Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2018

Philippe Pétain

 

1914 - 1918

1940 - 1944

macron,pétain,11 novembre,pacte germano-soviétique,désertion thorez,sto,forêt de tronçais montluçon

Pétain-Forêt-de-Tronçais.jpg

 

Le vendredi 8 novembre 1940, en Forêt de Tronçais et en présence du préfet de l'Allier, des familles françaises assistèrent à l'inauguration d'un chêne âgé de 270 ans et offert au Maréchal Philippe Pétain.

 

Quatre ans plus tard, un groupe de communistes staliniens allèrent en armes auprès de ce chêne et le FUSILLÈRENT.

 

C'est ce que nous racontait un cousin tenant une épicerie en haut de la rue des Cordelliers dans Montluçon.

 

01/11/2018

Toussaint. LA Toussaint, Feste de tous les saints.

  

Ne nous y trompons pas pourtant : ce jour n’a pas été établi pour fêter tous les saints connus mais pour ne pas oublier de fêter aussi tous les saints inconnus.

 

Quant à Halloween … Cette gesticulation macabre que les commerçants rendent amusante par la mascarade et la peinturlure, permet aux gamins de feindre une menace : donne-moi des bonbons sinon je te jette un mauvais sort ! Est-ce une de préparer l'avenir : « ton fric ou je te tue ! ».

 

Pas plus tard qu’hier soir, comme nous sortions notre poubelle, mon épouse et moi avons été abordés par trois gamines bien polies. Elles ne nous ont pas demandé des friandises, elles nous ont demandé de l'argent.

 

Je parie qu’elles viennent des HLM de la cité Pierre Leroux.

 

– Ah ! ça y est ! on dit du mal d’une cité populaire

 

Non Monsieur. Mais dans nos rues bâties de maisons pavillonnaires, il n’y plus d’enfants. Il n’y a plus que des vieux qui s’attardent.

 

Votre nuit des morts vivants me redonne à penser aux fresques ainsi qu'aux tympans de nos églises anciennes où s'exposent un Jugement Dernier. Vous avez connu ça : on ne ressuscite que pour être jugé par de dieu d’Israël, à ce qu’affirment les chrétiens. Alors regardez un des jugements derniers. Le plus fameux d'entre eux, c'est celui réussi par Michael Ange. Regardez mieux : Il n’y a aucun enfant. Bizarre, non ? Existe t'il un texte ayant traité sinon expliqué cette absence d'enfants dans presque toutes les scènes figuratives du « Jugement Dernier » ?

 

Aujourd’hui comme le veut la tradition, allez vous voir vos morts ? Ne serait-ce que pour déposer sur leurs tombes un de ces bouquets de fleurs dont l'espèce automnale échappe souvent à notre orthographe.

 

– Tu ne viendras jamais nous voir quand nous serons morts j’en suis certaine.

 

Elle avait raison ma grand'mère paternelle. Elle qui, jusqu’à ses dernières journées, allait chaque dimanche matin fleurir le caveau de ses deux frères.

 

Je vais vous dire : pour moi les morts se gardent bien au tiède dans notre tête, notre mémoire.

 

Ça t’évite de prendre la peine de te déplacer jusqu’au cimetière.

 

– C'est vrai. Mais ce qui est vrai tout autant c’est que, selon mon imagination mon père, ma mère et deux de mes grands parents morts ne s’ennuient jamais sous terre : ils jouent aux cartes à jouer dans d’interminables parties.

 

Leurs anciennes parties de Manille ou de Belote restent pour moi les moments les plus pacifiques, les plus heureux de notre existence familiale disparue.

 

NOSFÉRATU

Fantôme de la nuit

 

Nosfératu-1.jpg

 

« Film muet. Année 1922.

Friedrich Wilhelm Murnau avec Max Schreck, Gustav von Wangenheim  »

 

 

Dracula est muni de longues incisives, non pas de canines C’est un rat ; ce n’est ni un tigre, ni une hyène. Il suce le sang d’une viande humaine qu’il ne dévore pas. Né dans la noblesse des montagnes de Transylvanie, entre nos chrétiens autochtones et les Turcs Ottomans sans cessent envahisseurs de l'Europe, Vlad l'empaleur ne jouissait que des hurlements d'agonie de ses victimes.

