Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2011

Brèves du trottoir, n° 13

prostitution,prostitution populaire,vie parisienne


- Allez, à la semaine prochaine ! et bonne chance

  pour ton bras

- Oui, oui, ça s'arrange vite !

 

13/10/2011

Paris-pourri

Paris, maire de ...

paris,insécurité,métro,transport en commun,incivisme

 

Allez savoir pourquoi quand on emprunte le couloir du métro Marcadet-Poissonniers, certains jours, on éprouve, à l'instant d'en sortir, le besoin de passer par un sas de décontamination

01/10/2011

Brèves du trottoir n° 11

Un zombie

 prostitution,prostitution populaire,vie parisienne

  Ah ! tiens, te revoilà toi ! Un sacré bout de temps que je te croyais mort.

30/09/2011

Le suicide des enfants

Une souffrance inhumaine pour la société

 

Sucide,mort des enfants,souffrance des enfants

 

 

18/09/2011

17 & 18 septembre 2011 - fête de l'Huma

Journées du Patrimoine

 Journées du patrimoine,fête de l'humanité,mur de berlin,chute du mur

 

Parmi les braves gens étirés en une file d'attente devant le 55 rue du Faubourg-Saint-Honoré, l'un deux interrogé par un journaliste : "pourquoi venez-vous visiter ?" a répondu quelque chose du genre : "pour m'y sentir comme chez moi, entre républicains".

Tu parles !

L'Elysée fut construit pour les aristocrates, puis acheté par la fameuse Madame de Pompadour, l'une des illustres favorites ayant fait fortune grâce au métier le plus permanent du monde. En fait, un métier d'Art.

Ainsi, les républiques successives, voulant exhiber leurs prétentions politiques, n'ont encore rien trouvé de mieux que de se faire héberger dans des palais dont elles jalousent les splendeurs royales.

Tiens, à propos, savez-vous par quel sobriquet de bordel les gens de la Cour, au temps de Louis XV, désignaient la Pompadour ? ... La pompafoutre ! qu'ils disaient. 

La France, pays de poètes.

17/09/2011

Brèves du trottoir, n° 9

Pour mémoire ...

 prostitution populaire,moeurs parisiennes,sexualité,paris

Il faisait l'aller et retour rue Quincampoix, le manchot. 

Dimanche après-midi, jamais de nuit. Lui arrivait d'entrer au 96. 

En ce temps là, le quartier des halles était encore Le Ventre de Paris.

Nathalie (surnommée "les poteaux" à cause de ses chevilles presque d'une épaisseur égale à ses mollets) Nathalie disait que cet infirme racontait avoir perdu son bras en Indochine.

 (Paris, début 1970 ?)