Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2016

Chômeurs menacés de S.T.O. ?

 

R.S.A. = R.A.S.

 

7 heures de bénévolat
  Le Haut-Rein adossé au café bar
 

haut-rhin,bénévolat,rsa,revenu de solidarité active,assistanat,laurent wauquiez,eric straumann,chômage

06/02/2016

Les Tarzanides du grenier n° 199

 

Quoique notre râtelier fasse des Tarzanides son garde-manger principal, ce n'est pas rare d'y trouver quelques bons gros os dont la moelle est rebaptisée Numéro UN. Comment un Jivaro auto proclamé pourrait-il se dispenser d'exposer à l'entrée de sa hutte des dizaines de têtes coupées ? Oui : en BD comme dans tous les domaines où domine la hiérarchie, un collectionneur se doit d'être propriétaire de l'aîné de toute une famille. Alors, si vous vous désolez d'avoir raté le premier exemplaire de l'illustré RADAR de l'année 1947, je ne pense pas que d'en voir, ici, la couverture réduite par photocopie vous suffise comme lot de consolation.

 

Radar-du-25-01-1947.jpg

Les exploits de RADAR N° 1, année 1947

 

La Seconde Guerre Mondiale ayant prouvé le rôle majeur du système Radio Detection And Randing dans les missions militaires on utilisa le terme RADAR pour le commerce du journalisme et de la littérature. En somme le nom de l'engin sans l'engin. Le mot RADAR suffisait à valoriser le titre d'un journal prétendant rapporter tout ce qu'il détectait autour de lui. La BD, à son tour, s'empara de ce phénomène bien fait pour captiver l'imagination populaire. Les ondes radio ne semblaient-elles pas magiques, inhérentes au monde des esprits ? Leur invisibilité réelle ne s’apparentait-elle pas à cette « force spirituelle » dont parle les enjôleurs publics, ceux des tables tournantes et ceux des miraculés de Lourdes ?

 

Rien qu'en France, il y eut au moins trois « RADAR » imprimés pendant les années d'après-guerre.

 

Un RADAR daté de 1946, en provenance des Éditions Ouvrières, d'inspiration catholique. Un autre RADAR plus tardif - 1949 - et faisant sensation avec sa couverture garnie d'un grand dessin au lavis évocateur d'un des faits divers de la semaine. Toutefois, le seul RADAR auprès duquel Docteur JIVARO veut attirer votre curiosité, est le RADAR daté de 1947 produit par Les Éditions Du Siècle.

 

Un illustré BD de 12 pages (24 x 32 puis 21 x 27 cm) mensualisé. Son intérieur est imprimé tantôt en noir tantôt en bleu. La bande dessinée, elle, occupe 9 pages toutes signées de Bob VINELL. Par contre l'illustration de la page 1 ne porte aucune signature, bien que nous puissions l'attribuer à ROBBA.

 

ROBBA était artiste assidu aux Éditions du Siècles – S.D.S.- et notre enfance n'échappa pas aux images colorées qu'il créait pour le magazine TARGA en accordant au personnage une musculature digne d'un vrai Tarzanide. ROBBA réalisa, également, toute une iconographie pour le journal du détective TOM'X. Une sorte de contrefaçon par sonorité de lecture existe entre ce détective TOM'X et le célèbre cow-boy TOM MIX. Ce n'était pas un hasard, n'est ce pas ?

 

Radar-verso-25-01-1947.jpg

Dernière page du numéro 1 de RADAR.

TOM, X exploite sans vergogne la popularité de TOM MIX

 

Si l'on s'en tient à la silhouette de la pin-up allongée en bas de la première page du premier RADAR, il est permis de supposer que les E.D.S. voulaient s'attirer une clientèle d'adultes mais sans pousser jusqu'au risque d'être interdites de lecture aux enfants.

 

Les Éditions Du Siècle finirent par mourir en 1951, cédant leur fauteuil à IMPERIA, éditeur qui périt à son tour en 1986.

 

Quant à la BD RADAR, elle est défunte depuis belle lurette : en 1948, immédiatement après son 12e numéro.

