Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2020

Ce soir, 20 heures

 

LE GRAND BWANA

 

va t'il parler du coronavirus

ou

d'un report de vote municipal

 

?

ou des deux 

ou d'aucun des deux

 

?

 

11/03/2020

Assemblée Nationale

COMBATTRE LE CORONAVIRUS
Nos élus éloignés les uns des autres
par des intervalles de plus en plus grands

Assemblée-Nationale-Coronavirus.jpg

 

10/03/2020

Coronavirus

Mais oui !

Il y a un ministre de la culture

en France
coronavirus,covid 19,franck riester,ministère de la culture charles de gaulle,andré malraux

09/03/2020

Tarzanides du grenier n° 412

Hurler avec les louves d'un féminisme lesbien acharné à dépecer le très talentueux Polanski ET ressasser le danger international d'un vilain pas beau coronavirus, tout ça n'intéresse que peu Doc Jivaro. Il préfère sur le tard de sa vie rêver parmi ses souvenirs.

 

C'est dans le numéro 52 de Paris-Jeunes, année 1947 que recommencèrent les exploits d'un certain Fantôme du Bengale. En cette circonstance Paris Jeunes modifiait son titre l'allongeant mot à mot pour devenir :

 

 

BD-Paris-Aventures,-05-06-1947.jpg

 

 

Quelque cinq années plus tard, Emile Moreau, directeur de la publication, devait abandonner les aventurlures "américaines" du héros masqué dont l'anneau TOTENKOPF porté à la main droite déplaisait fortement au camarade Thorez Maurice. Ainsi la loi 49956 du 16 juillet 1949 fit-elle disparaître momentanément en France le mythe créé par Lee Falk et Ray Moore.

 

 

BD-Fantôme-du-Bengale,-1951.jpg

 

 

Quant à l'hebdomadaire PARIS JEUNES AVENTURES il subsista cahin-caha jusqu'à son numéro 44 de 1951, abandonnant sa place à PECOS BILL, le cavalier légendaire du Texas. Les aventurlures de celui-ci n'avaient pourtant débutées que modestement sur une demi-page du numéro 27 de l'année 1950.

 

BD-Pecos-Bill,-n°-20,-1951.jpg

 

 

PECOS BILL d’abord mensuel puis bi-mensuel mérita un vif succès auprès des gamins de mon âge et ne disparut qu'en 1957.

 

1957, l'année même ou j'agaçais mes parents en leur demandant d'accepter mon entrée dans une école de Beaux-Arts.

 

Doc Jivaro

 

06/03/2020

Nécrologie

 

ROGER LECUREUX

et

ANDRE CHERET

 

ont la douleur de nous apprendre

la mort de RAHAN

fils des âges farouches.

 

 

05/03/2020

Tarzanides du grenier n° 411

 

Supposons ... j'écris bien : supposons et non pas espérons, que le Coronavirus n'ait pas détruit notre capitale d'ici quelque jours. C'est alors que pourra se tenir dans Paris un Salon International du Tatouage.

 

Doc Jivaro n'est pas vraiment amateur de ce genre de mode cutanée. Tout au plus lorsqu'il était gamin se servait-il d'une décalcomanie fugace pour s'imprimer sur l'avant-bras un petit dessin représentant une des fables de Monsieur de La Fontaine. A ce moment là, il suffisait d'un peu d'eau et de savon pour faire disparaître le stigmate.

 

Lady Hermine, jolie femme donc femme dangereuse, collectionne des fourrures dont elle n'est jamais comblée. Prête à tout pour augmenter sa richesse, poussera t'elle jusqu'au crime ?

 

 

fantôme du bengale,donald,salon international du tatouage,paul sinkler,editions s.a.g.e.,cassus clay,bandes dessinées de collection,bar zing de montluçon,tarzanides du grenier,doc jivaro

 

 

Pour réussir ses forfaits Lady Hermine s'aide d'un matelot rudement costaud et dont la poitrine est couverte de tatouages vulgaires de quoi enrichir un musée des horreurs. C'est Mandrake de la mandragore qui va mettre un coup d'arrêt aux deux malfaiteurs en employant les ressources de l'hypnose.

 

L'imagerie ci-dessus est sortie du numéro 173 de DONALD hebdomadaire de l'année 1950, en juillet. Le Directeur en était Paul Winkler de retour dans le pays de Jean Moulin après avoir été se réfugier aux États-Unis pendant qu'Otto Abetz offrait le champagne Avenue Foch.

 

Mais les tatouages d'où qu'ils viennent ne peuvent pas rivaliser avec l'empreinte que la bague à tête de mort du Fantôme du Bengale, laisse ancrée dans la peau de ses ennemis les Thugs étrangleurs dévoués à la déesse Kali. (Eh, ouais ! ça ne rigolait pas dans les bandes dessinées de ma scolarité.) Ci-dessous, dans le numéro 35 de 1952, collection de la S.A.G.E. Diana fiancée de l'Esprit qui Marche, laisse éclater sa joie : elle se sait sauvée.

 

 

fantôme du bengale,donald,salon international du tatouage,paul sinkler,editions s.a.g.e.,cassus clay,bandes dessinées de collection,bar zing de montluçon,tarzanides du grenier,doc jivaro

 

 

Même Cassius Clay et Mohammed Ali réunis n'auraient pas tenu deux minutes face à un coup de poing lancé par le Fantôme du Bengale.

 

Doc Jivaro