Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2024

Tarzanide n° 591

 

MACRON : L’envieux du stade ?

 

Les Jeux Olympiques 2024 dans Paris-Pourri se rapproche … Alors, « on » commence à nettoyer : Ne faut surtout pas que les télévisions du monde aient conscience des multitudes d’immigrés clandestins africains présents sur la terre française ! … Reste que la flamme officielle de ces jeux nous arrive par bateau et que la cérémonie d’ouverture devra se réussir sur un fleuve : la Seine. Au moins cela devrait permettre de rappeler que Paris ne fut pas célèbre comme une capitale mais comme une enclave portuaire. Sa devise : « Fluctua nec mergitur ». Ohé ! Matelots !

 

Reste que les aspects grandioses des jeux olympiques d’aujourd’hui proviennent de ceux de Berlin 1936. Oui : quand le nazisme triomphait. A ce moment là, historique, une femme étonnante, aussi belle que sportive, apporta la preuve de son génie artistique : employant une quarantaine de caméras elle mémorisa en un film baptisé OLYMPIA les performances des athlètes de 1936 dans Berlin toutes races confondues.

 

 

Paris Jeux Olympiques 2024,Berlin Les Dieux Du Stade 1936 Leni Riefensthal,bande dessinée Yak,Cinémonde 7 juillet 1938,Olympia cinéma Berlin 1936,bandes dessinées de collections,Bar Zing,Doc Jivaro,Tarzanide du grenier,

 

 

Cette femme se nommait Léni Riefensthal. Née en 1902 puis DCD en 2003, non sans avoir réussit un dernier reportage fameux relatant les mœurs d’une tribu noire : les Nuba. Cet ouvrage était encore disponible en 1985 dans la médiathèque parisienne Tolbiac. L’est-il encore aujourd’hui ?

 

 

Paris Jeux Olympiques 2024,Berlin Les Dieux Du Stade 1936 Leni Riefensthal,bande dessinée Yak,Cinémonde 7 juillet 1938,Olympia cinéma Berlin 1936,bandes dessinées de collections,Bar Zing,Doc Jivaro,Tarzanide du grenier,

 

 

Le film allemand Olympia fut plutôt connu en France sous l’appellation : « Les Dieux Du Stade » (Vérifier ça sur la couverture ci-dessus datée 1938).

 

Pour ce qui est de la bande dessinée, plus tard, en l’an 1950 les Éditions « Aventures et Voyages » sises à Lyon sous la direction de Bernadette Ratier publièrent le n° 4 de YAK … Ce numéro s’intitule LES DIEUX DU STADE. Il compte 12 pages imprimées alternativement bleu et noir. Son dessinateur en était Cézard. Celui-ci allait également publier dans l’hebdomadaire communiste pour enfants : VAILLANT. Il participa aussi à KIWI, mensuel illustre de poche dans lequel des textes venus de votre serviteur furent publiés.

 

Paris Jeux Olympiques 2024,Berlin Les Dieux Du Stade 1936 Leni Riefensthal,bande dessinée Yak,Cinémonde 7 juillet 1938,Olympia cinéma Berlin 1936,bandes dessinées de collections,Bar Zing,Doc Jivaro,Tarzanide du grenier,

 

 

En conséquence des films réussis par Leni Riefensthal, certains journaux démocrates laissèrent entendre que cette jolie femme avait des relations intimes avec Adolf Hitler. C’était un mensonge pour berner le populo. Der Führer ne fit jamais preuve de performances sexuelles. Et tant pis pour l’Eva Braun. Mais celle-ci savait bien que son Adolf ne réussissait pas à faire couiner le sommier du lit comme le faisait Mussolini.

 

Doc Jivaro

 

05/05/2024

Tarzanide n° 590

 

EN SOUVENIR ...

 

Débutée en 1947 dans le n° 81 de l’hebdo COQ HARDI de Marijac, et s’achevant dans le n° 11 de la nouvelle série le 8 février 1951 la série BD du COLONEL X fut illustrée d’abord par Poïvet suivi de Mathelot. Ce Colonel x, officier français anonyme affronte l’envahisseur nazi et accomplit des exploits parfois inspirés par des faits réels dus à nos maquisards.

 

Une seconde période succéda à partir du 3 avril 1952 avec pour titre « COLONEL X EN EXTRÊME ORIENT »

 

BD-Coq-Hardi,-03-04-1952.jpg

 

Cette fois le dessinateur en était Noël Gloesner, remarquable dans l’expression des visages comme dans l’animation des groupes combattants.

 

Toutefois les envahisseurs allemands ont disparu, remplacés par de nouveaux ennemis.

