs des lendemains de la guerre mondiale.

 

 

Tarzan-perdu-dans-la-jungle.jpg

 Tarzan-éditions-mondiales-1966.jpg

 

A défaut de présenter la couverture de Tarzan n° 25 – que je retarde d'acheter à chaque fois que j'aperçois qu'elle me manque –, je scanne celle du n° 24. Elle est évidemment due à l'atelier Milloco, qui réalisa quasiment toutes les couvertures des brochures et des reliures pour Del Duca, depuis 1946 jusqu'à … jusqu'à ce que mort s'en suive.

 Tarzan--L'appel-mystérieux.jpg

 

Docteur Jivaro

08/02/2014

Les Tarzanides du grenier n° 52

 Samedi précédent, j'ai posé une devinette à propos d'un fouillis graphique.

 

Il s'agit d'une voiture Renault dont la carrosserie est entièrement remodelée pour servir de support publicitaire à la stature puissante de TARZAN.

 

Pendant le Tour de France année 1955.

 

Caravane-Tarzan (2).jpg

 

A ce moment, les Éditions Mondiales de l'omniprésent Del Duca avaient dû renoncer à éditer leur Tarzan hebdomadaire ; mais un Tarzan mensuel imprimé en noir et blanc continuait de captiver la jeunesse. Il allait bientôt permettre de connaître les dessins de John Célardo, lequel accompagna d'abord Bob Lubbers dans l'épisode « Tarzan et les égyptiens » (réédition Bologne 1966) avant de le remplacer entièrement jusqu'à l'arrivée applaudie en 1967 de Russ Manning, élève doué de l'illustre Hogarth.

 

D'anciens témoins pensent que l'enseigne automobile Tarzan participa jusqu'en 1962 à la Grande Boucle.

 

Qu'est devenu ce véhicule célèbre pendant la seconde moitié des années 50 ? A t'il été livré à la destruction ? Ou alors enfermé, oublié dans quelque hangar dont la toiture a cessé d'être imperméable ? Ou encore acheté par un collectionneur passionné autant qu'anonyme ? Mystère pour moi.

 

En pianotant sur le web « Hourra Tarzan Tour de France » vous obtiendrez plus de détails sur le sujet.

 

Docteur Jivaro