Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2008

Sarkozy en Israël

Celui qui préside en France le pouvoir d'achat en baisse, je veux dire : le chanoine Sarkozy, est reçu avec toutes les cérémonies d'usage en Israël.

 

Et ça, au moment même ou le nouveau grand rabbin élu dans le pays de Maurras, de Dreyfus et de Jean Moulin, affirme (sur RMC, 24/06/2008) qu'aucun partage gouvernemental pacifique ne doit être accepté pour Jérusalem, cette ville devant demeurer impérativement propriété sioniste.

 

Donc Israël reste en guerre.

 

Ce qui ne décourage pas l'impétueux Sarkozy prononçant un discours qui souhaite la création d'un état palestinien indépendant.

Comme si la Palestine n'existait pas déjà avant l'année 1948 de l'ère chrétienne ! Et comme si les successeurs d'Exodus n'avaient pas fait de l'inexistence d'un état palestinien la condition absolue d'un état juif.

 

De qui se moque-t'on ?

 

De l'autre côté, je veux dire du côté glamour, Carla Bruni s'est achetée une bonne conduite. Vous avez vu son équipement de dame de pieuse allure. Toute décente, descendant d'avion par un escalier qui n'autorise aucun tortillement sexy du fessier.  C'est que le rabbinat intransigeant condamnerait la moindre échancrure de robe entre deux boutonnières. Mais, oh ! oh !  La présence d'une boutonnière sur un vêtement n'est-ce pas déjà licencieux ? car cette présence suggère que le vêtement peut être ouvert. Péché ! Grand péché ! Des religieux ne racontent-ils pas que la tunique de leur Christ était sans couture ? Etait-ce une garantie de pudeur absolue ? Etait-ce le signe distinctif qu'en dedans de l'habit se tenait une présence divine ? J'ai plutôt le souvenir que les vêtements de cette époque lointaine étaient tissés d'une seule pièce, des agrafes suffisant à leur donner diverses formes sur le corps.

 

Toujours est-il qu'aujourd'hui nous subissons le retour d'une pudibonderie publique d'avant 1968, et dans laquelle s'exerce l'influence musulmane importée par les familles immigrées.

 

Voyez comment chez les filles la mini-jupe a perdu son pouvoir érotique à cause du port d'un collant sans pieds, ce "leggins" rébarbatif.

 

A quand la généralisation du foulard iranien ?

 

 

Yral 

 

 

 

Mots clés Technorati : ,,

22/06/2008

Domenech joue SA prolongation

Personnellement, je me fiche de cette Coupe d' Europe de Foot, sport dans lequel les joueurs reçoivent du fric et le ballon des coups de pieds. 

 

Faut absolument que les  z' instances supérieures sportives décorent de la légion d' honneur les ballons ronds ou ovales. Et qu' une association de protection des objets inanimés  porte plainte contre les footballonneurs et autres rugbymen pour coups et blessures en bandes organisées - Après tout, quoi reprocher à un ballon ?  Qu' est ce qui motive un tel mélange de hargne et de joie à le frapper ? De quelle faute est-il coupable pour être ainsi maltraité ?  On ne peut même pas lui reprocher de brouter la pelouse ! 

 

Quant au public de supporters/souteneurs, condamnons le pour incitation à la violence.


M'est-il, ainsi, permis de plaisanter aux dépens de ce qu'un bon peuple trouve de sacré dans le profane ? 


Malgré tout, je reste satisfait de l' esprit d' à propos dont fit preuve Domenech à l' instant même de la défaite de l' équipe de foot dont il a la direction. Il en a profité pour annoncer son mariage avec une personne du sexe !  Évidemment les épousailles n' augurent pas automatiquement d' un avenir radieux. Mais comme le divorce moderne est devenu plus facile encore que le cocuage traditionnel, on peut très bien - comme en sport - ne rien y gagner après avoir fait serment de n' y rien perdre.


Du reste,  un officier qui pense à son lit conjugal au moment même ou sa troupe subit la débâcle, ne peut pas être un mauvais mari.


Tout au plus un officier hors-jeu.  Je suis d' ailleurs blasé là-dessus depuis le précédent politique lamentable du camarade Jospin s' enfuyant, désertant après sa déculottée d' avril 2002.

Yral

18/06/2008

Domenech Coupe d'Europe

 

 

Équipe qui foot n'importe comment en France


HÂLÉS LES BLEUS !


b3a30c15bb1fd70b6f229bb3af4f5fbd.jpg

Cette image ne peut être utilisée sans l'autorisation écrite de l'auteur.

