Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2014

Aux bonnes heures des dames n° 46

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs


Défoncée qu'elle était la rue, fallait voir ! On n'y accédait plus en bagnole. D'ou conséquence, les visiteurs à plumer, ils devenaient rares, merde pour de vrai !

De toute façon, le 77 allait fermer, entendu que l'immeuble vétuste serait rasé. Il avait résisté aux bombardements anglais en 1943, et l'usine de calibres en fonte, aussi, elle avait résisté.

Mais comment résister aux promoteurs immobiliers des années 60 ?

Aux bonnes heures des dames n° 45

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs

 

Passage du Clin d'oeil. Vous ne connaissiez pas ? Moi si. En fait, c'était entre nous que nous rebaptisions cette ruelle des Halles étroite comme un couloir en plein air. Officiait une dizaine de chandelles parmi lesquelles la grande et grosse Vicky que nous surnommions Whisky.

11/01/2014

Les Tarzanides du grenier n° 48

De quel R.O. de BD ne parlerez vous pas t'aujourd'hui ? C'est dit : je retarde à semaine prochaine mes propos sur un jeune gaucho d'Argentine que nous ne rangeons en compagnie des Tarzanides que par son scénariste et dessinateur : HOGARTH. 

Hogarth, l'américain Burne Hogarth, mort en 1996, à Paris, alors qu'il était l'invité d'honneur du salon BD d’Angoulême. 

Quant à son personnage, il s'agit de DRAGO (1945) dont la première version française fut tôt publiée en 1947 dans un magazine pour enfants dès le lendemain de la seconde guerre mondiale : COQ HARDI.  

 

bandes dessinées,BD,Drago,Hogarth,Tarzan,Tarzanides,Coq Hardi,Salon BD Angoulême









 





Traduction espagnole, Barcelone. 

 

 

Lorsque le fils rebelle de la riche maison des Delombu, tombe la chemise, la musculature d'un Tarzanide adolescent apparaît, s’exhibant. De quoi faire un envieux chez le gringalet de la famille d'à côté. 

 

Docteur Jivaro



05/01/2014

Aux bonnes heures des dames n° 44

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs


Un chevelu crépu qu'avait pris l'espace de quatre ou cinq mois ses habitudes avec elle. Ayant presque réussi à lui faire croire qu'il était étudiant.


- Étudiant en quoi ?

- En médecine.


Là, elle s'y attendait, ça ratait rarement. Allez comprendre pourquoi bien des jeunes recourant à ses services en arrivaient souvent à lui dire : Je fais médecine. Comme pour lui déposer un cadeau entre les jambes. Je suppose que vous connaissez l'équivalence poétique entre l'infirmière et la prostituée.


Finalement, Lydia s'était débrouillée pour une réponse plus plausible. Il travaillait en équipe, réparateur d’ascenseurs dans Pantin.  

Aux bonnes heures des dames n° 43

Prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,sexualité,vie parisienne,moeurs


Comme elle se séparait du client épongé, l'autre mec qui l'attendait voulu s'empresser auprès d'elle. Pas de pot ! Il trébucha ou dérapa, tomba en avant, les pattes du haut à plat sur le ruban.


Deux filles se moquèrent, les vaches !

04/01/2014

Les Tarzanides du grenier n° 47

 

Dans le cours de l'année 1950, en France, le Ministre de la Justice recommanda aux ligues familiales catholiques ainsi qu'aux associations communistes de modérer leurs attaques contre les bandes dessinées lorsque celles ci n'obéissaient ni au Vatican ni au Kremlin. Leur cible principale, la plus détestée, c'était TARZAN. La calotte papiste et le camarade athée marxiste voulaient absolument se faire la peau pas même velue de cet « homme singe ». Souhaitaient-ils s'en faire un abat-jour ? Deux années plus tard, ils finirent par réussir, non pas en abattant le fils de Kala dans un duel loyal mais en le sabrant dans le dos. Ils obtinrent que son éditeur Del Duca ne disposât plus du droit d'acheter à prix modéré les quantités nécessaires de papier  pour une fabrication imprimée permettant une vente bénéficiaire.  

 

bandes dessinées,bd,tarzan,tarzanides,aryzona bill,don winslow,nat,rocky rider,buffalo bill,l'épatant,rené giffey












Le numéro 293 (3 mai 1952) est le dernier de la deuxième série de l'hebdomadaire TARZAN.

Ici, la protestation en page 3 de l’Éditeur Del Duca.



 

 

Ce numéro 293, réduit à quatre pages contenait le numéro 131 de L’INTRÉPIDE.

 bandes dessinées,BD,Tarzan,Tarzanides,Aryzona Bill,Don Winslow,Nat,Rocky Rider,l'épatant,René Giffey

Les séries BD habituellement présentes dans TARZAN s'y prolongeaient, mais pas longtemps pour plusieurs d’entre elles. Arizona Bill, Alante, et l'autre, le Don Winslow y perdirent leur vie dès le numéro 135. Par contre Nat, Rocky Rider et Buffalo Bill y poursuivirent leur carrière. Buffalo Bill, en particulier, mérita notre enthousiasme d'enfance. Commencé dans le numéro 16 de TARZAN en 1946, il prolongea ses aventures tumultueuses jusqu'à finir par s’essouffler dans deux épisodes « La ville interdite » et le « Secret de Clever ». - 1959 ?. (J'ai la flemme de rechercher les dates précises).

  

bandes dessinées,bd,tarzan,tarzanides,aryzona bill,don winslow,nat,rocky rider,Buffalo Bill,l'épatant,rené giffey

année 1946.

 

En 1953 (28 mars) Cino Del Duca fit une tentative pour republier un TARZAN hebdomadaire de 12 pages et de grand format – 28 X 38 cm – dans lequel Buffalo Bill rebaptisé Duck Hurricane occupe toujours les deux pages centrales, mais dessiné par Cossio et non pas par Giffey. Il n'y eut que 31 numéros dont 7 numéros sous un format diminué – 18 X 27 cm – proche du format du réglementaire « cahier d'écolier ».

  

Docteur Jivaro