Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2017

Les Tarzanides du grenier n° 262

  

Promenant mon regard sur le défilé de noms d’artistes affichés dans Wikipédia, j’ai stoppé sur celui de TREZ.

 

TREZ fut longtemps apprécié pour son talent d’humoriste politique en première page du quotidien FRANCE SOIR. A présent, la peinture d’art, la trituration de la matière picturale l’engage vers des voix inattendues de la part d’un esprit qui se manifesta longtemps par des dessins profilés d’un seul trait de feutre noir.

 

TREZ jouit d’une belle réputation.

 

Ce que l’on sait moins, par contre, c’est que l’une de ses deux filles … (Je ne me trompe pas dans le nombre ?) c’est que l’une de ses deux filles : ISABELLE TREDEZ, artiste graveur intense, s’est aussi exprimée dans le domaine de la bande dessinée. Elle publia notamment dans ÉLECTRODE, en 1983 puis dans RECTO VERSO (1984). Sa première parution a pour titre L’ÎLE CHAUDE. Une série dont l’action se développe à la Jamaïque entre la drogue et la musique reggae. Pour accroître l’ambiance menaçante, Isabelle recourait souvent aux effets de matière sur calque transparent et adhésif, les fameux LETRASET dont l’utilisation se raréfia par la suite à cause de « pattern » fournis avec l’informatique personnalisée.

 

Ci après la première et la deuxième planches de l’Île Chaude.

 

BD-Isabelle-Tredez.jpg

 Salut à toi Isabelle.

Doc Jivaro

 

 

27/11/2016

Dimanche, jour du Seigneur n° 32

 

 

Mains dans les poches

 

 

 

13/11/2016

Diamanche Jour du Seigneur n° 31

 

Mon épouse fut favorisée : elle bénéficia d’une petite enfance protégée par les anges du paradis.

 

- Pourquoi, dis, Tantine, pourquoi les poules ne pondent-elles pas un œuf quand c’est le dimanche ?

 

- Parce que c’est dimanche et que le bon Dieu commande de ne pas travailler pendant cette journée.

 

Aux enfants, l’adulte raconte généralement tout un fatras de mensonges conseillés par la bonne éducation, surtout lorsque le sujet tourne autour des choses de la sexualité.

 

- Je croyais vraiment que les poules savaient que c’était dimanche le dimanche. Beaucoup plus tard quand j’eus l’âge de soupçonner que le petit jésus n’était pas sorti d’un chou fleur, Tantine me fit l’aveu : on cachait l’œuf pour pas que tu le trouves.

 

Comme si à huit ou neuf ans je n’avais pas encore deviné toute seule !

 

Et mon épouse de poursuivre : « Tu comprends que mes dimanches étaient folichons : la grand messe jusqu’à midi et, tiens toi bien ! les vêpres vers quinze heures dans l’église où il y avait plus de chaises vides que de culs assis. Mais heureusement …

 

- Heureusement ?

- Heureusement nous avions un jardinier qui venait jardiner presque tous les jours de la semaine. Il m’amusait. Il me montrait …

- Tiens ! Tiens !

- Dis pas une bêtise ! Il me montrait comment il avalait des escargots tout crus.

- Avec leur coquille ?

- … Me souviens pas. Mais je me souviens qu’au goulot d’une bouteille il buvait du vin rouge. Il me faisait promettre de ne rien dire. Tu ne me croiras pas mais j’ai tenu parole. Mon père est mort depuis trente ans sans savoir que son jardinier volait nos escargots.

 

Ryal

 

 

12/11/2016

L’ogre de Barbarie

 

Le milliardaire américain épouvante jusqu’en France les familles musulmanes immigrées sans lesquelles nous demeurerions incapables d’alimenter nos petits enfants.

 

 

Donald-Trump.jpg

 

Bien sur que BAR ZING ne renonce pas à jouer la carte (biseautée ?) du Doc Jivaro et de ses Tarzanides du grenier. Mais en ce moment il prépare une nouvelle série BD qui devrait avoir pour titre :

 

TARZAN

et les

FEMMES

 

 Tarzan-N°-16-Sagédition.jpg

Dessin américain de John Lehti.

 

Cette image fut censurée dans la version française de 1949.

 

  

Doc Jivaro et Mfcl

27/08/2016

On prend les mêmes et on recommence.


Dès le début de la semaine prochaine

BAR ZING / JIVARO

reprendra le cours de son blog

06/05/2016

C'est la dernière séance de SINE

 

- Nous parlions de LUI. Penser à LUI c’est aussi penser à SINÉ. Dites-nous : est ce que SINÉ est un cochon pareil à ses dessins cochons ?

 

- Non … SINÉ est un type charmant. Seulement, SINÉ après avoir bu il est comme tout le monde : excessif. Mais je ne voudrais pas que vous conserviez quelques vacheries que je dirais contre des collègues.

 

- Rappelons un recueil de ses dessins paru chez Pauvert en 1965. Ce n’était pas simplement un antimilitarisme d’adolescent attardé : ça puait le racisme anti-race blanche, ou peu s’en fallait.

 

- SINÉ, très violent, reste très injuste. Il est très anti-clérical, très antibourgeois. Moi, ça ne me dérange pas. Ça ne me dérange pas, enfin … ça ne me dérange pas au niveau de l’expression d’un dessin.

 

- Vous appartenez au groupe des HUMORISTES ASSOCIÉS. Comment ça se déroule les réunions ?

 

- D’une façon très démocratique c’est à dire d’une façon effroyable. On s’engueule. Alors, pour aboutir, on a élu des sortes de mandataires. Tout ça se passe au « Jardin de la Paresse », tous les mardis. Mais moi, j’y vais rarement. Il y a un Prix DAUMIER. Mais vous savez, humoriste, à mon avis, ce n’est pas un métier. Tous font autre chose. De la peinture ...

 

Extrait d’un interview publié dans le numéro 4 de RECTO-VERSO – 1983 – et rendu anonyme ici.

 

Ryal