Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/09/2016

Les Tarzanides du grenier n° 225

 

Lorsque j’atteignis ma trentaine d’années j’imaginais l’abbé PIHAN sous l’aspect d’un jeune religieux fana et qui se consolait de sa chasteté forcée en interdisant chez les couples toute relation sexuelle avant le sacrement du mariage. Mais qui était donc cet abbé PIHAN ? L’un des plus acharnés partisans de la loi du 19 juillet 1949, loi de censure principalement hostile aux magazines illustrés américains. Or, cet abbé PIHAN, patron de presse catholique, avait cessé d’être jeune depuis longtemps quand j’appris qu’à cause de lui et de ses partisans laïques mon enfance avait été démunie de ses plus attrayantes bandes dessinées.

 

- Fallait vous venger en regardant la télé M’sieur !

- La télé, en France, en 1950 ?

 

L’abbé PIHAN, parmi ses nombreuses cibles qu’il menaçait de l’enfer, s’était comme réservé une proie personnelle : l’Éditeur français Pierre MOUCHOT.

 

bip fiction,pierre mouchot,abbé pihan,chris welkin,laredo crockett,fantax,société éditions rhodaniennes

 Bip Fiction n° 1

 

Dans la quinzaine de publications BD fournies par la Société des Éditions Rhodaniennes créée par Mouchot, l’une des dernières fut BIP Fiction. Petit format BD qui ne parut, hélas ! que sur un temps de vie écourté par son manque de succès. Seulement 6 numéros commercialisés, pas un de plus ! Il s’agit de mensuels d’avril à septembre 1958. A ce moment là, les pockets deviennent très à la mode mais leur quantité amplifiait entre eux la concurrence. D’autant que chaque éditeur s’efforçait de compenser par l’augmentation du nombre de pages la diminution de chaque format. Aussi, BIP FICTION paraissait-il sur cent pages mais en limitant souvent à deux ou trois les images sur la page.

 

bip fiction,pierre mouchot,abbé pihan,chris welkin,laredo crockett,fantax,société éditions rhodaniennes

Reliure n° 1

 

Il n’existe qu’une seule reliure, assemblant les quatre premiers numéros

(L’éditeur s’est dispensé de faire dessiner une couverture originale puisqu’il a ré-utilisé la couverture du numéro six mensuel). Je me suis laissé dire que cette reliure est assez rare sur le marché.

 

Quant aux deux BD présentes à l’intérieur, l’une est produite par un de nos oncles d’Amérique (Art Sansom dessinant Chris WELKIN) et l’autre, un italien Renzo Orru réalisant Ted Leclair. (source : Thomassian. Encyclopédie … petit format Tome 3).

 

bip fiction,pierre mouchot,abbé pihan,chris welkin,laredo crockett,fantax,société éditions rhodaniennes

 

 

L’épaisseur érotique d’un rouge à lèvres au premier plan, rappelle que bien des comics américains adressés à un public adulte pouvaient se retrouver devant le regard de petits n’enfants français. Ce qui faisait beaucoup enrager l’abbé Pihan épiant les mœurs de ses contemporains.

 

Pierre Mouchot, après avoir été harcelé pendant six années, fut finalement condamné à un mois de prison, tous les frais étant à sa charge (janvier 1961). Il ne lui restait plus qu’a être cité devant le tribunal suprême du dieu des honnêtes gens. Ce fut fait pendant l’année 1966, année de son décès.

  

 

Doc Jivaro et Mfcl

 

 

06/08/2016

Les Tarzanides du grenier n° 223

 

Tout à fait par hasard, mon regard s’est arrêté sur une brochure d’aspect roman photo dont j’avais oublié jusqu’à l’existence parmi de vielles piles de journaux délaissés.

 

Voici l’objet tel qu’il m’apparut, c.a.d. oublié dans un emballage en plastique transparent trop large pour lui.

 

BD-Tarzan-s'évade-couv.jpg

 

Mais le plus inattendu c’est l’étiquette collée sur l’enveloppe plastifiée. On y lit un avertissement en deux langages. Mon instituteur et mon curé en auraient bien été satisfaits puisqu’il s’agit d’un conseil incitant les parents à tenir leur enfant éloigné de toute fréquentation mauvaise. Et, TARZAN, à coup sûr, fut longtemps une compagnie honnie par mes éducateurs, autant qu’elle l’avait déjà été par les maîtres de mon père lorsqu’il portait tablier d’écolier.

 

Qui donc rangea TARZAN dans cette pochette, et oublia l’y avoir rangé ? Forcément l’auto proclamé Docteur Jivaro. Fut-ce de sa part un clin d’oeil humoristique ? Mais d’abord, d’où provenait l’emballage ? … J’interrogeai ma femme, qui calma mon angoisse métaphysique. « Si tu avais eu la curiosité de regarder au dos, tu aurais vu la deuxième étiquette sur laquelle est marqué : Jupe Taupe. C’est moi qui ai acheté une fringue. Où ça ? En tout cas pas à Montluçon. Il ne faut pas laisser ce sac à portée des enfants qui risqueraient de s’étouffer en s’amusant à fourrer leur tête dedans. Voilà, Monsieur ! ».

