Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/09/2009

Derrick

Horst Tappert mort, Derrick survit

 

Ces jours derniers, je me suis retrouvé – on a de-ci de-là d'impardonnables faiblesses – je me suis retrouvé, dis-je, à revoir quelques-uns des épisodes de la série Derrick.

 

L'occasion pour Sabrina et moi de vérifier que ce genre de produit à pour but d'accréditer dans le bon peuple l'idée tordue selon laquelle tout acte sexuel accompli en dehors du mariage conduit inexorablement à un meurtre.

 

Parions que les réalisateurs, comédiens inclus, tout en étant des laïcs, veulent nous conformer aux directives religieuses dont on sait que l'influence s'exerce en restreignant et culpabilisant la sexualité.

 

Hier mercredi, c'était sur la 3 la version française intitulée « La Tentation » (1975) et que vous avez peut être enregistrée sur K7 lors de sa première diffusion télévisée.

 

Au fur et à mesure du spectacle, nous nous sommes dits que le voisin auquel la jolie blonde avait chauffé la braguette, se comportait en imbécile. Et ça nous a d'autant amusés que les histoires de Derrick sont écrites (et jouées) par des pisse-froid se prenant au sérieux – ou nous croyant assez nigauds pour les prendre au sérieux.

 

Mais lorsqu'au final l'inspecteur se fait soulever de façon involontairement comique sur le capot de la bagnole du suspect qu'il veut piéger, Sabrina a rendu un jugement sans appel : ce n'est pas le pauvre bougre de fuyard qui est un sot ; c'est tout le scénario qui est idiot.

 

Quoiqu'il en soit, l'austère Derrick est loin d'être le seul à se placer en situation de clown, tout en adoptant une attitude qu'il imagine exemplaire. Pour preuve, notre Président-Chanoine qui n'a rien inventé de moins malin que de se percher sur un caisson pour paraître d'une taille égale à celle d'Obama.

 

Complexe-d'infériorité.jpg

VAINCRE UN COMPLEXE D'INFERIORITE

17/06/2009

Serge Moati

M O A T I

Lourdé !

Serge-Moati.jpg
LE DERNIER MAGOT A PARIS

SPECIMEN HOMOLOGUE GAUCHE CAVIAR

15/04/2009

Sorcière

Où ai-je entendu ça ? L'ai-je lu, l'ai-je rêvé ? Paraîtrait que l'ancienne série américaine pour les gosses « Ma sorcière bien-aimée » reviendrait sur l'une de nos grandes chaînes télévisuelles.

Vous vous rappelez sans doute cette assez fadasse sorcière toujours obligée de porter secours à son grand benêt de mari, celui-ci victime de sa belle mère, sorcière elle aussi.

Comment se nommait-elle, la belle mère ? Tabatha ? Ah non, Tabatha c'est la petite morveuse de service, elle. La belle mère c'est Endora. Âgée, maquillée, quelque peu perverse et rancunière. En tout cas plus maligne que sa fille à laquelle un vocabulaire lénifiant et une physionomie insipide donnent un air de dame patronnesse avant la vieillesse.

Vrai : j'ai dû plutôt cauchemarder sur l'éventuel retour de « Ma sorcière bien-aimée ».

En aurais-je donc trop vu de ces fausses sorcières faisant des pieds et des mains dans de galantes et vénales pantomimes ? Mais ne vous y trompez pourtant pas : les sorcières de comédie ne sont pas de mes habitudes. Je leur préfère les fées. Les fées d'effet gentil. La fée Clochette, la fée Bleue. La fée Lation, aussi. Puisqu'à tout voyage il faut un terminus.

Je me suis parfois demandé, pendant la décennie 90, si je choisissais Ma sorcière bien- aimée plutôt que La petite maison dans la prairie ou encore, La croisière s'amuse. Finalement j'ai choisi : Mariés, deux enfants.

Souvenons-nous, cette série était programmée l'après midi du samedi, sur M6. La mère et la fille, superbes de vulgarité sexy.


Reportage érotico burlesque sur les relations conflictuelles entre le désobéïssant Pinocchio et la fougueuse sorcière rééducatrice


Super Nanny pour adultes difficiles


Sorcière.jpg

"Choses vues" par Victor Ergot

21/12/2008

Mise en bière

Funérailles-de-Derrick.jpg