Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2009

Nos factures EDF en hausse, devinez pourquoi

Logo-EDF.jpg
EDF-Proglio.jpg

22/11/2009

Bouteille Beaujo

CETTE ANNÉE LE TIRE-BOUCHON

EST INCLUS DANS LE PRIX

Beaujolais-nouveau-2009.jpg

21/11/2009

Beaujolais 2009

QUANTITÉ -> EGALI

Beaujolais-2009.jpg
 

09/11/2009

Coca-Cola

Limonadier impur

 

De notre petit dessin d'hier, n'en concluons surtout pas que je valorise Coca- Cola ... Ni Mac Do, ni Coca, telle est notre devise. Mais personne ne peut nier que les States existent, s'imposant mondialement par leurs sous produits alimentaires. Même la Chine mini coco de l'après Mao n'échappe pas à cette mal bouffe qui vous gonfle le ventre mieux qu'un bouddha de riz avalé.

 

Américanisme quand tu nous colles !

 

Mon grand-père - qui n'était pas un papy - ignorait quasiment le mot « chewing-gum ». Pour le peu qu'il en connaissait la substance, il préférait le nommer : gomme à mâcher. Arrivait aussi qu'il prononça « sem sem gomme » ou quelque chose d'approchant. Et lorsqu'il m'aperçut pour la première fois culotté d'un « bluejeans » - c'était en 55 ou 56 - il s'exclama d'une réprobation marquée de moquerie : c'est dimanche ! Tu ne vas pas aller avec un bleu de travail sur le boulevard.

 

Il n'avait pas tort ; je n'en savais pourtant rien à l'époque. C'était pour ne pas être endimanché comme un prolo du samedi après l'turbin, que j'enfilais un bluejeans ! Mais au total, j'étais brayé comme n'importe quel petit chômeur yankee condamné à chercher un job au fin fond de je ne sais quel Arizona. Rappelez-vous ces années passées : James Dean venait de débarquer au pays de Charles de Gaulle et du Colonel Fabien. Au cinéma Le Rex, boulevard de Courtais - souvenir en voltige de mémoire. Le Rex et son grand escalier dans la hauteur duquel les jupes des filles jouaient les plafonniers érotiques. Et c'est là que je fais le pari que tous les anciens adolescents de Montluçon ignoraient l'homosexualité du jeune acteur pseudo amoureux de Nathalie Wood.

 

Le Coca-Cola - ce « Beaujolais américain » comme l'appelaient les serveurs d'une grande brasserie en face de la Gare du Nord - Le Coca-Cola endossait plutôt une mauvaise réputation aux lendemains de l'offensive américaine en Normandie. Paris brûle-t-il ? Non, Paris ne brûle pas. Mais Berlin brûle.

 

« Si tu veux te rendre malade de l'estomac, t'a qu'à boire du Coca ! » Me voici prévenu. C'est ce qu'un client m'a jacté en se penchant par-dessus la table comme pour me mordre le nez, dans le bar Le Miscailloux, en bordure du ruisseau des Etourneaux, en 2001. (Il est d'ailleurs mort depuis. Pas le Miscailloux : le client. Il ne buvait pas de limonade, lui).

 

Des copains de classe m'avaient déjà affirmé ça, à l'École de la rue des Conches, que le Coca-Cola équivaut à du détergent. Et récemment encore, le marchand de journaux et de tabac d'un bled oublié aux environs de Boussac, a expliqué à Sabrina comment décaper un portail rouillé : « Tu ... pardon : vous le badigeonnez avec du Coca-Cola ». Il ne plaisantait pas, le buraliste. Il a même appuyé le coup par un test : « Plongez un boulon dans du Coca, et sortez le quinze jours après, s'il en reste du boulon ! ».

 

De quoi imaginer notre flore intestinale dévorée par le « Beaujolais américain ». A croire que nos sucs gastriques ne le digèrent pas le Cola-Coca ! Tiens, je me rappelle Madame Simone L... malmenée, endolorie d'un ulcère, elle qui ne buvait pas d'eau pétillante. Le médecin de famille lui avait expliqué quelque chose du genre : ce sont les cornichons. Vous en mangez trop, par gourmandise, et le vin-aigre a fini par attaquer votre ... etc., etc. Mais Madame Simone L... refusa d'entendre l'hippocrate de service : « Il me raconte n'importe quoi, c'est pour m'en dégouter. C'est plutôt lui qui n'aime pas les cornichons en conserve ! ».

 

Reste que moi Bar-Zing, je me suis souvent demandé d'où venait cette hostilité, que nombre de vieux montluçonnais manifestent encore aux dépens du breuvage Cola-Coca. Je suppose parfois que ce dénigrement s'est développé avec le syndicalisme communiste dans les usines, à partir de l'année 47. Je me souviens des US GO HOME et autres NON AU PLAN MARSHALL inscrits en grosses lettres noires dégoulinantes sur le long mur de Dunlop. L'anti américanisme à pleines pétarades. Dans les ateliers et les cantines. Autant dans les bistrots, sous le plafond rendu invisible par l'opaque fumée des cigarettes dont les mégots débordaient du cendrier Pernod Ricard.

 

Sans avoir à la déclarer, la « guerre froide » débutait.

 

En conséquence, tous les objets américains dans lesquels le Parti croyait pouvoir dénoncer l'exploitation du peuple français par les trusts capitalistes, devaient être diffamés. Coca-Cola n'y échappait pas. Le Rock'n'roll non plus. Il y avait pourtant le Jazz contre lequel il fallait ne pas rouspéter. Le journal Les Lettres françaises racontait si bien que cette musique était celle des gentils noirs persécutés par de méchants méchants blancs, évidemment américains.

 

Malgré tout, je demeure persuadé que l'estomac risque moins sous une douche de Coca-Cola, que ce que le foie risque dans un bain d'alcool. N'est-ce pas, Jean ?

 

Bar-Zing

 

02/11/2009

Taxe professionnelle

L'IMPOT AU FEU

Taxe-professionnelle.jpg

21/09/2009

4ème licence mobile

4ème-licence-mobile.jpg

Sabrina, ayant à cœur de s’ouvrir mieux encore au monde, souhaite que FREE obtienne la création d’une quatrième licence de téléphonie mobile en France.

Sabrina en est persuadée : “La concurrence ça n’y a que ça de vrai”.

Et d’ajouter d’une bouche en cul de poule contre mon oreille : que la meilleure d’entre nous gagne !

RYAL

Mots clés Technorati : ,,