Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2017

Pour la sécurité démocratique des assassins

 

P O U T O U :

"Désarmons la police !"

 

Sécurité-Poutou.jpg

16/10/2015

Enfant poignardé en public

 

Fait divers en automne. Une gentille voyeuse filme la scène tout en oubliant de téléphoner à la police.

 

- Je ne suis pas une délatrice, pas une balance, qu'elle dit. Je connais les Droits de l'Homme qui sont aussi les droits du criminel. Après tout l'assassin récidiviste a droit à la compassion humaine de la part de sa victime. En un mot, je suis démocrate, Monsieur, moi !

 

- Mais l'enfant, il serait mort si les progrès de la médecine ne lui avaient pas sauvé la vie.

 

C'est bien ici le jugement faussé ! Il y aurait cent mille fois plus de criminels en France aujourd'hui si les chirurgiens n'étaient pas capables de recoudre des plaies qui auraient causé la mort, hier, à toute victime d'une agression. Du coup, l'assassin est escamoté, redevenant un simple perturbateur sur la voie publique.

 

- C'est plutôt bien, non ?

 

- Oui. Mais à condition de légaliser la médecine comme moyen d'innocenter le crime.

 

Bar-Zing