Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2019

Pierres Jaumâtres

Trop belle 

la journée de ce samedi !

Doc Jivaro et sa Julie

reviennent d'une randonnée creusoise ...

D'où absence de nos Tarzanides.

16/02/2019

Tarzanides du grenier n° 339

 

Tout'en soleil, belle journée pour un février plutôt réfrigéré pendant ses nuits.

 

J’ai failli non pas attendre comme Louis XIV mais rentrer gibecière vide à la maison. Pourtant je m'étais pointé avant l'heure d'ouverture ... Je veux dire que je venais de parcourir tous les stands d'une brocante annuelle dans Domérat ; village hier encore séparé de Montluçon par les rangs d'un vignoble ne donnant qu'une "piquette" capable de vous baisser le pantalon sur les souliers.

 

Je me consolais déjà en pensant : heureusement l'entrée est gratuite ! lorsque mon regard s’est aplati sur le sol sous une planche allongée sur des tréteaux. Oui ! c’était bien lui le blondinet !

 

BD-Mascotte,-n°-28,-1950.jpg

 

 

Oui, c’était bien MASCOTTE.

 

Deux petits fascicules chacun de douze pages, les numéros 28 et 54, de parution hebdomadaire pendant la période 1950-1951. Tous deux d’un même format mais l’un imprimé à l’italienne, le texte parallèle au plus grand côté, et l’autre d’écriture horizontale alignée sous le petit côté. La provenance en était les Éditions Populaires Modernes.

 

mascotte,Éditions populaires modernes,bd,bandes dessinées des années 1950,bd de collection,doc jivaro,bar zing,les tarzanides du grenier

 

 

Les premiers scénarios se déroulent aux Indes lorsque l’Angleterre disposait d’un Empire Coloniale. MASCOTTE le blondinet est un écossais juvénile accompagné d’un grand, d’un solide gaillard les cuisses et les fesses couvertes d’un kilt. Ce me semble que sa collection englobe 87 numéros.

 

Doc Jivaro n’a jamais envisagé devenir proprio de la mascotte d’un régiment.

 

Doc Jivaro

 

14/02/2019

Dès l'âge de 3 ans

Bon pour la scolarité

scolarité-3-ans.jpg

13/02/2019

Une fois de plus la bande dessinée

 

Je ne sais plus son nom …. Et ce n'est pas un mensonge : je ne sais plus le nom du type télévisé qui a carrément osé dire : les gilets jaunes me font ch…. !

 

Le mot m’a donné à repenser à un de mes anciens dessins dont j’ai garni une des pages du RECTO VERSO de AJBD année 1982.

 

Je disposais alors d’une patience disparue depuis.

 

doc jivaro,bar zing,ajbd,recto verso,bandes dessinées anciennes,bandes dessinées de collection.

 

 

 

12/02/2019

Antisemite et antisioniste

L'immigration ?

«une chance pour la France !»

antisémite-antisioniste.jpg

09/02/2019

Tarzanides du grenier n° 338

Peut-être bien que pour vous le mot « Bimbo » désigne une fille mettant en valeur les reliefs de sa sexualité pour capter l’envie masculin (et la réprobation jalouse de ses voisines, cela va de soi). Ce qui n’empêche pas Doc Jivaro de connaître aussi BIMBO comme titre d’un mensuel de BD petit format.

 

Le numéro 1 de la deuxième série date de juin 1954.

 

BD-Bimbo-n°-1,1954,-couv.jpg

 

 

Vingt autres numéros suivirent jusqu’en 1956. Ce premier numéro compte 68 pages. Un nombre également utilisé par plusieurs de ses concurrents : CASSIDY (édit Impéria) et PIPO (édit Lug) pour exemples. Le directeur en était Jean Chapelle dont nous avons parlé à propos de l’hebdomadaire ZORRO de 1947.

 

À l’intérieur de BIMBO n° 1, un imprimé en bas de page avait de quoi réjouir les petits lecteurs :

 

BD-Bimbo-06-1954,-bandeau.jpg

 

Les réjouir, eux, mais pas le porte-monnaie de Maman : de 35 frs le prix allait bien vite passer à 65 frs.

 

Dans BIMBO, deux pages blanches alternent avec deux pages colorées d’un rouge orange. Les séries BD humoristiques sont d’une coloration beaucoup plus claire que celles des séries « réalistes » en teintes saturées. C’est le cas d’un « Prince Royal » dessiné assez banalement par Roubinet, graphiste assidu auprès de Jean Chapelle.

 

 

bimbo,jean chapelle,zorro,cassidy,pipo,éditions impéria,éditions lug,bd,bandes dessinées des années 1950,bd de collection,doc jivaro,bar zing

 

 

Ma sœur n’a jamais été une bimbo. D’autant plus sûrement que je n’ai pas de sœur.

 

Doc Jivaro