 

Ryal

 

 

30/10/2018

L'humour Almanach Vermot se modernise

 

Premières chûtes de neige

Chûtes-de-neige.jpg

En moins de cinquante ans, 60 % d'animaux dits sauvages ont disparu.

Alors, si je comprends bien, nos chasseurs écolos civilisés tueurs de petit ou de gros gibier, n’auront bientôt plus de quoi s’alimenter ?

25/10/2018

Piétons et automobilistes

 

Chacun à tour de rôle

Piétons-et-automobilistes.jpg

23/10/2018

Naturelle la nature

Manger-Bio.jpg

Le père de mon père ne fut jamais mon papy puisqu’il était grand'père.

Il cultivait le jardin. « Vous avez ici trois emplacements constructibles » affirmait le notaire.

Grand'père, il bêchait, il retournait les mottes de terre qu’il brisait en boulettes. Puis il ensemençait, puis il entretenait mais avant, il avait engraissé le sol en utilisant un mélange de paille et d’excrément ... humains, qu’il mêlait avec du fumier animal apporté par je ne sais plus quel bonhomme du même âge que le sien : l’âge de la guerre 14-18.

A la fin il récoltait tous les légumes avec leurs « parasites » naturels.

– J'ai pourtant tout traité à la bouillie bordelaise.

En mai, les moineaux ne manquaient jamais de marauder nos cerisiers sans jamais avoir à cueillir une cerise.

– Ils vont encore tout nous dévorer ! s’exclamait ma grand'mère tout en sachant bien qu’il en resterait beaucoup plus que ce que nous allions manger.

À présent, cinquante ans après, tous les travailleurs salariés sont rassurés dans notre quartier de Beaulieu : il n'y a plus de piafs pour venir chaparder les cerises.

Puisqu’il n’y a plus de cerisiers.

Ryal

22/10/2018

Agression anti-scolaire dans Créteil

« Pompidou salaud !

Le peuple aura ta peau »

 

C'était dans Paris 1969, en longeant les grilles du marché couvert Boulevard Magenta... Quel jour ? Je ne m’en souviens pas. C’était sûr, c’était en matinée et la classe des gamins scolaires marchait en désordre, tous excités par je ne sais quel « enseignant » dont le bras martelait les paroles assassines.

 

Etais-je donc encore à rêvasser sur mon sommier du sixième étage sous le zinc des toitures ? non ! Je descendais à pied jusqu’au boulevard Bonne Nouvelle, là où nous prenions rendez-vous, Jean-Guy et moi, pour avaler une choucroute trop liquide dans un self service dont j’oublie l’enseigne.

 

Les lendemains de Mai 68 n’étaient pas toujours révolutionnaires : ils étaient aussi bandants : de plus en plus de jeunes et de moins jeunes parisiennes adoptaient la nouvelle mode vestimentaire, celle de la mini-jupe. Alors que le porte-jarretelles restait encore de service autour des hanches, en dessous.

 

« Pompidou salaud !

Le peuple aura ta peau »

 

Une autre étape venait d’être franchie par des révolutionnaires auto proclamés annonçant le nouvel ordre d’un monde tout frais, pas rose bonbon mais rouge sanguinaire :

 

– À bas l’école caserne !

 

Il fallait abattre les murs emprisonnant les lycées et les collèges. Il fallait ouvrier les écoles à la rue ! libération totale !

 

Comme si nos aïeux n’avaient pas bâti des écoles entourées de murs, justement pour protéger les enfants contre l’ignorance et les violences des rues.

 

Le slogan nouveau était À bas les collèges-prisons ! Il faut que la rue libératrice entre dans les écoles enfin libérées !

 

Aujourd’hui et depuis plus de vingt ans, c’est réussi : le racket, l’incendie, la drogue, les délinquances et les crimes multiples de la rue entrent démocratiquement à l’école.

 

Enseignante-braquée.jpg