Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2022

Tarzanide n° 516

 

BD et Cinéma, encore.

 

Bar Zing ne garde qu’un souvenir flouté de ce copain moins âgé que moi, et son identité ne me revient pas. Je commençais alors les Beaux Arts de Bourges, pour ne réapparaître que chaque dimanche dans Montluçon.

 

- Tu te rappelles le film d’anticipation que nous allâmes voir dans le cinéma Le Rex ? Tu te rappelles le robot ROBBY ?

 

Effectivement, je m’en rappelais.

 

- Eh bien, il est de retour dans le Pocket KIWI ! Mais tu ne le lis peut-être plus ? Moi, si.

 

A ce moment là Bar Zing avait déserté les petits Mickeys, crottes de nez ou pas. J’accédais à la littérature dite populairement « pour adultes ». Je lisais Le Bal des Maudits dont je ne me souviens pas l’auteur, pendant qu’Auguste le Breton me racontait les souvenirs vrais ou imaginés d’un orphelin dans son roman Les Hauts Murs.

 

Cependant ce copain pouvait avoir raison : les dessins signés de Devi pour les aventurlures du Petit Duc dans KIWI n° 50 semblaient bien sur les pages 92-93 avoir été inspirés par le film r’américain FORBIDDEN PLANET réalisé en 1956-57. Nous étions alors en 1959.

 

BD Kiwi,-10-07-1959.jpg

 

En version française le film s’intitule « Planète Interdite ». Une affichette lisible de l’extérieur sur la vitrine du grand café Le Miscailloux, en annonçait la programmation. J’avais demandé à mon père si le gérant ou le patron du bistro pouvait la lui donner.

 

- Tu arrives trop tard. Un client me l’a déjà demandée et je lui ai promise.

 

Affiche-Planété-Interdite.jpg

 

Comme d’habitude l’appétit sexuel de l’homme était symbolisé : le robot ROBBY portant dans ses bras artificiels une bien jolie Anne Francis simplement vêtue d’une mini-jupe, mini-jupe alors inexistante comme mode vestimentaire féminine sur le boulevard de Courtais montluçonnais. Toutefois, dans la version française on ne parle que de « subconscient » et non pas d’inconscient freudien. Une traduction faussée permettant d’escamoter le vrai thème de ce film d’anticipation, le thème de l’inceste. Le professeur Morbius (encore un faux Moebius) seul survivant humain sur une planète jadis habitée par la super intelligence du peuple des Krells, le professeur Morbius, dis-je, homme démuni de femmes veut garder pour lui seul sa propre fille. Ouh ! le vilain vieux cochon ! On reconnaît la dedans l’un des thèmes favoris de toutes les mythologies, y compris celles de votre Bible préférée.

 

FORBIDDEN PLANET serait le premier film sonorisé par un ordinateur. Et l’on dit aussi que les studios Wall Disney réalisèrent les effets spéciaux, notamment ceux des instants où le rêve matérialisé de l’incestueux professeur Morbius détruit l’enceinte du laboratoire sans que le robot ROBBY puisse s’y opposer.

 

ROBBY a été créé pour toujours vous protéger, jamais pour vous nuire ! Il reconnaît une partie de vous même dans le monstre que votre inconscient imagine afin d’éloigner tous les hommes qui pourraient vous démunir de votre fille !

 

Allo, Docteur Freud ?

 

Ryal

12/12/2020

Tarzanide n° 464

 

KIWI : Mieux qu’un mot, un nom. Celui d’un oiseau en même temps que celui d’un fruit pas du tout apprécié par Doc Jivaro. Mais aussi celui d’une marque de cirage … Celui, enfin, d’un format de poche BD dont la carrière commença en 1955. Doc Jivaro en acheta le numéro 1 qu’aujourd’hui encore il regrette d’avoir échangé contre d’autres journaux venus d’un collégien du même âge que lui et qu’il connût en cinquième du collège technique alors récemment construit « à Fonbouillant ». Cet adolescent habitait en haut des côtes de Châtelard. Pour y accéder il fallait appuyer fort sur les manivelles d’une bicyclette. C’est même au sortir d’un des virages que je faillis percuter de face une automobile dont je n’avais encore jamais vu la forme. Une DS à capot « aérodynamique ».

 

Mardi précédent j’ai tenu un commentaire assez bref sur le cas de Antonio De Vita, créateur de MIRKO le Petit Duc. Je récidive ici, feuilletant non plus son numéro 15 mais son numéro 50.

 

 

Bd,-Kiwi,-10-07-1959, couv..jpg

 

 

J’ai souligné, comme beaucoup avant moi, les invraisemblances, disons : le fantastique de certaines architectures dessinées par Devi. Il y avait chez lui une forte tendance à étirer comme à l’infini les perspectives. Cette exagération à pu s’exprimer, aussi, dans un combat à mort entre deux adversaires : STENKA, précepteur de MIRKO, et le père de MIRKO, le duc de Milloutintin (Babinet comprendra). C’est un combat dessiné sur au moins dix pages, ce qui constitue un record dans l’histoire de bande dessinée. Tout y passe : coups de poings, prises de jiu-jitsu, gréco-romaine, jusqu’à se lancer des rochers et un animal fauve … De « l’homérien » ou, si vous préférez, comme dans la nuit de noces de l’Irlandais, de l’homérique.

 

 

BD,-Kiwi,1959,-pg-80-81.jpg

 

 

Mais le plus étonnant n’est-il pas que la censure pendant les années 50, refusant toutes images de violence dans les journaux pour la jeunesse, ait laissé publier telle quelle cette série d’images ?

 

Doc Jivaro, pour un de ces prochains jours, vous reparlera de MIRKO le Petit Duc : Savez-vous qu’un des éléments (le robot Robby) du film américain, année 1956, « Planète Interdite » fut employé par Devi pendant l’une des aventurlures du fils du Duc Méloupin et que j’ai rattaché DEVI aux Surréalistes tout simplement parce qu’à ses débuts MIRKO dut déserter la République de Maldoror dont le nom est aussi celui du roman célèbre signé sous le pseudonyme d'un Comte de Lautréamont.

 

BD-Kiwi,-1959,-pg-93.jpg

 

Doc Jivaro