Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2018

Piétons et automobilistes

 

Chacun à tour de rôle

Piétons-et-automobilistes.jpg

24/10/2018

La France future des maladroits de l'home

 

Mais z'où sont les neiges d'antan ?

cantines repas sans porc .jpg

23/10/2018

Naturelle la nature

Manger-Bio.jpg

Le père de mon père ne fut jamais mon papy puisqu’il était grand'père.

Il cultivait le jardin. « Vous avez ici trois emplacements constructibles » affirmait le notaire.

Grand'père, il bêchait, il retournait les mottes de terre qu’il brisait en boulettes. Puis il ensemençait, puis il entretenait mais avant, il avait engraissé le sol en utilisant un mélange de paille et d’excrément ... humains, qu’il mêlait avec du fumier animal apporté par je ne sais plus quel bonhomme du même âge que le sien : l’âge de la guerre 14-18.

A la fin il récoltait tous les légumes avec leurs « parasites » naturels.

– J'ai pourtant tout traité à la bouillie bordelaise.

En mai, les moineaux ne manquaient jamais de marauder nos cerisiers sans jamais avoir à cueillir une cerise.

– Ils vont encore tout nous dévorer ! s’exclamait ma grand'mère tout en sachant bien qu’il en resterait beaucoup plus que ce que nous allions manger.

À présent, cinquante ans après, tous les travailleurs salariés sont rassurés dans notre quartier de Beaulieu : il n'y a plus de piafs pour venir chaparder les cerises.

Puisqu’il n’y a plus de cerisiers.

Ryal

22/10/2018

Agression anti-scolaire dans Créteil

« Pompidou salaud !

Le peuple aura ta peau »

 

C'était dans Paris 1969, en longeant les grilles du marché couvert Boulevard Magenta... Quel jour ? Je ne m’en souviens pas. C’était sûr, c’était en matinée et la classe des gamins scolaires marchait en désordre, tous excités par je ne sais quel « enseignant » dont le bras martelait les paroles assassines.

 

Etais-je donc encore à rêvasser sur mon sommier du sixième étage sous le zinc des toitures ? non ! Je descendais à pied jusqu’au boulevard Bonne Nouvelle, là où nous prenions rendez-vous, Jean-Guy et moi, pour avaler une choucroute trop liquide dans un self service dont j’oublie l’enseigne.

 

Les lendemains de Mai 68 n’étaient pas toujours révolutionnaires : ils étaient aussi bandants : de plus en plus de jeunes et de moins jeunes parisiennes adoptaient la nouvelle mode vestimentaire, celle de la mini-jupe. Alors que le porte-jarretelles restait encore de service autour des hanches, en dessous.

 

« Pompidou salaud !

Le peuple aura ta peau »

 

Une autre étape venait d’être franchie par des révolutionnaires auto proclamés annonçant le nouvel ordre d’un monde tout frais, pas rose bonbon mais rouge sanguinaire :

 

– À bas l’école caserne !

 

Il fallait abattre les murs emprisonnant les lycées et les collèges. Il fallait ouvrier les écoles à la rue ! libération totale !

 

Comme si nos aïeux n’avaient pas bâti des écoles entourées de murs, justement pour protéger les enfants contre l’ignorance et les violences des rues.

 

Le slogan nouveau était À bas les collèges-prisons ! Il faut que la rue libératrice entre dans les écoles enfin libérées !

 

Aujourd’hui et depuis plus de vingt ans, c’est réussi : le racket, l’incendie, la drogue, les délinquances et les crimes multiples de la rue entrent démocratiquement à l’école.

 

Enseignante-braquée.jpg

 

 

19/10/2018

Cinéma et politique 1962 : LAWRENCE D'ARABIE

 

1995 : Le message

jamal khashoggi disparition,arabie saoudite,riyad,mohammed ben salmane al saoud,lawrence d'arabie,wahhabisme en france

18/10/2018

Alertalapollution

MCDO

ne trie pas ses déchets

MacDo-pollution.jpg