 

En réalité, cette brochure de 52 pages n’est pas une brochure : ni agrafe, ni même épingle à nourrice. Ses feuilles pliées se tiennent entre elles cousues par un fil blanc. Les photographies imprimées en Belgique sont sélectionnées d’un film fourni par la MGM durant l’année 1936. Quel titre ? « Tarzan escapes » … C’est le troisième film joué par le couple WEISSMULLER / MAUREEN O SULLIVAN. C’est aussi, malheureusement, celui qui prépare le déclin du genre, sous le couperet d’une censure obsédée de pudibonderie et baptisée Code Hays.

 

En couverture de cette revue cinématographique, le visage d’un beau garçon. Visage calme abritée sous une chevelure figée. On voit que le peigne est passé après la douche matinale qui vous pleut dessus jusqu’à ce que la raie du cul serve de gouttière. Allez ! Je parie qu'à l'époque l’Editeur voulut principalement s’attirer un public féminin. Celui de midinettes sentimentales rêvassant devant la physionomie d'un acteur plutôt que de se compliquer la cervelle avec les méandres d’un scénario.

 

Toutefois, sur la treizième page, un peu de lecture apporte une précision quant à la qualité du personnage principal.

 

- C’est Tarzan ! … Le grand singe blanc … Il est JU-JU ! …

 

Dans le parler d’européens coloniaux s’entretenant des croyances religieuses de traditionnels peuples noirs animistes, Yu-Yu’ signifie ‘sacré’.

 

Que TARZAN ait accumulé des victoires jusqu’à mériter d’être couronné « sacré » vous n’en fûtes jamais informé par vos bandes dessinées d’enfance, avouez-le.

 

BD-Tarzan-s'évade-fragment.jpg

 

 

Rendons-nous à l’évidence : une sorte d’OVNI peut rester suspendu entre les cuisses d’un acrobate.

 

 Doc Jivaro

 

 

25/07/2016

Russie ! Hourra ! Hourra, Russie !

CIO-2016.jpg

 

Puisque la sportive et le sportif de haut niveau semblent avoir tant et tant besoin du dopage pour réussir une carrière retentissante, pourquoi ne pas LÉGALISER l’utilisation de produits dopants dans la chair vivante d’un monde sportif tout disposé à servir de cobaye humain ?

 

Mais au fait : les politiciens et politiciennes jamais fatigués de faire leur cinéma sur les média, ne sont ils pas, ne sont elles pas dopés et dopées comme dans le monde frelaté des sports ?

23/07/2016

Les Tarzanides du grenier n° 221

 

 

Jacques Dumas alias Marijac, fondateur de l’illustré Coq Hardi n’aimait pas du tout TARZAN et se plaisait à en dénigrer le comportement. Cependant reconnaissons à Marijac une attitude assez loyale vis à vis de son redoutable concurrent dans la bande dessinée : il le caricatura, le tourna en dérision mais ne s’engagea pas officiellement auprès d’associations politiques ou de ligues religieuses visant à détruire le héros de Burroughs. Il se contenta de ridiculiser le personnage TARZAN, sans comploter à faire disparaître le journal du même nom.

 

C’est dans le numéro 216 de la sixième année d’existence de Coq Hardi que commence PATOS, une BD humoristique avec des animaux africains dessinés comme pour des pantomines de clowns. PATOS est un éléphanteau naïf, donc gentil. Tout le contraire du singe que Marijac décrit comme sournois et voleur, aussi lâche que traître, et dont il va jusqu’à écrire qu’il n’est que : l’infâme TARTEZAN.

  

burroughs,patos,tartezan,marijac,coq hardi,tarzan,jacques dumas,bd,noël godin,henri filippini,doc gynéco,bhl,bandes dessinées anciennes,illustrés pour enfants

 

Une histoire simplette, pour petits enfants sortis à quatre pattes du berceau. Elle se déroule pendant trente quatre planches hebdomadaires, pour se terminer dans le numéro 3 d’une Nouvelle Série COQ HARDI (14 décembre 1950). Assez bizarrement, c’est par une planche numérotée 4 que les marionnettes animales entrent en scène. Où se cachent donc les trois précédentes ? En réalité, ce PATOS de 1950 n’est que la reprise quelque peu modifiée du PATOS de 1939.

 

Ce scénario n’ajoute rien au talent de Marijac qu’il dévaluerait plutôt ; et ne nous sert guère, ici, qu’à montrer un des exemples par lesquels les auteurs de Bandes Dessinées Françaises entendaient dissuader les enfants de fréquenter un héros créé par un américain.

 

Tartezan ? Avec ce mot inventé pour rigoler en compagnie de gamins, Marijac se faisait peut-être, et sans le prévoir, le tout premier « entarteur », devançant d’à peu près cinquante ans Noël Godin l’entarteur de l’intello infatué Bernard Henri Levy.

 

Mais que messieurs les entartés de crème et de sucre ne se plaignent pas trop : ils ont échappé au goudron ainsi qu’aux plumes.

 

Doc Jivaro

 

21/07/2016

France terre d'accueil

salafisme,polygamie,niqâb,fatma naout,pigalle métro,raphaelle duchemin

14/07/2016

14 juillet 2016

meeting macron,en marche,manuel valls,jean marc ayrault,benoît apparu