Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2015

Impasse de l'aller-retour n° 37

 

Impasse-numéro 36.jpg

 

 

C'était une agressive, une à faire toujours la gueule. Mécontente de se trouver là. Mais qu'avait-elle essayé pour se trouver ailleurs ? Rien. La rareté de ses passagers faisait les commentaires des autres filles.

 

Alors quand un quidam l'aborda et qu'elle ne lui répondit pas, sauf par un « fais pas chier ! », l’échange de paroles vira vite au vinaigre. Il l'engueula, elle l'engueula. Du coup, croyant en terminer, elle éteignit sa cigarette dans l'œil du type.

  

Celui-ci s'en sortit-il aveuglé d'un côté ? Je n'en sais toujours rien cinquante ans après. Cette dispute me fut racontée par un René, videur que les femmes du coin regrettèrent lorsqu’il cessa d’exercer. Paraît qu'une dizaine de lignes furent écrites dans les faits divers du Parisien Libéré.

 

Je ne lisais pas le journal de Monsieur Amaury. 

 

 

26/04/2015

Impasse de l'aller-retour n° 36

 Impasse-36.jpg

 

- Eh, toi ! Il n'y a que moi qui bosse ici. Pas la peine d'en attendre une autre.

 - Je ne t'ai pas demandé l'heure, moi.

 

 

Impasse de l'aller-retour n° 35

 Impasse-35.jpg

 Fiasco.

 - Sois raisonnable, voyons ! C'est toi qui demandes ; c'est pas moi. T'as pas pu, t'as pas pu. Ça marchera mieux la prochaine fois.

 - N'y aura pas de prochaine fois. Pas avec toi en tout cas.

19/04/2015

Impasse de l'aller-retour n° 34

 

Impasse-34.jpg

  

 - Tiens ! lui, tu peux le jeter comme tu veux : il est toujours

   content en s'en allant.

- Encore un maso, ma vieille !

 

Impasse de l'aller-retour n° 33

Impasse-33.jpg

 

- Eh ! t'as vu ? t'en as un autre qui t'attend.

- Aucun problème ! je les laisse pas m'échapper, crois moi. Et toi ça va ?

- Ça va. Je ne me plains pas. S'il fallait se plaindre on y passerait la vie.

12/04/2015

Impasse de l'aller-retour n° 32

prositution,prostitution parisienne,prostitution populaire,vie parisienne

 

- Ne t'affole pas ! tu vas le retrouver ton blé ! t'as dû l'oublier chez toi avant de sortir te promener.

 

Les clients entôlés c'est rare, crois moi ! disait Pierre. De toute façon la fille qui fouille les poches de son client pendant qu'il se fait un brin de toilette, elle est vite repérée. Elle doit dégager du quartier. Personne ne veut d'emmerdes de ce côté là. Sécurité des michetons, prospérité des gagneuses !

 

Il avait quand même des principes, Pierre.