Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2019

Maison Bourdin, Maison de confiance

Tarik Ramadan
contre Ramadan Tarik

tarik ramadan,j.j. bourdin,rmc,frères musulmans,cassius clay,salafisme

04/09/2019

Odysée qui mal y pense :

 
A l'aller

MONTLUÇON - VICHY

Au retour

VICHY - MONTLUÇON



Et à demain si vous le voulez bien.

 

03/09/2019

Les tant modernes

MATCH
genre FÉMININ sexe MASCULIN

parité homme femme,grenelle féminicide,marlène schiappa

02/09/2019

Villeurbanne

Le migrant et sa force de travail

une broche à barbecue

Villeurbanne-assassinat.jpg

31/08/2019

Tarzanides n° 372

 

Samedi et dimanche, deux jours pour terminer la semaine et deux jours pour que triomphe la grande braderie dans Lille. Mais sans que nous nous y rendions mon épouse et moi. Car j'en ai fait comme le serment : tant que Madame la Maire n'y sera pas bradée, nous n'irons pas.

 

Pour les collectionneurs de vieux journaux, les braderies peuvent être l'occasion de trouvailles bien intéressantes. C'est pourquoi en 1985, l'après-midi d'un dimanche du mois d'août à Châteaudun, j'achetais pour cinquante francs un recueil de contes réécrits à partir de textes de la Comtesse de Ségur.

 

georg groddeck,contesse de ségur,editeur gordinne,der struwwelpeter,bandes dessinées de collection,bar zing de montluçon,tarzanides,doc jivaro

 

 

Imprimés en Belgique et édités par Gordinne en 1935 les récits de ce recueil demeuraient inaccessibles à mon petit âge. Vous saviez lire vous à l'approche de vos cinq ans ? Alors je me régalais des illustrations vivement colorées et je recourais à ma mère pour la compréhension des histoires.

 

- Maman ! Maman, lis-moi  Blondine dans la forêt des lilas !

- Je vais finir par le connaître par cœur ce livre ! Et d'abord ce n'est pas moi qui te l'ai acheté. D'où vient-il ?

 

Un garçon plus âgé que moi, René, qui logeait comme nous dans une ancienne ferme réaménagée en logements de rez-de-chaussée, me l'avait donné, le livre. C'était ce jeune voisin, qui de temps en temps, me conduisait à l’École Maternelle de la rue Voltaire.

 

Le récit est truffé de symboles : la lenteur d'une tortue pour signifier un temps interminable, une rose de volupté et un perroquet enjôleur pour évoquer une jeune fille abusée par de méchantes gens, et aussi le père et la mère de Blondine qui meurent victimes de la désobéissance de leur fille, celle ci ne les retrouvant que sous l'aspect fabuleux d'un cerf et d'une biche parlant le langage humain

 

Chaque soir, en me couchant je nageais sous les draps dans un lit d'adulte trop grand autour de mon nombril. J'imaginais que l'une des belles dames en tenue d'apparat m'enfermait dans une cage dont les barreaux étaient les barreaux en cuivre du trop grand lit dans lequel je finissais par me noyer de sommeil. Ici, c'est avouer que ce qui m'impressionnait beaucoup c'était les grandes et jolies femmes, toutes sévères, menteuses, chacune d'entre elles semblant  n'avoir été créée que pour mépriser les hommes.

 

 

BD-Blondine-1935,-pg-12.jpg

 

J'aime à imaginer qu'un psychanalyste du genre de Groddeck (1866-1934) pourrait faire ses choux gras en décryptant les "clés" dont est parsemée l'aventurlure de l'adolescente Blondine.

 

DER STRUWWELPETER

( 1845 - 1876 )

 

BD-Peter,-1876.jpg

Doc Jivaro

 

 

30/08/2019

On s'est laissé dire ...

... qu'au Japon
pour récupérer le corps du condamné
fallait acheter la corde

Japon-peine-de-mort.jpg