Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2020

Un vaccin français ?

 

... Pas avant 2021

 

Vaccin-français-Covid-19.jpg

10/12/2020

Ligue des champions

 

PSG - BAZAKSEHIR ISTANBUL

 

Le foot-bol à cœur ouvert

 

kopa,mbappé,pierre webo,platini,neymar,renaldo,psg bazaksehir

On ne se force plus du côté de chez soi

Signé LYAR

 

 

09/12/2020

Tarzanide n° 463

 

De la drolatique pataphysique d’un Jarry (Alfred) jusqu’à l’enrichissement d’un Dali en son Gala, tout le clan des surréalistes désigna dans le Comte Lautréamont, pseudonyme de l’auteur des Chants de Maldoror (1869), l’un de leurs précurseurs. Toutefois une telle parenté littéraire et artistique n’était reconnue que pour les peintres et les écrivains, sûrement pas pour les auteurs de bandes dessinées. Ceux-là n’étaient même pas mentionnés dans les livres consacrés à l’Histoire de l’Art.

 

kiwi 1956,devi,le petit duc,bandes dessinées de collection,blek le rok,antonio de vita

 

 

KIWI n° 15 de novembre 1956 était un tirage mensuel « format de poche » venu de l’éditeur LUG, grâce auquel les garçons suivaient les aventurlures de deux personnages, l’un BLEK LE ROC, trappeur, et l’autre MIRKO le Petit Duc chassé de sa demeure familiale par des révolutionnaires dont les motifs politiques restaient inconnus. Son récit imagé se prolongea pendant 69 numéros de KIWI. Les péripéties vraisemblables à leurs débuts dévièrent assez rapidement vers des extravagances permettant à leur dessinateur qui signait DEVI de donner libre cours à son imagination.

 

DEVI, de son vrai nom Antonio De Vita, obtint un succès mérité par des architectures et des paysages imprégnés de déraison et qui se différenciaient totalement des trop sages décors que la censure active pendant les années 50 exigeait dans les ouvrages destinés à la jeunesse française.

 

Recherchant son père, Duc de Méloupin, MIRKO retrouve d’abord sa grande sœur dans la ville somptueuse de Sambhala, ville construite en secret dans le centre de la terre. Rien que ça ! Cette jolie demoiselle est représentée cachant son visage sous un masque de tissu comme le font les musulmanes respectueuses de leur Prophète. Un choix inattendu autant de la part de l’éditeur LUG que du dessinateur DEVI en 1956 ; mais un choix aujourd’hui conforme à l’immigration islamique peu contrôlée dans notre pays. Cependant, la sœur de MIRKO nous fait savoir que Sambhala est une ville très en avance du point de vue des technologies …

 

 

kiwi 1956,devi,le petit duc,bandes dessinées de collection,blek le rok,antonio de vita

 

 

Très en avance ? On ne le croirait pas à voir MIRKO et sa grande sœur descendre à pied par les degrés d’un escalier géant, interminable dirait-on. Les ingénieurs dans Sambhala n’ont donc pas eu l’idée de fabriquer des ascenseurs ?

 

Cet escalier sans début ni fin, préfigure d’autres arrières-plans vertigineux signés de DEVI et qui me parurent toujours non pas de simples fantaisies de bande dessinée mais les indices, les symptômes de « problèmes psychologiques » devenus inhérents à la personnalité du talentueux Antonio de Vita.

 

Allo, Docteur Freud ?

 

Doc Jivaro

 

08/12/2020

La Corona-19

 

Le vaccin arrive ...

Le-vaccin-arrive.jpg

07/12/2020

L'Président à raison :

 

Les noms de nos rues

ne rendent pas assez compte

des réalités passées de notre pays

Controle-au-faciès.jpg

Z’avez compris, j’espère, que la communauté arabe et la communauté noire se plaignent d’être victimes de « contrôles au faciès » de la part de la police française. Mais avez-vous remarqué, aussi, que la communauté asiatique n’a jamais à se plaindre d’un contrôle au faciès de la part de ces mêmes policiers  ?

 

Par contre il lui arrive de se plaindre dans Belleville de sa cohabitation avec une population venue d’Afrique du Nord.

 

 

04/12/2020

Noël puis la Saint Sylvestre :

 

Pas plus de six à table

en famille

Noël-six-pas-plus.jpg