 

- Attention, sergent ! Des nha-qué !!

 

ou encore : « des viets ! ».

 

Ah ! ça y est : vous comprenez pourquoi j’ai choisi pour aujourd’hui 5 mai l’épisode d'un des anciens COQ HARDI : « En Extrême Orient ». Car il s’agissait plus vraisemblablement, historiquement même, de l’Indochine. Eh oui : le mois de mai 1954, pour nous, c'est la défaite sous la mitraille communiste et stalinienne de Hô Chi Minh accumulée tout autour de Diên Biên Phu.

 

Ce qui ne manqua pas de réjouir trois des valets de l’URSS : Thorez, Duclos et Waldeck Rochet.

 

Doc Jivaro

 

10/01/2024

Une mémoire des bandes dessinées

BD-LOgo-Recto-Verso.jpg

 

Créé en 1982 par l’Association Jeune Bande Dessinée (A.J.B.D) celle-ci enregistrée au Journal Officiel des 23 et 24 novembre 1981, ELECTRODE modifie son titre en RECTO-VERSO dès la publication du numéro 2. La page de couverture est alors illustrée par Stanislas Barthélémy, lequel publie ses premières BD.

 

BD-Electrode-bandeau.jpg

 

Parmi les participants, et sans que nous en fournissions toute la liste, se trouvent en compagnie de Stanislas, des identités telles que : Patrick Claeys, Chaberty, Berg, Françoise Raby, Isabelle Tredez, Vallot, etc, etc. Le responsable de la publication n’utilise pas encore le pseudo Bar-Zing.

 

bar zing,bandes dessinées de collection,recto verso bd,barthélémy stanislas,alain trédez,paul newman,remy le fure,trez,france soir

 

 

Signalons que le n° 4 contient l’interview que nous accorda TREZ (Alain Tredez) dont les dessins politiques constituaient un des piliers du grand quotidien FRANCE SOIR.

 

Recto Verso BD,Bar Zing,bandes dessinées de collection,

 

Semblerait que la Bibliothèque Nationale ne possède aucun exemplaire de Recto-Verso. Sans doute est-ce dû à ma négligence, Mea-culpa ...

 

Le n° 0 fut édité à 500 exemplaires les numéros suivants 2 et 3 furent limités à 100 ex chacun. Quant au n° 4 il compte 500 exemplaires datés du quatrième trimestre 1983.

 

BD-Recto-Verso-Jésus.jpg

 

Avis à tous les collectionneurs exigeants.

 

Bar-Zing

 

 

31/12/2023

Tarzanide n° 579

 

Pour faire bref !

 

Dauphin ! … Dauphin ? Vous avez dit « dos fin », mon cousin ? - Ah je vous en prie pas de jeux de mots bébêtes. Chez nous un dauphin c’est le fils aîné d’un roi de France depuis le XIVe siècle et recevant en héritage le Dauphiné, province fort éloignée des océans.

 

del duca,dauphin,dauphiné libéré,bandes dessinées de collection,tarzanides du grenier,bar zing,doc jivaro

 

 

Quant au dauphin cétacé des flots salés on le dit actuellement menacé de disparition. Et pour l’aider à survivre, certains autres mammifères l’emprisonnent dans des bassins où il doit faire le clown pour amuser des gamins gavés de ice cream. Malgré ce spectacle les bandes dessinées de mon enfance utilisèrent fort peu les nageoires ... pardon : les ailerons de Flipper … J’ai pourtant gardé souvenir d’un fragment d’épisode dans lequel «  TARZAN VAINQUEUR » échappe à la mort en compagnie de dauphins.

 

 

del duca,dauphin,dauphiné libéré,bandes dessinées de collection,tarzanides du grenier,bar zing,doc jivaro

 

 

Vous retrouverez ce sauvetage en première page du n° 282 du 16 février 1952. A ce moment là mes petits copains et moi n’imaginions pas que notre journal illustré préféré allait disparaître pendant de longs mois à cause d’un complot catholique-communiste archi-jaloux du succès populaire autant que commercial de l’italien Del Duca.

 

Reste que le dauphin symbolise encore l'héritage autant que le renouvellement et qu'il m'amène à vous souhaiter en ce 365e et dernier jour de l’année 2023, une future bonne année 2024.

 

Et ça malgré l’accumulation des prémices d’une « Troisième Mondiale ».

 

Doc Jivaro

 

25/12/2023

Tarzanide n° 577

 PIERROT

 

BD-Pierrot-bandeau-G.jpg

 

 

Hier, dans Aubagne (Oui : en France) la Légion Étrangère célébra la Messe de Minuit. Noël, donc !

 

- Tiens ! V’là du boudin !

