Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2015

Impasse de l'aller-retour n° 44

prostitution,prostitution populaire,vie parisienne,vie nocturne,sexualité,fête des mères

 

 

Dépêche toi de venir. Je pars plus tôt. Je n'ai pas tout mon temps. C'est la fête des mères aujourd'hui et je vais terminer la soirée avec mes enfants.

 

24/05/2015

Impasse de l'aller-retour n° 42

 

Impasse-numéro-42.jpg

 

  

- Tu ne vas pas me croire : lui qui se taille, a fallu que je l'insulte jusqu'à ce qu'il balance tout seul son trop plein dans les toilettes ! Et comme j'étais à bout d'injures, il a sorti un papier où était inscrite toute une liste de mots orduriers que j'ai dû …

 

 - Ouais ! Ouais ! Pas la peine de me faire un dessin, j'en connais d'autres des comme ce type.

17/05/2015

Impasse de l'aller-retour n° 41

 

Prostitution,prostitution parisienne,prostitution populaire,vie parisienne,vie nocturne

 

 

Ça y est ! elle l'a dégommé ! On va pouvoir aller se taper l'apéro. Mais ce midi, je ne veux pas croûter rue Sainte Foy. Faut poireauter trop longtemps.

 - Oh ! toi, ça ne te va jamais ! Si ça continue, tu passeras ton heure de repos sur un banc à compter les pigeons.

 - Comme les clients, quoi !

Impasse de l'aller-retour n° 40

 Impasse-numéro-40.jpg

 

Elle fourre le blé dans son sac à main. Ça serait facile de le lui arracher, qu'il pense. Mais, gare ! doit y avoir au moins un mec dans le coin pour surveiller les échanges.

Alors, le quidam renonce. Il n'est d'ailleurs pas le seul à renoncer. 

10/05/2015

Impasse de l'aller-retour n° 39

 Impasse-numéro-38.jpg

  

- Te donne pas la peine d'attendre la Valérie ! … Elle vient de partir en vacances avec sa fille, ce matin. Remarque qu'elle est folle : passer toute la nuit à bosser et prendre l'autoroute sans avoir dormi, faut être folle, tu crois pas ?

 

Impasse de l'aller-retour n° 38

 

Impasse-numéro-38.jpg

  

Forcément, par temps de pluie, les bonshommes se faisaient plus rares.

 - J'en perds bien la moitié ! Commentait Lydia. Alors je compense : au lieu de partir à huit heures je reste jusqu'à dix. Les filles de la relève, elles me grognent dessus. Mais moi, le studio j'en suis la proprio. Pas comme elles. Et pour qu'elles m'obligent à dégager le terrain, faudrait qu'elles aient tout le métier que j'ai. Tu me connais, Hein ?