  

Doc Jivaro (MFCL)

 

 

 

21/01/2016

Il ose dénoncer le profit salarial

 

MACRON :
L'homme du socialisme à visage humain

Macron-l'homme.jpg

09/01/2016

Les Tarzanides du grenier n° 195

  

Collanges, petit village du pays d'Arvergne, Natacha pas d'importance à l'arrivée imprévue d'un Monsieur Georges Rémi, belge d'origine.

 

 Nous étions alors en mai 1940 … L'armée allemande venait de pénétrer en Belgique, assurée qu'elle était, l'armée allemande, de recevoir bon accueil de la part de beaucoup des partisans d'un mouvement fasciste dirigé par Léon Degrelle. Ce personnage restait loin d'être méconnu pour Monsieur Rémi Georges puisque ce même Georges Rémi l'avait quelque peu aidé pour la propagande de REX, groupe pro-hitlérien.

 

Installé – réfugié – pendant plusieurs semaines dans Collanges, Monsieur Rémi Georges s'attirait, dit-on, la curiosité amusée des villageois en dessinant au crayon des petites têtes jumelles entres-elles et toutes ressemblantes à celle de l'enfantin TINTIN.

 

Sur des serviettes en papier qu'il les croquait, les têtes, dans l'auberge du coin, entre le litre de vin régional et le fromage circulaire coupé en triangles allongés. Sur des serviettes en papier ? En 1940 ? Supposons donc que le torche-cul des chiottes, au fond du jardin, était un ruban de soie roulé et coupé mécaniquement en tronçons cylindriques.

 

Hélas ! aucun des croquetons à profil de poudre de perlintintin ne semble avoir été conservé pieusement dans le village de Collanges.

 

Quant à Monsieur Rémi Georges, après un très bref réflexe de panique, il s'en retourna vivre en Belgique, et bien vivre, publiant dans le journal « Le Soir ».

 

De ces années 40, Doc Jivaro garde tout un lot de CŒURS VAILLANTS qu'il paya je ne sais plus à quelle date mais dont je me souviens le lieu : Montluçon, rue Grande. Une librairie de revente de livres, à gauche en montant vers l’Église Notre Dame. La boutiquière ne s'attendait plus à vendre ce paquet de Cœurs Vaillants endommagés.

 

- Ça vient, je crois, d'une des maisons qui furent bombardées quand les Anglais voulaient détruire l'usine Dunlop. Ils ne sont pas beaux tous plus ou moins déchirés (elle parlait des journaux).

 

 
bd ancienne,bd de collection,coeurs vaillants,tintin,montluçon 1943,georges rémi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N° 1

du dimanche 3 janvier 1943.

 

 

 

 

Le Maréchal Pétain fit un passage, en 1943, le 16 septembre, après les chutes de bombes anglaises dans les environs de Montluçon.

Tenez, voici « Montluçon dans la tourmente » imprimé à Lyon, 16 rue des Remparts-Ainay. A l'intérieur du fascicule, des photos où le vieux français, chaussures cirées et crane moulé dans un chapeau BCBG, rend visite à des gens sans abri qui n'ont pas du tout l'air de familles musulmanes entrées clandestinement en France.

 

 

bd ancienne,bd de collection,coeurs vaillants,tintin,montluçon 1943,georges rémi

 

 

 

Que voulez vous ? En ces temps écoulés, Dieu était français.

Et Philippe Pétain ne prévoyait pas que plus de cinquante années après le « Débarquement en Normandie », les services de déminage français retrouveraient des bombes britanniques non explosées dans le sol où dorment pour ainsi dire morts : Péguy, Casque d'Or et mon père.

 

Doc Jivaro (MFCL)

 

 

06/01/2016

Etre ou pas être Charlie !

Wolinski-Maryse.jpg

Ces caricaturistes politiques qui se foutent de la gueule de tout le monde MAIS qui s'estiment déshonorés par une confusion entre deux voyelles.

05/01/2016

Une bien longue vie française ...

 

... dans sa cabane au Canada

Calabru-mort-dans-son-sommeil.jpg