Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2012

Brèves du trottoir n° 50

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

Sonia … Sonia était l'une de celles qui, dans l'escalier, soulevent l'arrière de leur jupe sans que le suiveur ait a le demander.

 

« Si tu bosses au troisième ou quatrième étage tu peux être certaine, ma vieille, que ton client est au bord de l'explosion quand tu lui ouvres la porte. »

Qu'elle racontait aux autres filles comme pour leur donner une leçon de savoir vivre.

 

Mimi protestait : « moi, s'ils veulent voir ma lune en montant, faut qu'ils ajoutent un petit cadeau. Sauf mes habitués : eux je leur fais une fleur.

 

Mimi fonctionnait dans la catégorie des « femmes en noir ». Une spécialiste des neiges et pluies d'antan. Un cancer effaça l'ombre quelle formait contre le mur d'en face. 

07/01/2012

Brèves du trottoir n° 31

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

C'te blague !

- Moi, je serais à ta place, je monterais avec moi 

(qu'elle dit).

31/12/2011

Brèves du trottoir n° 30

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

Souvenir …

 

Chaque 31 de décembre, le petit retraité du Gaz de France, venait souhaiter la bonne année prochaine à notre Lydia nationale.

Il l'amusait ; il était veuf qu'il disait. Il restait bien plus d'une heure. Elle le trouvait sympa.

Il apportait du champagne genre mousseux et des chocolats ; Pour les chocolats il ne se moquait pas du monde : il les achetait dans une boutique réputée, rue Tiquetonne.

Ce soir là, il oublia de renfiler son gilet de corps … je dus sortir vite dans la rue pour restituer le sous-vêtement avant que son propriétaire disparaisse dans le sous-sol du métro Réaumur-Sébasto.

-  Tiens ! s'exclama Lydia, il me raconte qu'il vient en voiture !

Puis, finissant à la bouche, en pipe, la bouteille, elle continua : les clients sont tous plus ou moins menteurs. Ils te disent qu'ils sont chirurgiens ou notaires mais le lendemain tu apprends qu'ils sont plombiers. Je suis vaccinée tu vois. On achève les chocolats et on n'en parle plus.

Elle avait raison : tout devient du passé dépassé.

 

Bar-Zing 

13/10/2011

Paris-pourri

Paris, maire de ...

paris,insécurité,métro,transport en commun,incivisme

 

Allez savoir pourquoi quand on emprunte le couloir du métro Marcadet-Poissonniers, certains jours, on éprouve, à l'instant d'en sortir, le besoin de passer par un sas de décontamination

25/09/2011

Brèves du trottoir, n°10 (année 80/81)

prostitution populaire,vie parisienne

 Un tantinet dur de l'oreille, le papy

17/09/2011

Brèves du trottoir, n° 9

Pour mémoire ...

 prostitution populaire,moeurs parisiennes,sexualité,paris

Il faisait l'aller et retour rue Quincampoix, le manchot. 

Dimanche après-midi, jamais de nuit. Lui arrivait d'entrer au 96. 

En ce temps là, le quartier des halles était encore Le Ventre de Paris.

Nathalie (surnommée "les poteaux" à cause de ses chevilles presque d'une épaisseur égale à ses mollets) Nathalie disait que cet infirme racontait avoir perdu son bras en Indochine.

 (Paris, début 1970 ?)