Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2020

2 juillet 2020

 

AIR FRANCE : Les vols reprennent

TERRORISME : Continuité d'entrainement

 

Air-France-2020.jpg

 

05/06/2020

Les tant modernes

 

7 juin 2020

 

FÊTE DES MÈRES

 

fête des mères,7 juin 2020,maréchal pétain

22/05/2020

L'usine Renault reçoit l'aide Nord Coréenne

 

KIM JONG-UN

fait commande de 10 000 000 voitures

TYPE TRABANT 601

 

Usines-Renault.jpg

 

 

18/05/2020

Arrêt du confinement

 

Retour des écolos

covid-19,masque de protection,fin déconfinement,abattoirs contaminés,incivilités

11/05/2020

11 mai 2020

 

Après 55 jours confinés

LA VIE CIVILISÉE

REPREND SES DROITS

 

Confinement-fin.jpg

 

10/05/2020

Tarzanide n° 423

 

WIMPY

 

- Y a presque rien dans les assiettes et la caissière n'a même pas un sourire quand tu paies en t'en allant.

 

Du même avis que j'étais avec M.F. sur l'ambiance de ce premier fast food qui venait de s'installer à la place d'un ancien café bar bien parisien : Le Biard.

 

- Mais tu veux y retourner parce que c'est tout à côté du Boulevard de Denain.

 

C'était vrai : nous logions au sixième étage sans ascenseur d'un des immeubles Brossard juste en face de la Gare du Nord quand cette Gare du Nord n'était pas envahie de pickpockets et de dealers dont la présence actuelle est encouragée par l'amitié entre les peuples.

 

WIMPY, ça s'appelait. Le mot me rappelait quelque chose ou plutôt quelqu'un. C'était bien, oui, un personnage américain de bandes dessinées, sauf que dans notre pays de Landru et de Petiot on le connaissait sous le prénom de GONTRAN. C'était un voisin de Mathurin-Popeye et, surtout, un voisin encombrant, un menteur, chapardeur, vantard, jamais rassasié même après avoir ingurgité une dizaine de pâtés à la viande.

 

 

BD-Popeye-1937,-titre.jpg

 

 

Vous avez bien lu : pâté à la viande. En France on n'écrivait pas encore hamburger. On n'en parlait pas non plus. N'empêche que c'était la première fois qu'un nom de BD, celui de Wimpy, servait d'enseigne pour un restaurateur.

 

Lorsque certains dimanches en après midi mes parents et moi l'âgé de sept ou huit ans allions nous promener dans Montluçon, à pied, mon père aimait parfois faire une halte dans un des petits bars-restaurants ouverts au long du Canal du Berry, entre les z'usines Saint Jacques et un pont suspendu enjambant ce canal déjà hors de service. Papa commandait un pâté à la viande qu'il appelait aussi « fourré au haché » et qui se consommait sans couteau ni fourchette.

 

- Je ne t'ai sans doute pas fait assez à manger à midi ! disait ma mère qui se contentait d'une limonade que je finissais après avoir terminé la mienne. « Si tu rotes, tu mets ta main devant la bouche : on n'est pas chez les cochons ! »

 

Papa ne manquait pas de tenir un commentaire : « J'aime ça, ça me rappelle quand j'étais gosse. D'autant que le proprio est toujours le même sauf qu'il est comme le ciel : pluvieux ».

 

 

BD-Popeye,-1937-pg.jpg

 

 

Les premiers WIMPY disparurent à l'approche des années 70 dépassés par la concurrence ; et si Doc Jivaro à bonne mémoire il lui semble avoir entendu parler d'un jeune chanteur yé yé qui racontait s'être amusé à cracher dans les sauces exposées sur le présentoir de ce genre de resto rapide.

 

Doc Jivaro