 

Sauf que dans ce cas le boudin n’est pas de la charcuterie ; c’est plutôt une couverture à multiple usages dans lequel s’enroule l’homme de terrain.

 

Fondée par Louis Philippe (1830-1848) donc fondée par un roi, la Légion Étrangère se prolongea par les Républiques tant son rôle fut nécessaire dans l’histoire de nos colonies. La bataille mexicaine dite Camérone du 30 avril 1863 à été l’occasion de plusieurs bandes dessinées pour la jeunesse, dont celle éditée par l’hebdomadaire PIERROT en 1940 et mise en images par Le Rallic.

 

BD-Pierrot,-28-01-1940.jpg

BD-Pierrot,-Spahi,-25-12-19.jpg

 

 

PIERROT en dépit de son titre enfantin fut probablement l’illustré le plus engagé dans des commentaires relatifs aux préparatifs de la Seconde Guerre Mondiale. Des personnages de la Légion Étrangère occupaient la première page en même temps que des conseils d’actions militaires applicables aux civils étaient détaillés en huitième page.

 

BD-Pierrot,-25-02-1940.jpg

 

Négligé par nombre de collectionneurs PIERROT publia les premiers travaux de plusieurs des bédéistes qui allaient dominer, plus tard, la décennie des années 1950 : Le Rallic, Pellos, Marijac, Cazanave, Liquois, etc.

 

Le titre PIERROT semble avoir été créé par Willette en l’année … 1888 et relayé par plusieurs éditeurs. Willette, illustrateur, affichiste, artiste peintre, etc, etc. n’imagina sûrement pas que le titre de ce journal dessiné survivrait jusqu’en 1952.

 

Car c’est en 1952, en effet, que disparut PIERROT dont les dernières séries BD (Woopy, Durtal, Krapotus …) se retrouvèrent finalement hébergées dans le fameux COQ HARDI. Marijac se souvenait avec émotion de COSTO, CHIEN POLICIER, une histoire humoristique inventée pendant sa jeunesse et publiée en 1936 dans ce même PIERROT.

 

Mais que devient le Père Noël dans tout ça ? Le Père Noël devient ce qu’il demeure : le Saint Patron des pédophiles.

 

Doc Jivaro

19/12/2023

Tarzanide n° 577

 

A Montluçon, le Pont Saint Pierre …

 

Je dis … c’est ça : jeudi 14 décembre, tôt matin, j’accompagnai mon épouse jusqu’à la rue du Capitaine Segond.

 

Dans Montluçon côté Ville Gozet, juste à l’arrière de l’église Saint Paul ; mais oui, bien sur, je connaissais ce rez-de-chaussée : c’était celui du Docteur Perche à ses débuts pendant mon enfance.

 

- « Tu sais qu’aujourd’hui je t’emmène chez le médecin » me prévenait ma mère.

- Zut de zut ! Encore la moitié de mon jeudi de fichue !

 

Ce jour la d'il y a des années et des années, du dehors et par la fenêtre grande ouverte de la salle d’attente, j’entrevis sur la table centrale du cabinet du praticien des images de COQ HARDI, l’illustré BéDé.

 

marx dormoy,ville gozet montluçon rue capitaine segond,souvenirs d’enfance,docteur perche,bandes dessinées de collection,tarzanides du grenier,bar zing,doc jivaro

 

BD-Coq-Hardi,-n°-10.jpg

 

Des avions de guerre jaillis de deux séries 1948 : l’une « Les Géants du Ciel », l’autre « Le Grand Cirque », celle-ci d’après l’œuvre de Closterman, toutes deux illustrées par Mathelot. Une belle réussite dans le genre.

 

Tout à côté de ce rez-de-chaussée où se déroulent des examens médicaux, un grand bâtiment massif que mon grand-père appelait « La Maison des Travailleurs » ou encore « Maison des Syndicats ». En travers de sa façade une bannière en tissu déchiré pendouille; lamentable, abandonnée. Alors camarades syndiqués, on n’entretient plus votre lieu de rendez-vous historiques ? Mais je me souviens surtout d’un de vos moments dénués de gloire pendant lequel vous déplaçâtes la statue de votre Marx Dormoy en contrebas d'un des châteaux des Bourbons. Et ça pour la remplacer par une ... pompe à essence !

 

D’aucuns racontèrent alors que la sœur de Marx Dormoy s’était exclamée furieuse : « Ils l’ont placé aux pieds de ceux qui l’ont tué ! ».

 

Montluçon et ses anciennes usines : une ville de prolétaires ? Oui ! et, donc, aussi une ville d’ingénieurs.

 

Doc Jivaro