 

Blacks, blancs, beurs : 
Ça ne marche plus

 


 

 
 

09/06/2008

Kiraz

Pensant me donner l'air plus cultivé que bourbonnais, je me suis rendu rue Sévigné, Musée Carnavalet. Dans Paris, oui. Une expo temporaire, ayant l'humoriste Kiraz pour invité, s'y tient jusqu'en septembre, ce me semble.


Mais avant d'un peu commenter le parisianisme du descendant d'arméniens, je tiens à rappeler que le Musée Carnavalet est parfois désigné par des militants de gauche comme Musée de la Révolution. A cause, bien sûr, d'une quantité de souvenirs évocateurs d'une guerre civile provoquée dans notre pays par d' impatients bourgeois d'inspiration Franc-maçonne. On y voit de fausses bastilles d'un format réduit, sculptées dit-on dans de vraies pierres de la vraie Bastille. Les amateurs d'objets tranchants n'y sont jamais déçus : le jouet favorit des républicains : la guillotine, s'y expose sous plusieurs maquettes. Il y a aussi des cocardes défraîchies et des assiettes dans lesquelles est servi comme une omelette rouge le bonnet phrygien. Il y a même le fauteuil à roulettes tout en bois du ci-devant Couthon - qui était infirme - et le portrait (raté) de Marat - qui était infect.

 

D'aucuns murmurent qu'après le milieu des années 1970 un certain maire admirateur de l'obésité du sumo, emprunta dans ce musée un lourd bureau d'époque Régence, pour en installer les quatre pattes dans son cabinet de premier citoyen de la capitale.


Est-ce vrai ?

 

Kiraz c' est tout gentillet, tout propret. Des jeunes filles de papier, aussi beurrées que sucrées, promènent leur incurable paresse entre le dancing chic et la plage estivale à la mode. C'est les enfants d'une bourgeoisie dont la progéniture adopte parfois la nonchalance pour déguiser son cynisme. Les entendez-vous minauder  Marie Chantal jusque dans les lacrymogènes de Mai 68 ?

 

Ces demoiselles snobinettes dessinées sont bien connues d'être publiées dans certains journaux populaires, même si l'huma dimanche (auto proclamé journal du peuple) n'en fit pas son casse-croûte dominical.

 

Kiraz ça se veut, ça se croit apolitique. Mais c'est quant même de la politique – et de la plus pernicieuse. La preuve : Marcel Bloch Dassault – qui fit fortune grâce à un talisman et non pas grâce à la vente d'avions de guerre - offrit les pages de son journal Jour de France aux jeunes élégantes de Kiraz.

 

Et Marcel ne faisait pas de politique, c'est connu !

 

Kiraz c'est le bien surnommé. Ses donzelles de pâtisserie n'ont pas un seul poil qui déborde de leur maillot. D'où le mot : Kiraz de près la motte.

 

C'est dire que Kiraz m'ennuie quant il ne m'agace pas.

 

Je n'excuse pas son talent aseptisé.

 

Il y a, comme ça, des pots de confiture qui vous mettent les doigts dans la merde.

 

Je préfère Pascin ou, encore, en plus salé, en plus risqué : Balthus.

 

Et tenez : je me demande si Kiraz coloriant les arrières plans de ses images, tantôt une perspective de tables de café-bar, tantôt une allée ombrée d'arbres, n'est pas plus intéressant, graphiquement parlant, par ses décors plutôt que par la silhouette monotone de ses filles longilignes toutes sorties du même moule.

 

 

28 mai 2008 - LYAR

02/06/2008

FRANCE TERRE D'ACCUEIL

UN COUPLE D'ISLAMISTES FAIT ANNULER

SON MARIAGE PAR UN TRIBUNAL LAÏQUE

7a5f911295944f1a87d09c6afcc1c62a.jpg

 Cette image ne peut être utilisée sans l'autorisation écrite de l'auteur.

Aidons notre fille musulmane :

exigeons un certificat de virginité prénuptiale

de son futur époux !

20/05/2008

Chine 2008

 Les "Médecins aux pieds nus" demandent assistance auprès de la médecine bourgeoise

2b136b4d28b7d77f0f3d973ce6c9d8d7.jpg

 Cette image ne peut être utilisée sans l'autorisation écrite de l'auteur.