Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2012

Brèves du trottoir n° 62

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

Rue Saint Martin, année 72 ?

 

Une des dernières visibles.

Les parents de l'école toute proche se plaignirent du va-et-vient des filles.

Ça faisait pourtant plusieurs décennies qu'elles l'arpentaient, le trottoir à proximité des entrées et sorties du petit écolier qui s'en amusait bien. Elles étaient visibles 24 heures sur 24. Exception faite d'un intervalle de trois ou quatre années d'avant mai 68 ; années pendant lesquelles, de jour, la police veilla à ce qu'elles restassent planquées au fond des couloirs.

A ce propos me semble que le Canard Enchaîné imprima quelque chose comme : c'est à cause de Tante Yvonne ! Elle a aperçu des grues rue Godot de Mauroy, et s'en est offusquée.

Aujourd'hui, Madame de Gaulle, pudibonde catholique défunte, va peut être devenir la Sainte Patronne de militantes féministes athées acharnées à se venger du patriarcat.

 

Brèves du trottoir n° 63

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

 

Zut de zut ! sur les trois, n'y en a pas un qui se décide, ce matin.

28/04/2012

Montluçon city infernale

Montluçon,déjections canines,civisme,propreté,appel à la mairie

Un panneau planté situé avenue Marx Dormoy … anciennement avenue Napoléon III puis avenue Maréchal Pétain. 

Ainsi passent et trépassent les politiques. 

Lorsque nous étions adolescents nous disions simplement « avenue de la gare ». C'était dans sa proximité que nous pouvions trouver « du trèfle ». Comprenez : trouver des filles de notre âge disposées à suivre gentiment des garçons vers des lieux abrités du regard des anges. 

Les anges, ces pâles espions à la solde d'un dieu châtré. 

Je me rappelle Nicole … dire qu'aujourd'hui elle est forcément plus vieille que moi ! Mais peut être est-elle morte ? Ne devrais je pas plus modérément écrire : décédée ? Me semble qu'étant D.C.D on est moins mort que mort.

 

civisme,déjections canines,montluçon,propreté,appel à la mairie

Je viens d'ajouter un deuxième panneau, à mon avis beaucoup plus utile que le précédent. 

En souhaitant que les mémères et pépères aillent déposer ailleurs que dans l'espace public, les étrons PERSONNELS qu'ils évacuent par l'intermédiaire du trou de cul d'un chien coprophage !

BAR-ZING 

22/04/2012

Brèves du trottoir n° 61

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

Brèves du trottoir n° 60

Bavardez autour de vous, l'étonnement peut vous plomber sur place. Principalement en petite province. Presque tout un chacun croit, mordicus, que la loi dépossède du droit de vote la prostituée.

 

« Et c'est juste, c'est la déchéance la punissant. Elle a refusé d'apprendre à gagner de l'argent de façon normale, de façon honnête ».

 

Assurément ! Il est bien plus normal, bien plus honnête de s'empoisonner à l'amiante pour toucher un salaire de misère. Ou encore de passer pauvrement 40 ans de sa vie les pieds dans l'eau froide, rien qu'a trier des tonnes de poissons morts dans des bacs à glace.

 

Toujours est-il que les prostituées et les prostitués (n'oublions pas nos amis les hommes) gardent tout à fait leur droit de vote.

 

En 1981, Mitterrand l'emportait contre Giscard. Le Monde raconta, longtemps après, que les filles de la rue Saint Denis avaient joyeusement scandé « On a gagné ! On a gagné ! »

 

Je ne sais où certains des pigistes de ce journal de gauche glanent leurs cancans. Mais bien des messieurs assidus auprès des tapins pensent que les gagneuses blanches traditionnelles ont plutôt le réflexe de voter d’extrême-droite. Principalement  depuis qu'une double immigration asiatique et africaine leur cause une concurrence déloyale dans le quartier.

 

Toute immigration massive apporte avec elle SA MAFIA originaire.

 

D'où un danger antisocial omniprésent que les nigauds de la tolérance et les politiciens d'une démocratie-passoire ignorent ou affectent d'ignorer.

 

Comme un tel danger ne se voyait pas comme le visage autour du nez.

Bar-Zing

 

 


15/04/2012

Brèves du trottoir n° 59

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

 

Eux, z'étaient vite repérés.

Je parle des bonhommes qui restaient plantés sur place, des heures, rien qu'à guetter le va et viens des filles ainsi que les entrées et sorties de la clientèle.

Parmi tous ces mateurs, rarement l'un grimpait avec une des gagneuses.

« Ils font partie du décor ! » se criaient-elles en écho. Mais toutes s'en agaçaient. « A cause qu'ils nous regardent trop, on rate des clients. Y en a qui détestent être vus ». Alors elles engueulaient les voyeurs. Elles allaient en bousculer un pour qu'il parte, et c'était une dizaine qui s'éloignait, contournant les immeubles et revenant par l'autre extrémité de la rue.

Anita garde sa petite idée sur le sujet : Ceux là qu'attendent longtemps en nous lorgnant c'est surtout des qui peinent à jouir. S'ils nous montent de temps en temps, c'est parce qu'ils se sentent rassurés de ce qu'une prostituée n'espère pas une performance sexuelle de leur visite.

Anita s'est arrêtée à l'ancien Certificat d’Études Primaires. Cependant, elle a l'expérience de trente années de ruban parisien.

Allez faire avec elle des achats dans le Prisunic du coin, vous vérifierez qu'elle additionne dans sa tête et qu'elle connaît la somme à payer avant que la caissière présente le ticket.

- J'ai toujours été bonne en calcul mental.