Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2012

Brèves du trottoir n° 58

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

- Au revoir, je te fais la bise.

- C'est ça, faisons-nous la bise. Au revoir.

qu'elle répond machinalement tout en regardant de côté vers son client suivant.

14/04/2012

Esplanade Vincennes, Place Concorde

 exposition chamans, sorciers, politiciens

exposition musée des arts premiers,campagne présidentielle 2012,chamans,sorciers,exorcistes,politiciens



08/04/2012

Brèves du trottoir n° 57

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

Une qui travaillait tout au fond d'un couloir de pénombre, se tenant presque invisible du dehors.

Il fallait connaître … C'était une « à spécialités ».

La construction d'un Centre Beaubourg fit écrouler plusieurs vieux immeubles dont on ne conserva que quelques unes des façades. Derrière l'une d'entre elles, l'aventurier Law inventa l'escroquerie capable de vider les poches des aristos sans avoir à leur couper la tête.

Aujourd'hui et depuis plus de trente années, cette rue jadis fameuse est réduite à une rue assoupie de jour, endormie de nuit. On s'y croirait dans Montluçon. Un de mes anciens collègues installa son atelier d'encadrements d’œuvres d'art à la place d'un des petits claques disparus en 1977-78.

  • Au début, qu'il racontait, des types entraient pour demander si les deux filles auxquelles ils étaient habitués recevaient toujours sous couvert de mon artisanat. J'avais fini par scotcher une affichette sur la vitrine : Olga et Marika n'exercent plus ici.

  • Vois-tu, collègue, lui disais-je, l'une était blonde, l'autre brune ; mais ce n'était ni Olga, ni Marika.

Par contre, Monseigneur Daniélou lors de sa célèbre épectase, se nommait réellement Daniélou.

Comme quoi les voix du seigneur sont pénétrables.

 

Bar-Zing


Brèves du trottoir n° 56

prostitution,prostitution populaire,prostitution parisienne,vie parisienne

Croquis d'une séquence humaine lorsque le racolage actif était un spectacle public autant pour le parisien vacciné que pour les touristes rigolards

06/04/2012

Marsupilami

Djamel debbouze,Marsupilami,Franquin,BD,cinéma,spectacle,

 

Marsupilami


Chef d’œuvre BD.

Vous pouvez vous abstenir du film.

Vais remettre la pendule à l'heure : Spirou n'était pas manchot, son copain Fantasio n'ayant pas été cul-de-jatte.

Et ce fut une jeune journaliste qui découvrit le Marsupilami. Reportage filmé à l'appui, elle raconta, fin année 1956, les moeurs sauvages de cet animal dans la jungle de Palombie. Spirou et Fantasio l'appelaient Séccotine, la demoiselle. Une manière de faire comprendre aux filles qu'entre garçons d'une dizaine d'années toute présence féminine tenait du pot de colle. Elle squattait le groupe des petits machos : « Que fais-tu là ? On t'a pas sifflée, toi ! ».

Lorsque j'étais écolier, pour me rendre à l'école Voltaire depuis le quartier Beaulieu, le parcours était divisé en deux côtés : trottoir de gauche pour les futurs messieurs ; trottoir de droite pour les prochaines mères de famille. Séparation des deux genres. Le petit mâle qui osait enfreindre ce règlement non écrit mais habituel se changeait ridiculement en « Jean la fille ».

Le premier scénario du Marsupilami est un scénario pour amoureux. A l'époque, un choix très rare pour une BD destinée à un jeune public. D'autres journaux tels que Tintin et Cœurs Vaillants, sous contrôle catholique, en eussent refusé la publication. D'ailleurs, dès le début, notre Marsupilami bagarreur, dévoreur de piranhas et cherchant à satisfaire son besoin sexuel éprouva des ennuis à cause de la loi du 16 juillet 1949. D'aucuns voulurent lui faire la peau. « Ils le dénoncèrent comme très nocif pour la jeunesse » expliqua son créateur Franquin, en 1969, dans Réussir, collection qui parut chez Marabout.

C'est pourquoi notre Marsupilami, pour survivre, dut s'assagir dans la suite de ses aventures.

Malgré la fourberie de ses ennemis le fabuleux marsupial réussit à s'imposer jusque dans la vie quotidienne des familles. Son hébergeur Spirou fit même fabriquer de petits mannequins en latex, augmentant célébrité et commerce du personnage.

De cette façon, le Marsupilami se retrouva souvent suspendu à l'avant des voitures, à hauteur du pare brise, remplaçant comme fétiche protecteur des voyageurs la traditionnelle médaille de Saint Christophe.

Ce qui fit enrager les bons apôtres du ciel qui, de guerre lasse, renoncèrent finalement à faire brûler cette créature à poil, eux qui tant et tant firent brûler les statuettes des animistes africains et polynésiens.

Longue vie au Marsupilami !

 

Marsupilami,djamel debbouze,cinéma,BD,Franquin,spectacle


 

Le seul, le vrai Marsupilami.

Oui, dommage, il y a une absence qui le mutile au bas du ventre …

Mais le dessinateur Franquin se classa tout de même parmi ceux qui préparèrent l'émancipation adulte de la BD des années 70 et 80.

Bar-Zing

03/04/2012

Avoue ! avoue donc, électeur !

Cornette de Saint Cyr

Mardi 2 avril 2012

Une vente aux enchères d'instruments

de torture interdite

urne,instruments de torture,cornette de Saint Cyr,Collection Meyssonnier,bourreau collectionneur,