Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2020

Rendez-vous

 

 

Ça me dit bien

 

demain samedi

 

 

 

 

 

17/09/2020

Le bourreau de Bethune ...

 

THE ROLLING BRIDGESTONE

Bridgestone-Bethune-fermeture.jpg

16/09/2020

Y en a marre !!

Sous prétexte de tests 

 

LE PORNO 

 

envahit nos familles

en présence de nos enfants

 

REAGISSONS !!

 

 

Test-coronavirus.jpg

15/09/2020

Tarzanides n° 449

 

Savez-vous que … non ! Vous ne savez probablement pas qu'il arrivât que TARZAN figura imprimé en tout première page de l'hebdomadaire SPIROU. Ce fut pourtant le cas - et pour une seule fois - dans la huitième année de parution du journal en son numéro 444 du 17 octobre 1946.

 

BD-Spirou,-17-10-1946.jpg

 

A cet instant là, TARZAN était dessiné par Rubimor en remplacement de Hogarth démissionnaire de n'avoir pas obtenu une augmentation de paiement à juste titre demandé. La planche BD ci-dessus appartient à l'épisode Tarzan et le vieux sorcier (23 juin 1946).

 

SPIROU publiait aussi les exploits de SUPERMAN, lequel portait aussi pour appellation : « MARC COSTA, Hercule moderne ». Les séries américaines de grand renom réussissaient leur retour en Europe de l'Ouest comme une des conséquences de la victoire armée des alliés contre l’hégémonie nazie. RED RYDER et BRICK BRADFORD, eux aussi, réapparaissaient devant le regard des petits français.

 

Doc Jivaro fait aussi des commentaires sur Bibi Fricotin, Les Pieds Nickelés, voire Bécassine et même Nounouche la petite ourse. Moins souvent qu'à propos de ce TARZAN dont la présence plus fréquente se justifie par le titre de la rubrique : Les Tarzanides. Voilà ce que signale au plus fidèle de mes lecteurs.

 

Doc Jivaro

 

14/09/2020

Ce lundi "La Matinale", CNews

Le Grand Gourou

répond à Laurence Ferrari

cnews,laurence ferrari,abbé soury,coronavirus,covid-19,ihu méditerranée infection

 

12/09/2020

Tarzanides n° 448

 

 

Moi,-Tarzan-couv..jpg

 

 

Lorsque l'anglais Darwin énonça des liens de parentés entre le singe et l'homme, d'aucun s parmi ses contemporains préférèrent s'en moquer. Toutefois le plus grand nombre des civilisés s'en offusqua bruyamment. Les traditions religieuses refusaient tout héritage entre l'humain et l'animal. Mais voyez-vous, aujourd'hui, c'est un phénomène plutôt bien accepté chez nous que d'avoir pour ancêtre l'animalité, la génétique excluant le « chaînon manquant » qui longtemps servit d'argument à ceux qui veulent exclure toute animalité à quatre pattes dans le bipède pieds nus auquel ils attribuent une valeur métaphysique en le qualifiant « être humain ».

 

Le romancier E.R. Burroughs ne s’embarrassa d'aucune subtilité spirituelle lorsqu'il écrivit son roman TARZAN OF THE APES en 1914, inventant ainsi un homme fier d'être assimilé à un grand singe. Qui mieux est : un homme blanc. Plus fort encore si possible : un aristocrate : Lord John Greystoke.

 

Personnellement, je me fiche bien d'être comparé à un singe dans une conversation un peu vive et je ne vais pas porter plainte parce qu'un caricaturiste me fait grimper ou descendre d'un arbre mais je doute qu'une femme libérée accepte que je dise d'elle qu'elle est guenon lorsqu'elle singe l'homme dans ce qu'il a de moins brillant. Qu'en pense la monsieur Muriel Robin ? … AÏE !… J'ai retrouvé dans le numéro 227 de l'hebdomadaire TARZAN, année 1951, l'image que je vous présente ci-dessous.

 

 

BD-Tarzan,-27-01-1951.jpg

 

 

Comme quoi un homme comparé à un singe peut parfois régner sur des hommes.

 

Attention les yeux !

 

Doc Jivaro